Mathieu Kassovitz : un « métissage inévitable » et des « poches de Blancs séparatistes » dans 50 ans

A LA UNE

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Le réalisateur Mathieu Kassovitz s’en est de nouveau pris aux Gilets jaunes dans une interview. Tout comme aux Français refusant le métissage, qui termineront selon lui dans « des poches de blancs séparatistes » d’ici quelques décennies.

Gilets jaunes : « un privilège de Blancs » selon Mathieu Kassovitz ?

Mathieu Kassovitz est une nouvelle fois là où on l’attend. Un peu regrettable pour le réalisateur dont le métier repose en grande partie sur la créativité… Année après année, il est en effet devenu le spécialiste de la promotion du métissage, quand il ne s’agit pas de dénigrer purement et simplement les Blancs.

À l’occasion des 25 ans de la sortie de son film « La Haine », Mathieu Kassovitz a confié au quotidien belge La Libre Belgique ses impressions sur la société française actuelle. En s’en prenant tout d’abord aux Gilets jaunes, dont il juge les révoltes de l’hiver 2018-2019 bien moins nobles que les manifestations contre les violences policières à l’initiative de certains collectifs de banlieue.

Il déclare ainsi qu’il ne faut « pas confondre les choses ». Le réalisateur tient à préciser qu’il « n’y avait pas de banlieusards parmi les Gilets jaunes. Les Gilets jaunes, c’est la France profonde, cela n’a rien à voir avec la banlieue, ni avec la brutalité policière. Une « France profonde » qui a une connotation péjorative dans la bouche de Mathieu Kassovitz : « Il n’y a aucun rapport entre manifester pour vivre mieux et parce que le prix de l’essence a augmenté de 10 centimes et manifester parce que son frère s’est fait abattre par un flic dans un commissariat. C’est un privilège de Blancs de pouvoir manifester dans la rue pour le prix du pétrole. Ceux qui sont vraiment dans la galère, ils manifestent pour des choses vraiment importante, ils se battent pour survivre. »

Les Gilets jaunes seraient des nantis selon le réalisateur ? Les déclarations précédentes n’ont rien de surprenant lorsque l’on se remémore ses propos tenus sur Twitter (et effacés depuis) en novembre 2018 à l’encontre de ces mêmes gilets jaunes. Mathieu Kassovitz qualifiait alors leur combat de « bourgeois ».

« Des poches de Blancs séparatistes » dans une France métissée

Hormis la critique d’une France un peu trop rurale et réactionnaire à ses yeux, le réalisateur a un autre sujet de prédilection : la disparition, inéluctable selon lui, des autochtones de l’Hexagone par l’intermédiaire du métissage. Mathieu Kassovitz aurait-il conscience, lui aussi, de la réalité du Grand remplacement en France ? Il se livre en tout cas à des projections qui ont le mérite de la franchise :

« Dans 50 ans, il n’y aura plus de racistes, juste des poches de Blancs séparatistes. On va tous se mélanger; le métissage est inévitable. Et au bout d’un moment, cela ne fera même plus partie de la conscience commune de juger quelqu’un pour la couleur de sa peau, parce que tu sauras même plus de quelle couleur est sa peau. »

Les populations d’origine européenne refusant ce mélange sont-elles condamnées à se transformer en « Blancs séparatistes ? » Si la question est posée, Mathieu Kassovitz ne doute pas, quant à lui, de l’évolution des choses. Il déclarait encore au mois d’août dernier que « l’intégration se fera de manière organique » car « la France est métissée ». Assurant alors que « les racistes ont perdu leur combat, leur discours est obsolète ». Chacun jugera…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Elections en Ecosse : La majorité pour le SNP ne tient qu’à un fil

Lors des élections en Ecosse, le SNP (parti nationaliste écossais, de gauche) a remporté trois sièges clés, mais ses...

Sondages régionales 2021 en Bretagne. Vers un second tour à 5 listes ?

Se dirige-t-on vers un deuxième tour des régionales à 5 listes ? À moins de deux mois des élections...

4 Commentaires

  1. Par sa haine profonde de l’identité européenne, Kassovitz démontre le bien-fondé de l’argumentation développée depuis plus d’un siècle, par des porte-paroles du nationalisme français. Qu’ils s’appellent Barrés, Drumont, Batault, Maurras, Coston, Bardèche, Rebatet, Sidos, Ryssen, Bourbon, etc…Il réaffirme-là, la permanence du combat acharné entre le cosmopolitisme qui détruit et le nationalisme qui sauve. Par conséquent, Kassovitz ne peut qu’ idolâtrer la venue de la Révolution dite française et son prolongement républicain.

  2. Entre manifester pour vivre mieux et être un délinquant violent multirécidiviste, il n’y a effectivement aucun rapport. Kassovitz se serre la ceinture dès le 15 du mois ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Mort de George Floyd. Le verdict annulé pour cause de partialité d’un juré pro Black Lives Matter ?

Le policier Derek Chauvin, jugé coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd - à l'occasion d'un procès hors norme entouré d'une propagande quasi stalinienne...

Pascal Blanchard, le businessman blanc des « souffrances noires »

Esclavage, colonialisme, sous-développement, problèmes de l’immigration, « violences policières » … Vous êtes blanc et porté à la mauvaise conscience ?  D’autres, plus malins que vous, y voient...

Soyons fiers d’être blancs ! [L’Agora]

Sous l’opprobre que subissent les Blancs à l’heure actuelle, on constate trois types d’attitude.  Le premier type est celui de ceux qui acquiescent, tête branlante,...

I-Média n°342 – Audrey Pulvar : la haine des blancs au programme

I-Média n°342 – Audrey Pulvar : la haine des blancs au programme 00:00​​​​ Introduction 01:51​​ L’image de la semaine L’image de la semaine est une...