États-Unis. Les Blancs minoritaires en 2026 : défaite assurée pour les républicains à moyen terme ?

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

L’avenir politique des États-Unis est étroitement liée à la question démographique. Certaines prévisions indiquent que les Blancs seront minoritaires dans le pays à partir de 2026. Avec des conséquences probables sur les intentions de vote…

Les Blancs condamnés à disparaître aux États-Unis ?

À l’approche de l’élection présidentielle qui aura lieu aux États-Unis au mois de novembre prochain, la presse française, qui dans sa grande majorité ne cache pas son hostilité vis-à-vis de Donald Trump, publie régulièrement des articles sur le sujet. Mais celui mis en ligne le 20 octobre sur le site de Franceinfo interpelle de par l’angle choisi. Ainsi, en s’interrogeant sur « les jeunes de la génération Z, dont le vote peut faire basculer le scrutin », la question de la diversité raciale des États-Unis est notamment abordée.

L’infographie réalisée à partir des chiffres du Pew Research Center a le mérite de la clarté : on observe la régression progressive de la part des Blancs dans la population totale des USA au fil des générations. La génération Z, que l’on définit généralement comme celle comprenant les individus nés après 1996 jusqu’aux environs de 2010, ne comprenait donc que 51 % de Blancs aux États-Unis en 2019.

Si la part des Noirs est restée relativement stable depuis la génération des boomers, celle des Asiatiques et surtout celle des Hispaniques ont quant à elles progressé.

Concernant l’avenir, les projections du Bureau de recensement des États-Unis révèlent que les Blancs seront minoritaires dans le pays en 2026.

L’impact de la démographie sur les futures présidentielles US

Par ailleurs, il s’avère que dans certains États, les Blancs sont déjà minoritaires parmi la génération Z, notamment dans l’Ouest des États-Unis où seulement 40 % de cette jeunesse se présentent comme étant des « Blancs non-hispaniques ». Un constat qui n’a rien de surprenant puisque la part de la population blanche décline dans les 50 États des USA. Parmi les raisons invoquées, le recul de la fécondité chez les femmes blanches associées au vieillissement de ce groupe de population : l’âge médian des Blancs américains est de 43,7 ans contre seulement 29,8 ans chez les Hispaniques.

Quelles incidences peuvent avoir ces changements démographiques sur le plan électoral ? En 2019, la génération Z représentait quelque 67 millions d’individus aux États-Unis. Ce qui correspond à plus de 20 % de l’ensemble de la population mais aussi 24 millions d’électeurs potentiels pour le scrutin présidentiel du mois de novembre 2020.

Du point de vue des opinions politiques, cette génération Z n’approuve qu’à 30 % l’action du président Donald Trump. Si cette approbation n’atteint que 29 % chez la génération précédente des Millennials, on mesure tout de même assez facilement l’ampleur de la fracture générationnelle autour du vote républicain.

Enfin, la génération Z est celle qui perçoit le plus « l’augmentation de la diversité raciale comme une bonne chose » aux USA (62 % d’opinions favorables). Voilà qui permet de spéculer un peu plus précisément sur ses intentions de vote futures…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rennes. Le député Mustapha Laabid (LREM) définitivement condamné pour abus de confiance

Le député de la première circonscription d'Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid (LREM) a été définitivement condamné par la Cour de cassation....

Non, Alice Coffin n’a pas été agressée : la preuve en vidéo

La conférence d’Alice Coffin à la Friche Lucien, à Rouen, mercredi soir 16 juin 2021, a été animée :...

3 Commentaires

  1. La belle affaire car les blancs ne sont pas plus « chez eux » que les autres américains de couleurs hormis les peaux rouges seuls et véritables autochtones , le problème n’a rien à voir avec la France ou ici les blancs sont les autochtones et ou là le problème va se poser tres sérieusement incessamment sous peu si nous n’agissons pas rapidement sans compter qu’en France bon nombres sont des musulmans djihadistes et si nous ne voulons pas laisser une France islamique à nos futur génération il va falloir se bouger !!!

  2. Ethniquement parlant ce sont des européens qui ont marché sur la lune.
    Pendant ce temps là, les musulmans préparaient la grande revanche et la reprise de l’expansion, et les nègres apprenaient à maitriser la machette pour les relations interethniques ainsi que le viol de la femme blanche comme horizon.
    .
    .
    .
    Pour en revenir à l’article, l’évolution démographique implique le déclin américain, le même problème existe en Europe, même si l’histoire longue est différente, l’histoire récente et à venir est partagée sur de nombreux points. Concernant les républicains peut-être il y aura évolution d’un parti conservateur majoritairement blanc vers un ou des partis conservateurs respectivement blancs-protestants, afro-musulmans, latinos-catho (diviser pour mieux régner). Rien que d’y penser cela ressemble à un bordel ingérable, donc l’option du séparatisme territorial se renforce. (comme en Europe)

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pour gagner la souveraineté , l’UE doit réviser ses relations avec les Etats-Unis

Alors que l’exercice de l'OTAN Formidable Shield 21 se déroule dans l’atlantique nord, les deux pays engagés, les États-Unis et Danemark, sont au cœur...

États-Unis. Le président Joe Biden souhaiterait augmenter certains impôts

En annonçant possiblement un projet de hausse des impôts devant le Congrès dans quelques jours, le président des États-Unis Joe Biden souhaite tourner la...

Mort d’un policier au Capitole américain le 6 janvier : un mensonge d’État révélé

Tandis que tous les médias du monde avaient les yeux braqués sur Minneapolis, où le policier Derek Chauvin a été jugé coupable de la...

États-Unis : filmé en caméra cachée, un directeur de CNN avoue que la chaîne fait délibérément de la propagande anti-Trump

États-Unis : filmé en caméra cachée, un directeur de CNN avoue que la chaîne fait délibérément de la propagande anti-Trump. https://www.youtube.com/watch?v=e3J2ylqF6OI Voir ci-dessous : BREAKING: Part 1...