Canada. Un nombre record de migrants conviés pour « relancer l’économie »

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Le Canada envisage de faire venir sur son sol un nombre très important de migrants entre 2021 et 2023. Pour favoriser la « reprise économique » selon les autorités. Une politique plébiscitée par la population ?

Plus d’un million de migrants souhaités par le Canada

Les portes de l’immigration vont être grandes ouvertes au Canada. Et ce, par l’intermédiaire d’un plan déposé à la fin du mois d’octobre dernier au Parlement canadien par le ministre de l’Immigration Marco Mendicino. Dans un communiqué de presse émanant du même ministère en date du 30 octobre 2020, le pays fait savoir qu’il compte attirer 401 000 résidents permanents en 2021, 411 000 en 2022 et 421 000 en 2023. Pour un total avoisinant les 1,2 million d’individus en l’espace de trois ans.

Un tel nombre d’arrivées sur le territoire canadien, par ailleurs supérieur de près de 200 000 personnes aux seuils fixés avant la pandémie, constituerait un « sommet historique » selon certains titres de la presse canadienne. En effet, il faut remonter à 1913, année où le Canada avait accueilli 401 000 migrants en 12 mois, pour retrouver le franchissement de ce seuil des 400 000 arrivées.

Des francophones et des demandeurs d’asile…

D’autre part, sans donner de précisions sur les objectifs pour les différentes catégories d’immigration, ces nouvelles mesures prévoient aussi d’accorder la résidence permanente à des travailleurs temporaires, des demandeurs d’asile ainsi qu’à des étudiants étrangers se trouvant déjà au Canada.

Immigration : la raison économique invoquée au Canada

Cette révision à la hausse des seuils de l’immigration au Canada s’explique par plusieurs facteurs, à commencer par la chute de 40 % des arrivées entre janvier et août 2020 par rapport à la même période en 2019. De son côté, le ministre canadien de l’Immigration a déclaré que « l’immigration est essentielle pour nous permettre de traverser la pandémie, mais aussi pour notre reprise économique à court terme et notre croissance économique à long terme ».

Enfin, autre explication avancée de cette politique incitative, le nombre de résidents permanents au Canada pourrait être réduit de moitié cette année en raison du confinement mondial.

Par ailleurs, phénomène plutôt rare lorsque l’on traite des questions d’immigration dans les pays occidentaux, l’opposition « conservatrice » canadienne a critiqué les chiffres avancés par le gouvernement de Justin Trudeau au motif… qu’ils relèveraient de la « pure fantaisie », selon les mots de la responsable des dossiers de l’immigration de la dite opposition. Des conservateurs qui déplorent donc que les 401 000 migrants ne puissent effectivement être atteints au Canada en 2021.

Des Canadiens très favorables à l’immigration ?

Dans ces conditions, on peut donc se demander comment la société canadienne perçoit l’arrivée de populations sur son territoire. Un sondage réalisé au mois de septembre dernier auprès de 2000 Canadiens indique que seulement 27 % considèrent qu’il y a trop d’immigrés dans le pays. Une proportion en baisse de sept points par rapport à une précédente étude menée un an auparavant.

Dans le même temps, la part des Canadiens favorables à l’immigration a atteint « des niveaux jamais enregistrés » en 40 ans puisque 84 % d’entre eux déclarent que ces nouveaux migrants contribuent à l’économie nationale. Sans surprise donc, le nombre de sondés affirmant qu’« il y a trop d’immigrants qui viennent dans ce pays qui n’adoptent pas les valeurs canadiennes » passe quant à lui sous la barre des 50 %. Là aussi, c’est un seuil historique qui est franchi en 40 ans sondage…

Un angélisme vis-à-vis de l’immigration que l’on constate aussi au sujet des demandeurs d’asile : si, voilà 30 ans, environ les trois quarts des Canadiens jugeaient alors illégitime l’arrivée de ces clandestins, la dernière enquête d’opinion révèle que seulement un tiers des interrogés déclarent que « les réfugiés ne sont pas de véritables réfugiés ».

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

Religion au travail. Une étude de l’Institut Montaigne montre la pression des revendications liées à l’Islam

Une étude publiée ce jeudi par l’Institut Montaigne constate une hausse des comportements qualifiés de “rigoristes” religieux en entreprise,...

2 Commentaires

  1. pourquoi forcément des arabes ou des noirs ? pourquoi pas ce qu’a toujours fait le canada ou les usa de faire venir des européens notament des français vu le nombre de chomeurs causer par la maffia au pouvoir ? curieux voir etrange cette manie des gauchos devenu islamophiles

  2. Ce que l’article n’écrit pas c’est le niveau professionnel obligatoire exigé par le Canada! A ma connaissance, un minimum de formation ou de diplômes sont requis pour envisager immigrer au Canada, contrairement à la France où la racaille est reçue à bras ouverts…..

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Michel Geoffroy : « Nos concitoyens ont parfaitement conscience que l’assimilation ne fonctionne plus et que l’immigration tourne à la catastrophe » [Interview]

Michel Geoffroy, que les lecteurs de Breizh-info.com connaissent bien, vient de publier un ouvrage important intitulé Immigration de masse, l'assimilation impossible, aux éditions La...

En Belgique, Coronavirus ou pas, les demandes d’asile augmentent

Le nombre de demandes d’asile est à nouveau en hausse en Belgique malgré la crise sanitaire. C’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés...

Loire-Atlantique. Le préfet va-t-il capituler sur la régularisation d’un migrant « face à l’émotion » ? [MAJ : Capitulation de la Préfecture]

MAJ du 27 avril 6h50 : Comme c'était prévisible, le Préfet de Loire-Atlantique, qui n'hésite pas à envoyer ses troupes faire de la répression...

Patrick Stéfanini. « La majorité des attentats ces 5 années passées ont été commis par des immigrés »

Patrick Stéfanini, auteur de "Immigration. Ces réalités qu’on nous cache" aux éditions Robert Laffon était l'invité de Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur...