Nantes : manger comme au resto pendant le confinement, c’est possible

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Le nouveau confinement du à la « crise sanitaire », autrement dit cette curieuse situation où le gouvernement n’est pas capable d’empêcher les islamistes de passer les frontières, mais veut en ériger entre les individus, est une catastrophe pour les bars et restaurants déjà touches de plein fouet au printemps. Néanmoins,  certains réouvrent en vente à emporter

L’on ne devrait donc pas être condamnés aux surgelés, avec quelques tacos, sushis et kebabs pour varier l’ordinaire. A Nantes, quelques restaurants ont décidé de décliner leurs menus en formules à emporter.

Près de la cathédrale, rue St Denis, le restaurant pizzeria le Nota Bene proposait ce midi une soupe au potimarrons et à l’oeuf, un millefeuille de poulet aux légumes et de la panna cotta  (ou une soupe aux clémentines en menu), à commander ou préparé sur place et à emporter. Le restaurant vend aussi des produits d’épicerie italienne  (pâtes, gressins…).

D’autres établissements rouvrent peu à peu en vente à emporter : les cafés la Fourchette et le café du Matin (7h30-13h) place Talensac, le thaïlandais le Pousse-Pousse en bas de la rue Bellamy… d’autres y pensent, par exemple le Saint Pierre, place de la cathédrale, « peut être en décembre ».

Pendant que selon certains sondages bien en cours,  les français seraient « résignés » et « prêts à 71% à se confiner jusqu’à Noël », un autre peuple – que les sondages ignorent ou feignent de méconnaître – est déterminé à continuer à travailler, puisque c’est la seule liberté publique qui demeure. Et tant qu’à travailler, autant résister en mangeant bien, bon et local.

Le Nota Bene, 3 rue Saint Denis, 44000 Nantes

02-40-12-47-22 ; nota.bene44000(@)gmail.com
Louis Moulin

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET : « Notre armée est infiltrée »

Voici un document, extrait du site place d'armes, rédigé par le Capitaine de gendarmerie (r) Alexandre JUVING-BRUNET, témoignage de...

Auray (56). Retour sur la manifestation contre la tyrannie sanitaire [Vidéo]

Une centaine de personnes se sont rassemblées  samedi 8 mai 2021 sur la place de la République, à Auray (Morbihan)....

1 COMMENTAIRE

  1. Non, manger « comme au resto », ça n’est pas possible. On ne mange « comme au resto » qu’au restaurant ! Pour le fast-food passe encore. Ailleurs, il manque l’ambiance, le rituel, le décor, l’odeur, la gentillesse et/ou la classe du service, les conseils, les explications, la carte des vins… autant de détails qui contribuent à l’agrément d’un repas au restaurant. Et puis, la vente à emporter ne vous propose que des plats à réchauffer. Une déperdition gustative est inévitable par rapport à des mets servis directement de la cuisine.
    Je n’ai rien contre la vente à emporter, au contraire. Elle aide des restaurateurs à survivre, à préserver leur motivation et à garder un contact avec le client, elle embellit la vie du gourmet en cette période sinistre. Mais ça n’est pas « comme au resto ».

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Football. Le Stade Rennais accroche le PSG, victoire du FC Nantes, défaites de Brest et de Lorient

Le sprint final est lancé concernant la saison de Ligue 1, avec la 36ème journée jouée ce week-end. Les Lillois pourront remercier le Stade...

Handball. Nantes vainqueur de l’EHF European League

Le club de Nantes Atlantique Handball a décroché le premier titre européen de son histoire en remportant l’EHF European League dimanche 9 mai au soir à Baia...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières. Le point sur les données...

« A la bretonne ». L’association qui veut la réunification de la Bretagne…en excluant une partie des électeurs…

C'est ce qu'on appelle au minimum une faute politique. L’association « A la Bretonne ! », a décidé de convier une partie des candidats...