Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

A LA UNE

Covid-1984 (Telegram) : « Dans l’Histoire du monde, je n’ai pas souvenir que des esclaves aient été libérés plus vite parce qu’ils obéissaient mieux » [Interview]

Sur le canal Telegram, dont nous vous avons expliqué le process récemment, on trouve énormément de chaines qui diffusent...

Alain de Benoist : « Internet n’est pas un espace de liberté, mais un espace de flicage, d’ordures verbales et de tout à l’égo...

Cela faisait quelques mois que nous n'avions pas interviewé Alain de Benoist afin de connaitre son sentiment sur l'actualité...

Royaume-Uni. L’Écosse bientôt indépendante ? L’Irlande bientôt réunifiée ?

L'Écosse toujours un peu plus sur la voie de l'indépendance ? La perspective est confortée par un nouveau sondage...

Commando au CHU de Nantes : « L’indigence des forces de l’ordre face aux trafiquants de drogue devient impossible à cacher »

L’intrusion au CHU Hôtel-Dieu de Nantes, dans la nuit du 21 au 22 janvier, d’un commando de délinquants pour...

Philippe Baillet : « Avec Sparta nous entendons précisément renouer avec des formes de vraie critique sociale » [Interview]

Nous vous proposons ci-dessous de découvrir la publication Sparta, nouvelle revue de réflexion culturelle, politique, métapolitique et philosophique, qui...

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en masse sur les réseaux sociaux malgré la censure de Facebook et de Vimeo, et la campagne de la presse mainstream – aussi unanime à descendre le film qu’elle l’a été pour louer le confinement – nous avons interviewé le réalisateur Pierre Barnerias.

Breizh Info : Comment avez-vous vécu cette campagne de presse orientée contre le film, taxé de « complotiste » et votre société de production ?  

Pierre Barnerias : Honnêtement, comme un coup de massue tellement violent et illogique ; je pensais que ça allait gratter un peu, pas provoquer un tel tollé. Quand tu te prends tout d’un coup toutes les colonnes, tu n’en mènes pas large.

Breizh Info : Ce sont pourtant les mêmes médias qui aujourd’hui s’opposent au gouvernement sur l’article 24 de la loi sécurité globale, l’interdiction de filmer la police en manifestation, en arguant que le droit d’information est fondamental ? 

Pierre Barnerias : Ce qui est dingue c’est que ce sont les mêmes qui vivent de la liberté d’expression, et qui pourtant ont planté la diffusion de mon film, que Vimeo a retiré de la plateforme au bout de 24 heures. C’est une copie de travail diffusée en avant-première aux 5300 souscripteurs qui s’est diffusée, et qui est d’ailleurs assez différente de la version finale, qu’on tournait encore le 8 novembre, trois jours avant sa sortie officielle [le 11].

Breizh Info : En quoi différent-elles ?  

Pierre Barnerias : La version finale dure 8 minutes de plus et intègre notamment des témoignages de généralistes empêchés de prescrire l’hydroxychloroquine. Elle s’achève non sur la lettre de l’archevêque et ancien nonce aux Etats-Unis Vigano, mais sur la lettre de Sanofi au ministre de la Santé, lettre proprement sidérante.

Breizh Info : Et Vimeo dans tout ça ?  

Pierre Barnerias : Ils ont tout bloqué [de l’ordre de 100.000 € de recettes liées à la diffusion payante en VoD en 24 heures] et ne répondent pas. Des avocats se sont proposés pour nous assister et on va les poursuivre, ainsi que les personnes et titres qui nous ont calomnié.

Breizh Info : Qu’est-ce qui ne passe pas du tout, de toutes les critiques émises sur le film par les médias mainstream ?  

Pierre Barnerias : Le terme de « complotiste », ainsi que les accusations d’antisémitisme. On fait le travail que la presse mainstream et les journaux d’investigation ont refusé de faire, on donne des informations, et donc on est « complotiste » et antisémite ? La campagne de presse contre notre film, c’est un viol en bande organisée. N’en déplaise à certains, la liberté d’expression n’est pas réservée à Charlie Hebdo.

Breizh Info : D’où viennent ces accusations d’antisémitisme ?  

Pierre Barnerias : Le vrai Hold-Up, tel qu’il est montré dans le film, c’est la volonté de faire disparaître la monnaie liquide. En quoi le fait de le montrer fait de moi un antisémite ? C’est monstrueux et je vis cette accusation comme une vraie injure.

Breizh Info : Pourquoi ce film ?  

Pierre Barnerias : Simplement pour répondre à des questions qui se posent depuis des mois mais auxquelles personnes – à commencer par la presse mainstream – n’a jugé utile de répondre. On a subi le premier confinement et la parole officielle, sans contradiction aucune, les médias se faisant le relais fidèles de la parole officielle – et de ses revirements.

Breizh Info : Qu’est-ce qui vous a poussé à faire le film ? 

Pierre Barnerias : Le livre du professeur Perronne – on peut se demander pourquoi aucun journal d’investigation ne l’a contacté – et le classement de l’hydroxychloroquine en substance vénéneuse. Puis l’interview du professeur Luc Montagnier, qui affirme en plein [1er] confinement que le coronavirus n’est pas naturel – et là encore, silence total dans la presse mainstream. Je me suis dit qu’il fallait chercher, et en cherchant, on a trouvé bien d’autres problématiques.

Breizh Info : Pour faire un film comme ça, combien faut-il de combattants ?  

Pierre Barnerias : Mon équipe est de quatre personnes. A l’époque, je suis sur un autre tournage, je ponctionne d’abord un budget sur ce tournage pour démarrer le tournage le 11 juin, puis on finit par faire un crowdfunding et on lève 180.000 € très vite, ce qui nous soulage et nous donne une motivation énorme ; on en percevra 140.000 € une fois TVA et commission retirées. Le coproducteur arrivé en cours de route a amené 25.000 € et Tprod le reste. Si bien que le film nous aura coûté 250.000 € en tout, il y a pas mal de factures qui ne sont pas encore payées. Quand on sait que le coût moyen retenu par le CNC pour faire un documentaire de 90 minutes est de 550.000 euros, c’est une prouesse, en toute modestie.

Breizh Info : Comment allez-vous faire pour le diffuser ? 

Pierre Barnerias : C’est une vraie question. Pour l’instant on fait les versions en espagnol, anglais, italien qui étaient prévues.

Breizh Info : Avez vous des idées sur l’audience du film ?  

Pierre Barnerias : Du fait de la censure des GAFA et par Vimeo, on ne saura jamais. Cependant, nous sommes beaucoup aidés par les gens qui ont vu la version pirate. Mais encore une fois, ce n’est pas la version finale qui est assez différente.

Breizh Info : Votre film est-il devenu, dans notre société tiraillée par la dictature molle du confinement, un équivalent de l‘Archipel du Goulag aux soviétiques ? Ils ne le connaissaient que par fragments, des éditions en samizdat mal ficelées, avant de découvrir l’œuvre complète – et son auteur – à l’effondrement de l’URSS.  

Pierre Barnerias : Je n’ai jamais cherché à l’être. J’ai essayé de faire des films qui ont du sens.

Breizh Info : Et quel est le sens de Hold-Up ?  

Pierre Barnerias : Répondre aux questions légitimes, réhabiliter le virus et en savoir plus sur les déclarations qui laissaient penser que la pandémie était prévue, voire préparée.

Breizh Info : Jusque là, vous avez réalisé des films qui correspondaient à de grandes thématiques liées à la religion catholiques, la mort, la rédemption, la justice etc. Est-ce que cette dimension vous inspire ?  

Pierre Barnerias : La vérité s’impose à tout le monde. Je suis quelqu’un de libre, indépendant des grands groupes, je suis un petit Zébulon qui essaie de faire des films qui ont du sens, du fond et un côté positif. Donner des informations que j’ai trouvées en cherchant et que j’ai eu envie de partager.

Breizh Info : Que pensez-vous du confinement ?  

Pierre Barnerias : Rien. Je suis documentariste, mon idée personnelle n’intéresse personne. Je donne des éléments d’information. Après, de prime abord, la gestion du virus, en France comme dans le monde, apparaît incohérente. Cloisonner la population mondiale en mettant des masques aux enfants de six ans, c’est consternant. Quand les enfants dans les crèches s’avèrent perturbés lorsque les encadrants enlèvent leurs masques, parce que pour eux les masques ce sont les visages, c’est inquiétant – et c’est d’autant plus inquiétant que personne ne s’en inquiète, que dans les médias il n’y a absolument aucune contradiction de la parole officielle depuis dix mois…

Breizh Info : Avez-vous d’autres projets ?  

Pierre Barnerias : Bien sûr ! Je prépare mon prochain documentaire, l’Empreinte, comme une vraie libération. Il s’agit de l’épopée de l’explorateur Florian Gomet, qui a couru un marathon par jour, pied nus, avec un short, sur 3500 km de juin à septembre, de l’est de la France, Gibles, près de Mâcon, à la Roumanie. Il est parti sans rien, sans affaires, sans carte bancaire, sans nourriture, et s’est nourri uniquement de fruits et légumes crus. Ce film est lié à notre contexte actuel absurde et démontre qu’un individu n’a pas à avoir peur du virus, s’il a une bonne hygiène de vie et la foi.

Propos recueillis par Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Jean de Kervasdoué : « Les écolos nous mentent ! »

Jean de Kervasdoué, économiste, professeur émérite au CNAM et membre de l’Académie des technologies, auteur de "Les écolos nous...

Jean-Marc Jancovici : Énergie et climat pour demain. Quels scénarios après les crises?

Conférence en ligne organisée par l'INSEAD le 18 janvier 2021 : Energie et climat pour demain, relance et finitude...

6 Commentaires

  1. Et bien entendu, pas un mot dans la presse « de gauche » (Médiapart, Libération, l’express, l’Obs ….)- qui regorge de sociologues, anthropologues, psychologues et autres pédagogues … – sur les traumatismes causés aux enfants de 6 ans par cette aberrante et loufoque obligation de port du masque. On aurait même constaté de l’excès de zèle chez certains enseignants qui ne voient que des avantages à cette mesure, avec des classes plus « sages », plus de discipline, moins de chahut en récréation … Visiblement, il n’y a pas que les manifestants qui se tiennent à carreau désormais. « Un pays qui se tient sage » ça commence par le dressage dès le plus jeune âge avec plein de collabos consentants et coopérants.

  2. oui magnifique personne, d’un grand courage ! Il nous en manque tellement dans notre époque actuelle où nous acceptons tout, et aujourd’hui l’inacceptable, sans plus aucune réaction. Ou tout cela va t-il nous mener car l’avenir se noircit d’année en année. Bravo encore pour ce documentaire qui s’apparente à de la résistance dans cet univers de collabos.

Comments are closed.