La langue gaélique sur le point de mourir en Écosse ?

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

Le gaélique écossais est en danger de disparition, selon le secrétaire aux finances du pays. Kate Forbes, du Parti nationaliste écossais (SNP) qui souhaite développer l’usage de la langue gaélique à la maison et surtout propose de développer certaines communautés locales autour du gaélique (en regroupant ses locuteurs) afin de préserver cette langue.

Des HLM réservés aux locuteurs gaéliques ?

Mme Forbes a déclaré au Sunday Times que la langue gaélique était en danger d’extinction et qu’une action urgente était nécessaire pour la sauver. « Je pense que nous devons prendre des mesures fortes pour essayer de soutenir les communautés gaéliques » a déclaré Kate Forbes au Times.

« La seule mise en garde que je ferais est que vous ne pouvez pas créer artificiellement des communautés. Pour l’instant, je préférerais de loin me concentrer sur la sauvegarde de ce qui existe déjà » a-t-elle déclaré.

Des groupes faisant campagne pour sauver la langue gaélique en Écosse ont précédemment demandé la création de logements sociaux, de lotissements, des quartiers d’habitation réservés aux locuteurs gaéliques en Écosse, en soulignant des initiatives similaires qui ont contribué à préserver la langue irlandaise en Irlande.

Une étude récente de l’Université des Highlands et des îles en Écosse a conclu que l’utilisation sociale du gaélique était sur le point de s’effondrer en Écosse, tandis que Kate Forbes a déclaré que « la frontière des communautés de langue gaélique ne cesse de reculer . Mes ancêtres ont grandi du côté d’Applecross où l’on parlait quotidiennement le gaélique. Maintenant, ce ne sera plus le cas ».

La suggestion de Forbes a été critiquée par les membres du parti conservateur écossais, qui affirment que la création artificielle de communautés de langue gaélique (via des résidences dédiées) seraient « dangereuse et source de division ». Alexander Stewart, le porte-parole du parti conservateur écossais pour les questions de logement, a déclaré que la proposition de Forbes était inutile et que « Le logement social devrait être disponible en fonction des besoins des Ecossais, et non pas en fonction du fait de parler anglais ou gaélique au petit-déjeuner. L’accent devrait être mis sur la fourniture de toits au-dessus de la tête des gens plutôt que sur des idées inutiles comme celle-ci »

De son côté, Donald Cameron, un député écossais membre lui aussi du parti conservateur écossais, a déclaré que le parti était « déterminé » à faire quelque chose pour sauver la langue gaélique en Ecosse, sans préciser quoi tout en reconnaissance une « angoisse » parmi les membres du parti sur l’état de la langue et que sur la question existait un des « rare accord politique » entre le SNP et les conservateurs sur la nécessité de faire quelque chose.

L’UNESCO a placé la langue gaélique écossaise sur sa liste des langues en danger de disparition. Seulement 1,7 % des Écossais ont des connaissances en gaélique, selon un recensement de 2011. Ce recensement a révélé que seulement 87 100 personnes possédaient des notions de base en gaélique écossais, alors que seulement 32 400 personnes pouvaient le parler couramment, essentiellement des personnes âgées.

Une autre étude menée plus récemment par l’Institut des sciences du langage de l’université des Highlands et des îles et par les spécialistes de la recherche en gaélique Soillse indiquait que seulement 11.000 personnes environ, dont la majorité est âgée de plus de 50 ans, parlent cette langue,L’usage du gaélique est « sur le point de s’effondrer« , soulignent les auteurs de l’étude. Sa pratique est « marginale » au sein des familles et parmi les adolescents et souffre du déclin de la population dans l’extrême nord-ouest de l’Ecosse.

Aux origines du Gaélique écossais

L’origine du gaélique, langue de fondation de l’Écosse, remonte à plusieurs siècles, et l’on pense qu’il est originaire d’Irlande. Cette langue est parlée dans tout le pays s’agissant de la principale langue du royaume médiéval d’Alba qui s’étendait des frontières jusqu’au Aberdeenshire, dans les Highlands et sur les îles. À la fin du XVIIIe siècle, la langue fut grandement réprimée  lors des tristement célèbres Highland Clearances qui suivirent les révoltes violentes des jacobites.

Aujourd’hui, près de la moitié des personnes qui parlent le gaélique vivent dans les Lowlands ainsi que dans les Hébrides extérieures, l’île de Skye mais également Argyll et les îles.Le Canada, dans la région de la  Nouvelle-Écosse, la Nouvelle-Zélande, l’Australie et d’autres régions d’Amérique du Nord comptent également des communautés parlant le gaélique, communautés établies après les vagues d’immigration des XVIIIe et XIXe siècles.

Une chaîne de télévision en gaélique, BBC ALBA, a été lancée en 2008, tandis que des panneaux en gaélique sont présents à des arrêts de bus et dans des gares.

Le gouvernement écossais a publié un plan pour protéger le gaélique en 2017 recommandant une série de mesures dont l’utilisation de la langue dans divers contextes sociaux, officiels, et professionnels. En 2018, le gouvernement, (pourtant estampillé nationaliste) a consacré 27 millions de livres dans son budget annuel pour aider à sauver la langue, mais ce montant n’a cessé de diminuer au cours des deux années qui ont suivi.

De quoi faire dire à certains commentateurs que le SNP se montre manifestement plus préoccupé par les lubies sociétales de gauche (des droits pour les LGBT à la défense des migrants…) que par la sauvegarde d’une langue ancestrale de l’Ecosse…

Illustrations : wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Une Justice politique » – État de droit et coup d’État judiciaire

Par Eric Delcroix, juriste, essayiste et écrivain, auteur de Droit, conscience et sentiments  Régis de Castelnau, qui a été avocat du...

Claudine Glot. Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte

Claudine Glot - Quelques pas sur les traces de sainte Brigitte https://www.youtube.com/watch?v=Fjbnz3H9jz0 Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...
- Publicité -