Si vous voulez protéger votre vie privée numérique, fuyez Whatsapp avant le 8 février

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

Nous évoquions hier la croissance ces derniers jours de l’application Telegram, suite à la vague de censure, de terrorisme économique et sociétal orchestré par les GAFA. Il y a une autre application en vogue, nommée Whatsapp, qui devrait toutefois susciter la méfiance de ses utilisateurs.

Le 6 janvier, l’entreprise liée à Facebook a annoncé sa nouvelle politique de données personnelles qui inquiète. Dans cette mise à jour majeure, WhatsApp informe ses utilisateurs de nombreuses régions du monde qu’à partir du 8 février, elle partagera certaines de leurs données avec Facebook, la société mère de l’application de messagerie. Il est important de noter que les utilisateurs qui n’accepteront pas les nouvelles conditions devront cesser d’utiliser l’application ou supprimer leur compte.

Pour rappel, WhatsApp est détenu par Facebook. En 2014, Facebook a en effet investi la somme de 16 milliards de dollars pour mettre la main sur l’application de messagerie instantanée. Le groupe pressentait que WhatsApp deviendrait rapidement une appli très populaire dans le monde. Connu pour collecter les données personnelles de ses utilisateurs, Facebook n’inspire pas confiance à de nombreux usagers WhatsApp.

L’annonce est diffusée par le biais d’une notification intégrée à l’application qui met en avant les principales mises à jour des politiques et des conditions de service de WhatsApp. Celles-ci sont divisées en trois points clés : comment l’application traite elle les données des utilisateurs, comment les entreprises peuvent-elles utiliser les services hébergés par Facebook avec WhatsApp, et comment l’application permet une intégration avec les autres produits de Facebook.

Notez, cependant, que les utilisateurs en Europe seront exemptés des nouvelles pratiques de partage des données du service et ne se verront montrer que les deux premiers des trois points de la communication. Niamh Sweeney, directeur de la politique de WhatsApp pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMEA), a tenté de dissiper la confusion qui s’était installée autour de cette question : Mais qu’en est-il du reste du monde?

Voici une partie importante de la mise à jour des termes de service de la plateforme telle qu’elle s’appliquera à ces utilisateurs :

« Nous faisons partie des entités Facebook. En tant que membre des entités Facebook, WhatsApp reçoit des informations de la part des entités Facebook et partage des informations avec elles, tel que décrit dans la Politique de confidentialité de WhatsApp, notamment pour fournir des intégrations qui vous permettent de relier votre expérience WhatsApp aux autres Produits des entités Facebook ; pour assurer la sécurité et l’intégrité des Produits des entités Facebook ; et pour améliorer vos expériences avec les produits et publicités des Produits des entités Facebook. »

À ce stade, il convient de se rappeler certaines des informations clés que WhatsApp collecte :

  • Votre numéro de téléphone utilisé pour créer un compte
  • Votre photo de profil et les informations relatives à votre profil
  • Les numéros de téléphone de vos contacts WhatsApp
  • Données relatives aux transactions et aux paiements
  • Informations de géolocalisation
  • Informations sur votre appareil, telles que le modèle, le système d’exploitation et le réseau mobile
  • D’autres informations, notamment votre adresse IP, des informations sur le fonctionnement de l’appareil et des identifiants

En acceptant les nouvelles conditions et la nouvelle politique, vous acceptez que Facebook et ses filiales aient accès à au moins certaines de vos données.

WhatsApp liste les informations dans la section FAQ du site Web qui se concentre sur la sécurité et la confidentialité : « Les informations que nous partageons avec les autres entités Facebook incluent les informations d’enregistrement de votre compte (comme votre numéro de téléphone), les données de transactions, des informations liés à des services, des informations sur la façon dont vous interagissez avec d’autres, y compris des entreprises, lorsque vous utilisez nos Services, les informations sur votre appareil mobile, votre adresse IP, et peuvent inclure d’autres informations identifiées dans la section de la Politique de confidentialité titrée « Informations que nous recueillons », ou obtenues après vous en avoir averti(e) ou sur la base de votre consentement. »

Cette situation a profité à d’autres applications de messagerie, dont l’application Signal qui a vu l’enregistrement des nouveaux utilisateurs momentanément face au grand nombre de demandes d’inscriptions. Cette interruption n’aura duré que quelques heures.

D’une manière générale, comme le souligne Benoit Grunemwald, expert en sécurité chez ESET, consultez et prenez la mesure des permissions que vous autorisez quant à l’utilisation de vos données personnelles par les applications et fournisseurs de services. Soyez attentifs aux autorisations données aux applications sur votre smartphone. Whastapp, comme toutes les marques connues, sont souvent usurpées et utilisées pour des campagnes de désinformations ou d’hameçonnage. Nous vous recommandons la plus grande vigilance quant aux informations diffusées, afin d’éviter d’être victime de phishing, qui tenterait de récupérer vos données personnelles ou qui participeraient à diffuser des informations erronées.

 Si vous n’êtes pas prêt à supprimer complètement Facebook, j’ai une suggestion – pourquoi ne pas supprimer l’application et utiliser Facebook dans le navigateur uniquement, et avec des contrôles de confidentialité ? Cela vous aidera au moins à vous sevrer du réseau social, si vous n’êtes pas tout à fait prêt à vous en débarrasser complètement.

Whatsapp tout comme Facebook ont tenté d’éteindre l’incendie. Mais le mal est fait.

Pour les lecteurs de Breizh-info, nous n’avons qu’un conseil ; outre les atteintes à votre vie privée, ces réseaux utilisent les masses qu’ils possèdent pour diffuser une certaine idéologie, pour censurer, pour dénoncer. Il est donc urgent, très urgent, de déserter ces plateformes, pour migrer vers d’autres, sécurisées….ou pour retrouver les joies d’autres types de communication plus directes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

En Bretagne, des cafés et bistrots entrent en résistance contre le pass sanitaire et la tyrannie

Il y a des en France et en Bretagne des millions de personnes qui ne se rendront pas face...

Gétigné (44). Un migrant interpellé après qu’un homme ait été poignardé dans le dos

Un migrant a été interpellé après qu'un homme ait été poignardé dans le dos à Gétigné, en Loire-Atlantique. Au...

3 Commentaires

  1. A la suite de la conclusion de l’article, je vous suggère par cohérence de nettoyer votre site (partage d’articles via FB etc. et tracking de google, amazon et taboola pour cette seule page.

  2. « ….ou pour retrouver les joies d’autres types de communication plus directes….. »
    Une bonne pinte de bière assis dans un fauteuil en cuir dans un pub avec de la bonne musique . ;))

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Apartheid social, libertés restreintes. « Il y a toujours une bonne raison »

Fabrice Hatem, est diplômé de l'ENSAE et de l'IEP de Paris, docteur en économie, professeur associé à l'école de management de Normandie,  Auteur de...

Nouvelles conditions d’utilisation whatsapp. Qu’est-ce qui change pour les utilisateurs ?

Dans quelques jours, les nouvelles conditions d’utilisation de la messagerie WhatsApp auront changé. À cette occasion, Me Claire Poirson, avocate associée au sein du...

Fuite Facebook : comment savoir si vos données personnelles sont concernées ?

Facebook a une nouvelle fois vu des données personnelles de ses utilisateurs être volées. Une « fuite » massive qui a touché notamment 20...

GAFA : vers une dictature numérique ? Avec Olivier Babeau

Les GAFA sont de plus en plus puissants, et on assiste à un véritable transfert de souveraineté des Etats vers ces GAFA. Olivier Babeau, essayiste...