USA. Le Parti Républicain plus déchiré que jamais

A LA UNE

Le Parti Républicain est en crise, et les soutiens de Donald Trump pourraient bien l’emporter au final.

Les Démocrates ont mis en accusation Trump une deuxième fois en moins d’un an, rendant la présidente de la Chambre des démocrates, Nancy Pelosi, responsable de 50% des mises en accusation dans l’histoire américaine.

Bien sûr, Donald Trump a quitté ses fonctions le 20 janvier, laissant la plupart des citoyens se demander quel est l’intérêt de sa destitution. Les Démocrates blâment Trump pour les émeutes du Capitole du 6 janvier, et une grande partie de l’establishment républicain était enclin à faire de même. C’était un moyen facile pour les dirigeants républicains de désavouer Trump et de reprendre le contrôle du parti. Pour comprendre pourquoi l’establishment du GOP (Grand Old Party, nom donné au Parti Républicain) est si désireux de se débarrasser de Trump, une brève leçon d’histoire s’impose.

Lorsque Trump s’est lancé dans la primaire républicaine de 2016, il a bousculé l’ordre établi dans le Parti républicain. L’establishment du GOP dirigeait le Parti républicain depuis que Reagan a quitté le pouvoir en 1989. Ronald Reagan a été un président couronné de succès et est aujourd’hui vénéré par la base du GOP et les intellectuels conservateurs.

Mais Reagan ne faisait pas partie de l’establishment. Il était favorable à la détente nixonienne avec l’URSS et à la gestion de l’économie américaine plutôt qu’à la confrontation de la guerre froide, aux réductions d’impôts agressives et à une politique monétaire stricte pour freiner l’inflation.

Reagan a remporté l’investiture en 1980 en battant George Herbert Walker Bush, que Reagan avait choisi comme vice-président pour apaiser les tensions au sein du parti.

En 1988, Bush remporte facilement l’investiture républicaine et les élections générales. Mais Bush a suscité la colère des conservateurs en concluant un accord avec les Démocrates afin de limiter les dépenses en échange d’une augmentation des impôts. C’était un blasphème total pour le gouvernement de l’ère Reagan. En conséquence, Bush a été confronté à un défi majeur proposé par le conservateur Pat Buchanan. Buchanan a présenté Bush comme un patriote distant et déconnecté des réalités, plus proche des démocrates que de la base du Parti républicain.

Buchanan a réussi à nuire à Bush et Bill Clinton l’a battu haut la main aux élections générales.

Dans le sillage de Reagan, le mouvement conservateur a généré une multitude d’idées politiques sur tous les sujets, de la réforme des droits aux choix scolaires en passant par la revitalisation des quartiers défavorisés. Ces idées sont toutes tombées sous le parapluie du néo-conservatisme. Les mots d’ordre étaient la réforme, la responsabilité personnelle et le conservatisme fiscal. En vantant ces idées, le GOP a remporté des victoires massives au Congrès en 1994 contre Bill Clinton et à nouveau en 2010 contre Barrack Obama. Mais après des années de contrôle par le Congrès, les républicains, pour la plupart, n’ont pas tenu leurs promesses.

Aujourd’hui, les secteurs comme la sécurité sociale et l’assurance maladie sont plus importants, plus chères et plus labyrinthiques que jamais, tandis que le déficit budgétaire et la dette nationale ont doublé sous chaque administration successive, quel que soit le parti.

Lorsque les Républicains contrôlaient la Maison Blanche, le Sénat et la Chambre des représentants pendant les deux premières années du mandat de Trump, le leader de la majorité au Sénat, M. McConnell, et le président de la Chambre des représentants, M. Paul Ryan, semblaient peu enclins à s’occuper de questions importantes pour les nouveaux électeurs de Trump, comme la réforme du commerce et le mur frontalier. Ils ont adopté un projet de loi sur la réforme fiscale et réglementaire mais n’ont pas réussi à abroger l’Obamacare. Cet effort a été anéanti par le sénateur John McCain (R-Arizona), chouchou des médias.

Maintenant que Trump est parti, l’establishment républicain veut reprendre le contrôle du parti. Mitch McConnel a donc accusé le président Trump d’être responsable de l’émeute du Capitole. Liz Cheney a voté pour la destitution du président Trump. Alors que McConnell et Cheney avaient probablement espéré une offensive des Républicains contre Trump, seuls dix membres de la Chambre ont suivi Cheney.

Cette semaine, le sénateur Rand Paul a pris la parole au Sénat pour faire échouer la deuxième tentative de destitution du démocrate contre Trump. Paul a posé une question évidente : « Si l’accusé n’est plus président, où est le pouvoir constitutionnel de le mettre en accusation ? Les simples citoyens ne sont pas mis en accusation. La mise en accusation est une mesure de destitution. Et l’accusé, ici, a déjà quitté ses fonctions« .

Il a fustigé les démocrates pour leur incapacité à condamner les émeutes BLM/Antifa de l’été et les à renvoyer à leurs propres incitations à la violence. Il a déclaré à leur propos: « C’est presque comme s’ils n’avaient pas la capacité d’exister, sauf en opposition à Donald Trump« .

Paul a présenté une résolution condamnant la tentative de destitution par le Parti démocrate et la qualifiant d’inconstitutionnelle. Quarante-cinq sénateurs républicains ont voté pour la résolution, même Mitch McConnell.

La base républicaine pense que l’élection a été volée alors que les républicains au Congrès veulent accepter les résultats et passer à autre chose. C’est la base qui a poussé les dirigeants du Parti républicain à se battre. Après des décennies d’échecs électoraux, de nombreux membres de la base du Parti Républicain ont conclu que la direction du parti n’allait pas dans leur sens.

En Géorgie, terrain de bataille de la fraude électorale, la base républicaine s’est détournée des représentants des Républicains au Sénat lors des deux tours de scrutin. Les deux ont été remportés par les démocrates, leur donnant ainsi le contrôle du Sénat. Les politiciens républicains comme le gouverneur Brian Kemp et le secrétaire d’État Brad Raffensberger, qui ont tous deux défendu l’intégrité de l’élection de l’État et récusés les accuasions de fraude, seront presque certainement confrontés à des adversaires de premier plan en 2022.

Selon un sondage de Trafalgar Group réalisé au début du mois, le membre du Congrès Doug Collins battrait Kemp dans une primaire. Dans le Wyoming, un sondage de McLaughlin and Associates a révélé que Liz Cheney perdrait contre son principal adversaire, Anthony Bouchard. Mais ces primaires n’auront pas lieu avant l’année prochaine, ce qui doit arranger les cadres du Parti Républicain, qui ont désormais un travail colossal à accomplir si ils veulent de nouveau séduire leur électorat….

William Stroock, auteur de romans de guerre (source : infobricks traduction breizh-info)

Crédit photo : photo d’illustration
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid : le retour des restrictions ? – Le JT de TVLibertés du vendredi 3 décembre 2021 [Vidéo]

À la Une du journal de TVLibertés du vendredi 3 décembre 2021, retour sur les réjouissances liées au Covid-19....

La Croatie sentinelle de l’Occident, The Hungarian Way of Strategy, Les mots celtes clandestins, Légendes de Bretagne, Arnaud Démarre : la sélection littéraire hebdo

La Croatie sentinelle de l'Occident, The Hungarian Way of Strategy, Les mots celtes clandestins, Légendes de Bretagne, Arnaud Démarre...

1 COMMENTAIRE

  1. Trump a encore un tres grand soutient au niveau de la population….La majorite des Amercains savent qu’il n’est pas responsable de ce qui c’est passe au capitole.Donc, je ne suis pas sur que de l’eloigner du parti republicain soit judicieux. Evidemment, on peut considerer qu’en 4 ans, les gens auront eu le temps de l’oublier…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés