Sortie du livre Les Audacieuses. « L’Europe est le berceau de l’émancipation féminine » [Interview]

A LA UNE

Audrey Stéphanie et Aude Benoît viennent de sortir un magnifique ouvrage intitulée « Les Audacieuses », qui devrait être imposé à la lecture à celles qui, féministes intégristes, n’ont de cesse de dénigrer la civilisation européenne qui serait celle de la « domination du mâle blanc » qu’elles abhorrent.

Cet album, superbement illustré, narre les aventures hors du commun de femmes ayant marqué l’Histoire. Il présente un choix original d’héroïnes trop peu connues (Boudicca, Jeanne de Belleville, Caterina Sforza, Laskarina Bouboulina…), à côté de quelques portraits d’illustres personnages dont on ne peut faire l’impasse (Cléopâtre, Jeanne d’Arc, Catherine II…). A travers ces épopées, présentées de manière captivante, les +12 ans acquièrent une vision d’ensemble des grandes périodes et des différents peuples de l’Histoire européenne, des Etrusques aux guerres napoléoniennes. Chaque héroïne – qu’elle soit reine, fille du peuple, combattante ou savante – incarne un des fondements de la construction européenne : l’héritage de la Grèce antique, l’exemplarité à Rome, la richesse culturelle du Moyen-âge, l’apport des barbares, etc. Et rétablit, en filigrane, certaines vérités : il y avait des femmes libres durant l’Antiquité, elles n’étaient pas réduites à leur seule faculté d’enfanter, des siècles durant certaines d’entre elles ont exercé un pouvoir immense… Toutes les illustrations, portraits, scènes et autres ornements, sont faits à la main.

On sait que bien des femmes ont marqué l’Histoire, c’est là un thème très en vogue… Mais connaît-on ces audacieuses, telles Boudicca, Caterina Sforza, Agustina de Aragon qui ont eu les destins les plus surprenants mais ont malheureusement ensuite sombré dans l’oubli ? Cet album veut y remédier, narrant leurs aventures d’une manière captivante, sachant transmettre l’épique et le romanesque de l’Histoire tout en lui restant fidèle. Egayé de très belles et très actuelles illustrations, il compte vingt portraits ou scènes de combattantes, de reines, et autres femmes d’esprit, dépeintes sous un angle original, qui ne laissera personne indifférent. A travers ces fascinantes épopées les adolescents découvriront les grandes périodes et les peuples qui composent l’Histoire européenne. Chaque personnage incarnant un thème : l’héritage de la Grèce antique, l’exemplarité de Rome, l’apport des barbares, la richesse du Moyen-âge, etc., à l’intérieur d’une narration vivante et variant au fil des pages. Sachons transmettre l’Histoire, elle est si passionnante ! Ces femmes vous le prouveront…

Et si vous n’êtes pas encore convaincu, alors lisez ci-dessous l’interview qu’Audrey Stéphanie, qui a écrit les textes, et Aude Benoît, qui illustre le livre nous ont accordé (livre à commander ici)

Breizh-info.com : Pouvez vous vous présenter toutes les deux à nos lecteurs ?

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Audrey, auteur des textes, mère de deux enfants, je suis diplômée d’Histoire et de métiers du livre. Aude, mère de six enfants, elle aussi diplômée d’Histoire. Elle a illustré l’ouvrage. 

Breizh-info.com : Quelle est la genèse du livre « Les Audacieuses » ?   

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : « Les Audacieuses » raconte les aventures de 24 de nos incroyables, surprenantes, sublimes aïeules qui ont marqué l’Histoire.

Face au massacre de notre si glorieux passé, face aux mensonges colportés par ce neoféminisme victimaire et hargneux, j’ai voulu rétablir certaines vérités, telle la liberté, comme nulle part ailleurs, de nos ancêtres féminins et rendre hommage à certaines grandes dames qui étaient en train d’injustement sombrer dans l’oubli.

Une ignorance due, non seulement à l’Histoire qui n’est plus enseignée, mais aussi au savoir mis à disposition : les biographies sont d’un ennui mortel, le rocambolesque, l’épique et l’invraisemblable étant souvent évincés au profit d’un tas de dates et autres détails biographiques barbants qui font fuir les lecteurs. L’Histoire est si passionnante, il suffit de savoir la raconter ! C’est ce que j’ai essayé de faire, en présentant les vies de ces dames telles quelles : des épopées captivantes, extravagantes, à ne pas en croire ses yeux. Quant au côté esthétique, j’ai demandé à Aude d’illustrer l’ouvrage, car je suis une grande admiratrice, non seulement de son talent – qui est immense – mais surtout de la vision du monde et de la beauté qu’elle transmet à travers ses œuvres. Et je dois dire qu’elle a dépassé mes espérances, en représentant ces femmes magnifiquement et selon son point de vue qui est toujours original. 

Breizh-info.com : Pourquoi ce qualificatif d’Audacieuses ?  

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Audacieuses.. ces femmes l’étaient toutes à leur façon, ce qualificatif leur sied à merveille ! Une reine qui s’échappe à dos de cheval travestie en écuyer, une jeune campagnarde illettrée qui tourne ses savants inquisiteurs en dérision, une veuve qui vend ses biens pour acheter un navire qu’elle peint en noir et baptise « Ma Vengeance »…. il en fallait une bonne dose d’audace ! Le sous-titre, Héroïnes d’hier pour jeunes filles d’aujourd’hui s’inscrit quant à lui dans la transmission, il rappelle ce lien qui nous unit : nous sommes leurs héritières, à nous de nous inspirer de leurs hauts-faits, de leur persévérance, de leur résilience, et d’en transmettre, à notre tour, le souvenir.

Breizh-info.com : Vous évoquez des figures de l’histoire, européenne mais pas que. Comment avez vous fait votre choix ? A qui destinez vous ce livre ?

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Il s’adresse à nos adolescentes, mais aussi à tous ceux désireux de connaître, par une lecture rapide, quelques grandes figures trop peu connues de notre passé. 

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Mais je dois vous contredire, elles étaient toutes européennes ! Catherine de Russie, s’appelait à l’origine Sofia et était Allemande quant à Cléopâtre, descendante du général macédonien Ptolémée, elle était la reine du plus puissant royaume hellénistique de son temps, le royaume grec d’Égypte ayant duré trois siècles. 

Le choix des héroïnes a justement été fait sur cette base : outre à avoir eu une vie ô combien extraordinaire, elles sont toutes le prétexte à apprendre quelque chose, et incarnent chacune un thème constitutif de l’être européen : l’héritage de la Grèce antique ; l’exemplarité de Rome ; l’apport des barbares ; la richesse culturelle du Moyen-âge, etc. A l’intérieur d’un récit court et captivant pour amener nos adolescents à la lecture et à s’intéresser à l’Histoire. Un défi, par les temps qui courent. 

Dans son ensemble, l’ouvrage retrace un bref panorama de la condition féminine à travers les places et les époques : Grecques, Celtes, Vikings etc,…des matrones romaines aux princesses guerrières de la Renaissance, des Étrusques aux femmes engagées dans les guerres de Vendée.

Breizh-info.com : En quoi était-il important pour vous de mettre des femmes sur le devant de la scène ? Est-ce une démarche que certaines qualifieraient aujourd’hui  de « Réhabilitation féministe » ?

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Alors qu’un certain féminisme victimaire tente d’imposer l’image d’une femme fragile et incapable, soumise et maltraitée, il m’a paru urgent de rappeler le rôle de premier plan joué par nos aïeules. Si les Aliénor, les Jeanne et les Catherine ont pu faire ce qu’elles ont fait  – ce n’est pas seulement car elles étaient des femmes hors du commun, mais aussi parce que l’abominable patriarcat brimeur et oppressif fantasmé par les féministes n’existe – à de rares exceptions – que dans leur tête. Il faut affirmer, et affirmer encore que l’Europe est le berceau de l’émancipation féminine, que cette guerre des sexes aussi ahurissante que mensongère n’a pas lieu d’être. 

S’il y a un combat féministe à mener, c’est celui-là. C’est rappeler que les femmes illustres de notre Histoire étaient légion, qu’elles étaient louées et respectées et qu’elles n’ont disparu de nos livres que très récemment. Leur rendre leurs lettres de noblesse est une nécessité. Une passionnante nécessité !

Breizh-info.com : Y a-t-il un point commun, outre la féminité, entre toutes ces femmes que vous avez sélectionné dans l’histoire ?

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Toutes ces femmes surent conjuguer pouvoir, intelligence et force de caractère, mais sans jamais perdre leur féminité. Elles ont souvent incarné des valeurs viriles mais étaient, avant tout, des femmes, des mères. En cela, elles sont de véritables odes à la féminité, une féminité multiforme qui s’est exprimée tout au long de notre Histoire. 

Mais ce qui les éloigne – leur condition sociale, leur nationalité ou leur époque – est particulièrement intéressant car c’est là l’ultime confirmation que la liberté est inscrite dans l’ADN des femmes européennes. 

Breizh-info.com : Anne de Bretagne ne figure pas parmi vos audacieuses, pourquoi ? 

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Étant assez célèbre, je lui ai préférée une autre bretonne, moins connue : la noble Dame Jeanne de Belleville, une pirate si redoutable qu’elle en devint corsaire à la solde du roi d’Angleterre. Son épopée, pour le moins épique, est tout à fait fascinante.

Mais Anne de Bretagne est loin d’être la seule absente. Pour vous donner un ordre d’idée le Recueil des dames, un panel de femmes illustres écrit par Brantôme à la Renaissance compte plusieurs volumes, comme celui de Boccace au Moyen-âge. Même Plutarque, qui avait en son temps écrit sur « l’excellence des femmes », précise dans son introduction qu’il ne relatera pas les exploits féminins « bien connus de tous ». C’est dire que la matière est vaste et populaire à presque toutes les époques. Mais on continue de nous présenter l’Histoire comme un apanage masculin. Ce qui n’est vrai qu’avec l’avènement de la modernité. 

Breizh-info.com : Pourriez vous nous parler, cela concerne particulièrement les mondes celtes, de Boudicca ?

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : La place des femmes dans la civilisation celtique était sublime et Boudicca en est une illustration parfaite.
Ce qui me frappe dans son parcours, ce n’est pas seulement la femme de caractère qui refuse la soumission et se relève après l’humiliation. Ce n’est pas seulement l’aura qui l’entourait, les fonctions religieuses qu’elle exerçait ou la facilité avec laquelle elle parvint à fédérer les tribus celtes divisées.

Ce qui me fascine, c’est aussi la façon dont les historiens romains, Tacite et Dion Cassius, ébahis par tant de courage et d’héroïsme, nous ont transmis sa geste : avec le plus grand respect. Et si elle est la plus célèbre, bien d’autres femmes ont pris part à la rébellion celte contre l’empire romain. Certains noms nous sont parvenus (celui des femmes nobles principalement), d’autres ont disparus à jamais (celui des femmes du peuple), mais tous les historiens concordent sur leur abondance.

Breizh-info.com : Avez-vous d’autres livres de prévu, ou des conseils de lectures pour jeunes femmes en quête d’héroïnes audacieuses ?

Audrey Stéphanie – Aude Benoît (Les Audacieuses) : Je viens d’avoir un petit garçon, il faudra bien qu’il connaisse, lui aussi, les Audacieux qui l’ont précédé ! Quant aux conseils de lectures, je vous renvoie à la bibliographie des Audacieuses où vous trouverez pour chaque peuple, époque ou personnage, l’ouvrage de référence à retenir, ce qui n’est pas toujours facile à identifier, si l’on pense, par exemple, que Jeanne d’Arc est la personnalité la plus étudiée du Moyen-âge (et oui, c’est une femme ! ).

J’ajoute que la lecture des sources – les auteurs gréco-romains notamment, Plutarque, Tite-live…- est tout à fait passionnante et très aisée, elles sont en plus téléchargeables sur internet. Vous verrez combien les femmes étaient présentes dans les annales. Souvent à côté de leur homme, certes, mais elles y étaient. Et ce, depuis l’aube de notre civilisation

Propos recueillis par YV

Sommaire du livre « Les Audacieuses »

    • Introduction
    • Tanaquil, la divinatrice étrusque qui devint reine de Rome
    • Cynisca et Gorgô, ou la vigueur des femmes de Sparte
    • Aspasie et Hypatie, ou la philosophie grecque au féminin
    • Cornelia et Livia, des matrones romaines…pas si soumises que ça !
    • Cléopâtre, le dernier pharaon d’Egypte était une femme grecque
    • Boudicca, la reine celte qui fit trembler l’Empire Romain
    • Brunehaut et Frédégonde, la lutte sanguinaire des reines franques
    • Freydis et Lagertha, les grands chefs vikings
    • Aliénor d’Aquitaine, l’intrépide reine qui n’en faisait qu’à sa tête
    • Jeanne de Belleville, veuve éplorée ou redoutable pirate ?
    • Jeanne d’Arc, la sublime effrontée
    • Caterina Sforza, la belle et indomptable comtesse italienne
    • Ségurane, la lavandière qui mit en déroute une armée impériale
    • Elizabeth Ire, ou le plus grand des souverains d’Angleterre
    • Margot, princesse rebelle fidèle à son rang
    • Catherine II, l’adolescente allemande qui décida de devenir Tsarine
    • Brave Langevin, un surprenant héros vendéen
    • Laskarina Bouboulina, armatrice, amiral et révolutionnaire
    • Agustina de Aragon, sous-lieutenant, presente !
    • Répertoire des curiosités
    • Bibliographie
    • Frise Chronologique

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Covid : le retour des restrictions ? – Le JT de TVLibertés du vendredi 3 décembre 2021 [Vidéo]

À la Une du journal de TVLibertés du vendredi 3 décembre 2021, retour sur les réjouissances liées au Covid-19....

La Croatie sentinelle de l’Occident, The Hungarian Way of Strategy, Les mots celtes clandestins, Légendes de Bretagne, Arnaud Démarre : la sélection littéraire hebdo

La Croatie sentinelle de l'Occident, The Hungarian Way of Strategy, Les mots celtes clandestins, Légendes de Bretagne, Arnaud Démarre...

1 COMMENTAIRE

  1. Cet ouvrage est bienvenu dans notre Occident haï des hordes sexistes, sanguinaires, chariatiques en débordements organisés , des incultes névrotiques poussés à éteindre les Lumières de notre Culture Européenne et effacer Notre Histoire ou la manipuler dans les méandres politiques de l’anachronisme et des omissions.
    Mélenchon passé petit-maître en avant-garde de l’obscurantisme avec ses potes de la boutique de l’inversion des valeurs pour une FI ‘France islamisée’ , a doctement instruit une de ses racisées au détour d’une bouche de métro  » Jeanne d’Arc une folle qui entendait des voix » (dixit).

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés