Quand le Parti communiste français anticipait Wikipedia

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

En mars 1945, paraît un « Manifeste de l’Encyclopédie de la renaissance française ». Une très petite brochure (135 x 110) de seize pages, imprimée sur un vilain papier jaunâtre. La France est en pleine pénurie de papier. Elle est aujourd’hui presque introuvable mais on peut la lire en ligne sur le site rogergaraudy.blogspot.com

L’auteur est bien Roger Garaudy, décédé en 2012 à 99 ans. Un homme politique et essayiste à la très longue carrière. Ardent communiste, version stalinienne de 1932 à 1970 puis antisioniste radical jusqu’à sombrer dans la négation de la Shoah. Converti à l’Islam dans les années 80.

En 1945, cet agrégé de philosophie est membre du Comité central du Parti communiste français. On lui demande de mettre en marche un projet très ambitieux « une grande ambition », d’œuvrer « à la reconstruction totale de la patrie » par la voie culturelle.

Et Garaudy de lancer cet appel :

« Nous faisons appel à tous les intellectuels français, savants, artistes, écrivains, ingénieurs et techniciens, instituteurs et professeurs, médecins et architectes, pour qu’ils prennent leur place dans ce chantier gigantesque de notre histoire nationale.»

Le P.C.F. entend puiser dans les racines, dans les fondements du génie national. Il distingue quatre filiations, quatre cheminements :

– « La source chrétienne , de la chanson de Roland de Pascal à Péguy ».

– « La tradition romaine de l’ordre ».

– « L’esprit critique et d’ironie, de Rabelais à Molière et de Voltaire à Anatole France ».

– « La montée historique de la classe ouvrière ».

Au passage, Garaudy escamote les termes lutte des classes, matérialisme historique et ne se réclame pas de Marx, Engels, Lénine et Staline. Il faut ratisser large.

Cette nouvelle Encyclopédie prendra la relève de la Somme de saint Thomas d’Aquin ( !) et de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Elle sera contributive. Tout le monde est invité à y travailler, mais surtout pas avec une « méthode individualiste ». Au contraire, dans le travail en commun, le partage, « en sorte que chaque pensée pourra en féconder d’autres et être fécondée par elle, selon la loi même de l’éveil de l’esprit qu’avait entrevue Socrate ».

Le 10 juin 1945, cérémonie d’ouverture du projet, au Palais de Chaillot. Garaudy a la fierté de présenter le Comité directeur, Louis Aragon, Eluard, Joliot-Curie, Paul Langevin, Le Corbusier, Matisse, Picasso, Henry Wallon… Des sommités, de purs communistes*.

L’Encyclopédie du P.C.F. sera mort-née. Aucune trace de ses débuts, rien d’abouti, rien d’imprimé. Dans ses Mémoires, Garaudy l’a presque oubliée. En fait, les priorités du parti étaient ailleurs, purement politiques, devenir le premier parti de France, être au gouvernement… Et puis, à Moscou, d’où partait la « ligne générale » cette histoire d’encyclopédie ne devait susciter qu’un mince intérêt. Alors, une belle occasion manquée. A voir !

*Pas toujours… Le cas de Picasso étant le plus flagrant. Durant l’occupation, l’artiste a vu défiler les  Allemands dans son atelier et l’anecdote, répétée jusqu’à aujourd’hui, de l’officier lui demandant si c’est bien lui qui a peint Guernica et Picasso lui répliquant : « C’est vous qui l’avez fait » relève de l’affabulation (en globish, fake news).

Jean Heurtin. 

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Terrorisme, la menace sans fin. Nouveau numéro de la revue Conflits

C'est un sujet particulièrement d'actualité que traite la revue de Géopolitique Conflits, ce mois-ci. Avec un dossier consacré au...

Religion au travail. Une étude de l’Institut Montaigne montre la pression des revendications liées à l’Islam

Une étude publiée ce jeudi par l’Institut Montaigne constate une hausse des comportements qualifiés de “rigoristes” religieux en entreprise,...

2 Commentaires

  1. Si l’anecdote à propos de Picasso était le seul arrangement des communistes avec la vérité, ce serait trop beau !
    Le projet d’Encyclopédie de Garaudy a disparu dans les poubelles de l’histoire, mais sont but était-il vraiment d’arriver à une somme en X volumes ? La méthode genre Wikipedia n’était pas dans les habitudes du parti. On pourrait envisage une opération de propagande (voyez comme nous sommes ouverts) et une opération de mobilisation, voire de fichage (que tous les intellos qui voudraient dire quelque chose se signalent au PCF) . Déjà avant la guerre, le PCF était un éditeur important (beaucoup de traductions du russe !). Il a continué après la guerre, tant qu’il en a eu les moyens financiers, mais toujours avec un souci de contrôle idéologique étroit.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Jean-Gilles Malliarakis : 100 ans du PCF, parlons-en !

Journaliste, écrivain, intellectuel de droite, Jean-Gilles Malliarakis publie, en collaboration avec Charles Culbert : « La terreur rouge – Théorie et pratique ». Alors que la...

Collaboration de communistes français avec les nazis : Daniel Riollo envoie Ian Brossat dans les cordes [Vidéo]

Ian Brossat, tête de liste PCF aux Européennes était l’invité du Grand Oral des GG. A cette occasion, Daniel Riolo a rappelé quelques vérités,...

«Le grand débat, une campagne pour les européennes aux frais du contribuable» [Vidéo]

Entretien  avec Aurélien Crifo, Gilet jaune, candidat aux européennes sur la liste du PCF. Pour RT France, il revient sur l’acte 21 des Gilets...

Au PCF, on pratique l’égalité femmes-hommes

Il s’en passe des choses lors de la fête de L’Huma. Et pas seulement dans les stands et sur la scène. Patrick Le Hyaric...