Sandrine Le Feur, UDB, Jean-Yves Gontier, PCF, Nupes…député, un CDD en or…

  • Hyper centralisation – L’UDB n’est pas partie prenante dans l’opération Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale) dirigée par Jean-Luc Mélenchon. Dans un communiqué, l’UDB explique que « la Bretagne qu’elle promeut est réunifiée et soucieuse de ses langues et de sa culture » (Le Télégramme, Bretagne, samedi 7 mai 2022). Tout ce que déteste « Méluche »… Aux élections législatives, l’UDB présente donc 21 candidats et soutient Paul Molac (Ploërmel). Une fois n’est pas coutume, Gael Briand s’offre le luxe d’une définition percutante : « Le projet Nupes qui fait la Une des médias n’est rien de moins que LFI « cédant » des circonscriptions à EELV, au PCF et au PS » (Le Peuple breton, juin 2022). « Nous prônons une plus grande décentralisation et nous défendons l’autonomie de la Bretagne et des régions qui le souhaiteront. LFI avec Jean-Luc Mélenchon, c’est toujours l’hyper centralisation de l’Etat qui décide de tout », assure Ana Sohier, conseillère régionale (Ouest-France, Ille-et-Vilaine, 4-5 juin 2022).

  • Le PCF est gâté – Notons tout de même que « Méluche » est généreux avec les communistes en Bretagne puisqu’il leur accorde deux circonscriptions : Guérande (Véronique Mahé) et Ploërmel (Lhéa Le Flecher). Deux circonscriptions dans lesquelles ils n’ont aucune chance de briller.
  • Amateurisme – A Brest centre, Anne Gélébart avait eu la « bonne idée » de prendre pour suppléant Yves Pagès, un acrobate de la politique locale. On avait vu ce dernier à l’UDF, au Modem, à l’UMP, à LREM… avant de débarquer chez Reconquête ! Mme Gélébart était investie par l’UDI, avec le soutien des Républicains ; elle était donc la candidate de la droite et du centre. Ce qui devait arriver arriva, « les appareils parisiens ont appris que le remplaçant d’Anne Gélébart était Yves Pagès, militant de Reconquête !, le parti d’Eric Zemmour » (Le Télégramme, Brest, vendredi 3 juin, 2022). Résultat des courses : Anne Gélébart devient une candidate autonome qui ne peut se prévaloir du soutien des deux partis politiques en question qui lui ont retiré leur investiture. Les Républicains n’ont donc plus de candidat à Brest… Avec l’enseigne LR ou sans, le résultat sera le même… mauvais.
  • Sondage – A Guérande, Jean-Yves Gontier (Renaissance, ex-LREM) s’était autoproclamé candidat de la majorité présidentielle. Mais, au dernier moment, la députée sortante Sandrine Josso (Modem) a été investie grâce à un sondage qui lui accordait la plus forte notoriété. Un cadre Modem commente : Sandrine Josso « était dans toutes les configurations avec plusieurs points d’écart par rapport aux autres profils de la majorité ou compatibles avec la majorité » dans la circonscription (Ouest-France, Loire-Atlantique, mardi 17 mai 2022). Comme Gontier maintenait sa candidature, il a été purement et simplement exclu. D’où sa colère : « Je soutiens la majorité sur le territoire, n’en déplaise à certains. Face à une candidate inconstante qui menace d’exclure, qui a voté plusieurs fois contre le gouvernement et qui a changé de parti politique, j’ai toujours soutenu Emmanuel Macron et je propose de rassembler » (Ouest-France, Saint-Nazaire, lundi 30 mai 2022). Il est vrai que Sandrine Josso est un cas : élue en 2017 avec la bannière LREM, on la retrouve ensuite au groupe Territoires et libertés et enfin au Modem…
  • Député godillot – François Le Hécho n’est pas content. Elu municipal et communautaire de Châteaubriant, animateur du comité LREM local, depuis 2017, il s’était déclaré candidat aux élections législatives et se voyait investi par Ensemble. Mais, finalement, c’est Jordan Esnault, assistant parlementaire d’Audrey Dufeu (LREM), député de la circonscription de Saint-Nazaire, qui a été investi. Le Hécho maintenant sa candidature, cela lui a valu d’être exclu. Il assure qu’en cas de victoire, Jordan Esnault sera un « député godillot ». Il croit même savoir pourquoi ce dernier a été investi : «  Jordan Esnault a eu l’investiture car l’un de ses proches est assistant parlementaire de Christophe Castaner » ; ce dernier est le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale (Presse Océan, samedi 4 juin 2022). Question : qu’est-ce que Le Hécho entend par « l’un de ses proches » ?
  • Morlaix – Ce fut une des grandes surprises des élections législatives de 2017 : Sandrine Le Feur (LREM), paysanne bio de Pleyber-Christ, avait battu à la fois Maël de Calan (LR)) et Gwenegan Bui (PS), tous deux professionnels de la politique. Pourtant le premier avait marqué son appartenance à une droite ouverte, « prête à travailler avec Macron » (Ouest-France, Finistère, lundi 19 juin 2017). Au second tour, elle avait dominé de Calan qui, pourtant, considérait que le siège devait lui revenir : 52,14 %/47,86 %. Mme Le Feur a pris goût au métier et se présente à nouveau avec l’enseigne officielle (LREM-Ensemble). Elle n’apprécie pas du tout l’attelage Nupes : « Leurs petites nuances, ce sont de grandes nuances, attaque-t-elle. Quelles vont être leurs positions quand il faudra voter à l’Assemblée » ; en disant cela, elle pense en particulier à l’Europe et aux langues régionales. « Face à la Nupes, elle revendique d’ailleurs, elle aussi, d’être « de gauche ». « Je viens de la gauche, j’ai toujours voté à gauche, je porte des valeurs de gauche, assène-t-elle. Il n’y a pas qu’eux. » Son profil de paysanne bio est d’ailleurs un atout, selon elle, dans cette circonscription : « J’ai la chance d’être identifiée comme écolo et agricultrice, c’est important sur ce territoire, qui a une partie très rurale. » « Moi, je peux rassembler les écolos et les agriculteurs », se targue-t-elle. » (Le Monde, vendredi 3 juin 2022). On vérifiera le 12 juin si c’est exact.
  • Smic parlementaire – Un étudiant brestois, Melvyn Hita, est candidat dans la circonscription de Brest rural ; il porte les couleurs du POID (Parti ouvrier indépendant et démocratique). Une de ses propositions mérite réflexion : « Je ne suis pas un professionnel de la politique, ni ne compte l’être. Quand je vois le nombre de candidats, je me dis que si les députés étaient payés 1 800 euros, on serait moins nombreux sur la ligne de départ. » (Le Télégramme, Brest, lundi 23 mai 2022)

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. aucune chance les bretons votent massivement pour Macron ; ils ont été bien éduqués par les curés démocrates !

    1. tout à fait! ils vont devoir travailler jusqu’à 65 ans puis 67 etc.
      ils vont devoir se serrer la ceinture ce qui est bien pour la ligne

  2. J’ai reçu ce matin les professions de foi de l’ensemble des candidats pour Brest Rural. On ne trouve pas la profession de ce Melvyn Hita (POID), ni d’ailleurs, celle du candidat investi par le parti breton probablement incapable de financer les professions de foi de ses candidats. Heureusement que cette semaine, le Télégramme a présenté le candidat du parti breton pour Brest Rural, sinon on n’aurait même été informé que ce parti avait désigné quelqu’un pour cette circonscription. Après on s’étonnera des faibles scores du parti breton !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !