Danemark. Le gouvernement veut limiter la part des extra-européens à 30 % dans les « ghettos »

Danemark

Pour mettre fin à l’insécurité et au séparatisme musulman dans certains « ghettos » au Danemark, le gouvernement propose de légiférer afin de limiter la part des populations d’origine extra-européenne à 30 % dans ces quartiers à problèmes.

Au Danemark, les autorités sans tabou sur l’immigration

Alors que la France se perd depuis des décennies dans des « politiques de la ville » inefficaces et coûteuses, le Danemark ne souffre pas du même déni de réalité. Le gouvernement « social-démocrate » à la tête de ce pays d’un peu moins de 6 millions d’habitants vient de proposer le 17 mars une nouvelle loi visant à limiter davantage la proportion de population d’origine extra-européenne dans plusieurs quartiers déjà en proie à des difficultés en tout genre…

De plus, pour mieux cerner le problème, les autorités ont établi la liste de ces quartiers sur la base de plusieurs critères en n’hésitant pas à les désigner par le terme de « ghetto », terme qui sera finalement retiré de la proposition de loi suite à des controverses.

Quant aux critères en question, pour être qualifié de « ghetto », un quartier danois peuplé de plus de 1 000 habitants  avec une population à plus de 50 % d’origine « non-occidentale » doit cocher au moins deux des quatre cases suivantes :

  • Plus de 40 % des personnes qui y vivent n’ont ni travail ni formation ;
  • Plus de 60 % des 39-50 ans ne sont pas allés au-delà du collège ;
  • Une criminalité trois fois plus importante que la moyenne nationale ;
  • Un revenu brut des habitants inférieur de 55 % à la moyenne régionale.

Au Danemark, ce sont actuellement 15 quartiers qui se trouvent concernés par ces critères, 25 étant par ailleurs considérés comme « exposés ».

Une nouvelle loi pour limiter à 30 % la part des extra-européens

Dans ces quartiers danois que l’on qualifierait pudiquement de « sensibles » en France, il faut aussi souligner que les délits y sont sanctionnés deux fois plus sévèrement qu’ailleurs tandis que les familles ont l’obligation de mettre à la crèche leurs enfants de plus d’un an, les réfractaires s’exposant à une suppression des allocations familiales. Un argument plutôt convaincant.

Pour en revenir au nouveau projet de loi évoqué, le ministère de l’Intérieur danois propose de revoir à la baisse la proportion de résidents d’origine « non-occidentale » dans ses quartiers en réduisant la limite maximum de 50 % (un critère adopté par la droite il y a trois ans) à 30 % d’ici 10 ans. Pour justifier ce durcissement législatif, le ministre de l’Intérieur Kaare Dybvad Bek a notamment expliqué dans un communiqué qu’une part trop importante d’individus d’origine extra-européenne « augmente le risque de voir grandir une société parallèle religieuse et culturelle ».

Sur le plan démographique, Statistics Denmark [NDLR : Bureau des statistiques du Danemark] rapporte que, sur les 5,8 millions d’habitants résident dans le pays, 11 % sont étrangers. De ces 11 %, 58 % proviendraient d’un pays présenté comme « non-occidental ».

D’autre part, le nombre de résidents au Danemark nés à l’extérieur du pays est en progression constante depuis plusieurs décennies : de 93 000 en 1960, il est passé à 612 904 en 2019. Le Pew Research Center a quant à lui évalué la population musulmane à 5,4% de la population danoise en 2017, soit près de 313 000 habitants. Sur le sujet de l’islam, le gouvernement danois est d’ailleurs, là encore, à l’offensive.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Par quel coup de baguette magique, le gouvernement danois va-t-il mettre en œuvre sa proposition de loi visant à limiter à 30% la population extra-européenne, dans les ghettos ? En forçant les autochtones à réinvestir ces quartiers, qu’ils ont désertés pour les raisons que l’on sait ? Le « Vivre ensemble » a montré toute sa perversité depuis les cinquante dernières années. Les populations se regroupent par affinité. Et le seul moyen pour éviter le pire qui se profile à l’horizon, c’est leurs regroupements respectifs sur leurs terres d’origine.

  2. Je suis entierement d’accord a vec Mr,Gwillou
    C’est la seule facon pour que ce pays ne devienne pas comme la France une terre d’islam et une colonie afri caine

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !