Turquie-Russie. Pourquoi les relations entre les deux pays pourraient se détériorer…

A LA UNE

La Russie et la Turquie ont célébré le 16 mars le centenaire du traité d’amitié et de fraternité de Moscou et ont échangé des propos diplomatiques. Mustafa Sentop, président du Parlement turc, a déclaré que la Russie est « non seulement notre voisin, mais aussi notre ami et notre partenaire de coopération« . La représentante officielle du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que les relations entre les deux pays sont fondées sur le principe de bon voisinage et a ajouté que la Russie est prête à coopérer davantage avec la Turquie dans tous les domaines, y compris la coopération en matière d’investissement et les infrastructures et l’énergie.

La Turquie a lancé la construction de son troisième réacteur nucléaire financé par la Russie à la centrale nucléaire d’Akkuyu. Les fonds sont fournis par des investisseurs russes. La centrale nucléaire devrait coûter environ 20 milliards de dollars, dont 93 % proviennent de Rosatom, la société nationale russe de l’énergie atomique, et la construction est assurée par une coentreprise turco-russe.

Mais tout n’est pas rose dans les relations russo-turques. En fait, ces relations ont toujours été complexes.

Il y a quelques années, lorsqu’un avion de chasse turc a abattu le Sukhoi Su-24 russe au-dessus de la frontière turco-syrienne en novembre 2015 et qu’une crise s’en est suivie, certains politiciens russes ont même proposé d’annuler le traité de Moscou. Le ministère russe des Affaires étrangères a effectivement envisagé de prendre une telle mesure afin d’envoyer un message politique fort au président turc Recep Tayyip Erdoğan, mais, finalement, Moscou a abandonné cette idée dans le but de désamorcer les tensions avec son voisin. Aujourd’hui, Moscou et Ankara ne sont pas de proches alliés, mais ils restent des partenaires importants.

Les relations entre les États antécédents de la Russie et de la Turquie modernes étaient conflictuelles : les guerres dites russo-turques entre les empires russe et ottoman comptent parmi les plus longues guerres de l’histoire. On pourrait même dire que les relations entre les deux pays sont restées amères jusqu’à la Première Guerre mondiale. Le traité de Moscou de 1921 était un accord entre la Russie, dirigée par Vladimir Lénine, et l’Assemblée nationale révolutionnaire de Turquie, dirigée par Mustafa Kemal Atatürk, à une époque où le gouvernement de Mehmed VI (dernier sultan de l’Empire ottoman) était encore reconnu par la plupart de la communauté internationale. Le traité de Moscou a finalement établi des relations amicales entre les deux pays et, en le signant, la Russie a reconnu les frontières turques de l’époque (ainsi que celles de l’Arménie, de l’Azerbaïdjan et de la Géorgie) – confirmées ultérieurement par le traité de Kars d’octobre 1921.

Ces frontières existent toujours, ce qui reste un point de discorde entre la Turquie et l’Arménie jusqu’à aujourd’hui. La Turquie a soutenu l’Azerbaïdjan, son proche allié, contre les Arméniens lors de la première guerre du Haut-Karabakh, entre 1988 et 1994, et l’a fait à nouveau lors de la récente guerre du Haut-Karabakh de 2020, un événement qui pourrait avoir profondément modifié les relations bilatérales russo-turques.Il s’agissait d’une démarche turque visant à la fois à étendre sa sphère d’influence et à marginaliser l’influence russe dans la région.

En octobre 2020, la Russie a visé avec des frappes aériennes un camp d’entraînement du Failaq al-Sham, une alliance de rebelles islamistes sunnites qui était soutenue par la Turquie. Il s’agissait clairement d’une sorte d’avertissement envoyé par Moscou aux autorités turques d’Ankara. Le président russe Vladimir Poutine était partie prenante de l’accord de cessez-le-feu signé entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Après le départ des forces arméniennes des territoires azerbaïdjanais (dans le cadre de l’accord de paix), la Russie et la Turquie ont signé un accord établissant un centre d’observation conjoint dans la région du Haut-Karabakh. Actuellement, environ 2 000 soldats russes sont déployés dans le corridor de Lachin, entre le Haut-Karabakh et l’Arménie, en tant que forces de maintien de la paix.

Il existe aujourd’hui des opérations conjointes russo-turques dans le Haut-Karabakh ainsi qu’en Syrie. Cependant, le soutien turc aux récentes actions ukrainiennes dans la région du Donbass est un problème majeur, tout comme l’adhésion de la Turquie à l’OTAN, comme l’a déclaré mercredi dernier le ministre russe de la défense, Sergey Shoygu.  Si le ministre a déclaré que les opérations conjointes russo-turques actuelles sont « fructueuses » (la Russie et la Turquie patrouillent toutes deux dans le nord-est de la Syrie, luttant ensemble contre le terrorisme) et qu’un terrain d’entente est possible, il a également noté que le travail est difficile précisément en raison de la question de l’adhésion à l’OTAN.

Il semble qu’il y ait également une profonde question géopolitique et géostratégique : les intérêts des Russes et des Turcs ont tendance à s’opposer dans le Caucase et en Asie centrale – et leur rivalité au Moyen-Orient est notoire. Une compétition par procuration entre la Russie et la Turquie est un schéma récurrent que l’on retrouve derrière le conflit actuel en Libye, par exemple. D’autre part, une alliance avec la Turquie, du point de vue de la Russie, affaiblirait davantage l’OTAN, qui, dans une certaine mesure, n’existe aujourd’hui que pour contrarier la Russie (et la Chine). Quant à la Turquie, ses ambitions de rejoindre l’Union européenne ne semblent pas avoir de chances significatives de succès.

Les relations bilatérales entre Moscou et Ankara ont montré leur capacité à surmonter leurs compétitions régionales, mais les tensions s’intensifient. L’évolution de la situation dans le Donbass pourrait constituer un nouveau test concernant les relations entre les deux pays.

Uriel Araujo (Infobrics, traduction breizh-info)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Brest. Trois voitures incendiées à Pontanézen

Trois voitures ont été incendiées à Pontanézen (Brest), dans la nuit de lundi à mardi. Les voitures étaient totalement embrasées...

L’hostilité française à la recherche : l’exemple de la tuberculose

Bulletin d'information scientifique de l'IHU Marseille, par le Pr Didier Raoult. https://www.youtube.com/watch?v=2HiI2bUgNBo Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...

Articles liés