Irlande du Nord. La New IRA promet de poursuivre la lutte armée « si nécessaire »

A LA UNE

La New IRA (Nouvelle IRA, paramilitaires républicains) a indiqué qu’elle poursuivrait sa campagne armée malgré les spéculations sur un éventuel cessez-le-feu après une année de revers importants qui ont conduit ses dirigeants présumés derrière les barreaux. Dans une déclaration faite en ce lundi de Pâques l’organisation a rendu hommage à ses membres et a déclaré que les efforts pour vaincre le républicanisme avaient échoué.

« L’IRA continuera à attaquer le problème à sa racine et ne s’excusera pas d’entreprendre cette tâche nécessaire. L’IRA poursuivra sa lutte jusqu’à l’avènement d’une république socialiste de 32 comtés »

Dix personnes sont actuellement en détention provisoire, accusées d’un total de 39 délits, dont l’appartenance à une organisation terroriste et la tentative d’obtenir du Semtex, dans le cadre de l’opération Arbacia menée par le MI5 l’été dernier. D’autres arrestations pourraient intervenir dans les prochaines semaines sur la base d’enregistrements secrets de réunions de la New IRA réalisés par l’agent britannique Dennis McFadden, qui a infiltré le Sinn Fein il y a plus de 20 ans avant de rejoindre les dissidents.

La New IRA semble avoir été particulièrement déstabilisée depuis ces opérations de police contre elle, car depuis, les actions revendiquées se font rares. Le groupe paramilitaire a constaté la montée des troubles liés au Brexit et la « montée du loyalisme militant« , tout en indiquant que la Grande-Bretagne restait déterminée à « écraser le républicanisme ».

La Nouvelle IRA a ajouté : « Ils ont échoué et leurs efforts ont été vains. Alors que la libération de l’Irlande n’a pas encore été réalisée, la manipulation britannique couplée à la trahison des anciens républicains a maintenu la partition de l’Irlande. Pour trouver la solution, nous devons nous attaquer à la cause des problèmes de l’Irlande de manière radicale »

Pendant ce temps, des membres de Saoradh, la vitrine politique présumée de la Nouvelle IRA, ont organisé hier une cérémonie de dépôt de gerbes au cimetière municipal de Derry, en présence d’une trentaine de personnes. Une marche prévue pour cet événement marquant le 105e anniversaire du soulèvement de Pâques 1916 a été annulée.

La cérémonie s’est déroulée sans intervention de la police.

Stephen Murney, membre de l’exécutif national de Saoradh, a déclaré : « Nous tenons à nous souvenir que des hommes et des femmes ont été incarcérés dans des prisons britanniques et dans 26 prisons de comté pour avoir défendu la République proclamée en 1916 (…) Nous subissons la répression des institutions britanniques et des 26 comtés comme en témoigne le harcèlement mené par le MI5 à travers le pays. Nos pages sur les médias sociaux sont régulièrement censurées, pourtant nous faisons passer notre message et il trouve un écho auprès des gens. Nous espérons transmettre la flamme républicaine révolutionnaire à la prochaine génération. Nous nous souvenons qu’en 1916, ce sont les soi-disant dissidents et radicaux du mouvement nationaliste au sens large qui ont mené la charge et accélérer l’agenda révolutionnaire au service de la liberté. Nous sommes fiers d’hériter du titre de dissident dans le contexte irlandais. L’accord du Vendredi Saint n’a pas marqué la fin de l’histoire irlandaise. Il y a eu et il y aura toujours des voix dissidentes jusqu’à ce que la république socialiste pour laquelle tant de personnes ont tant donné soit réalisée »

De son côté la police nord irlandaise a déclaré que la New IRA continue de représenter une menace, mais que des « progrès significatifs » ont été réalisés dans les enquêtes sur le groupe. Des enquêtes ayant mené encore récemment à l’arrestation de deux hommes à Belfast et à Derry/Londonderry. Les hommes, âgés de 38 et 39 ans, ont été libérés après avoir été interrogés à Belfast.

« La Nouvelle IRA continue de représenter un danger, en particulier pour les communautés dans les zones où elle vit et mène ses activités. (..) Ils n’hésitent pas à utiliser leurs armes contre les gens dans les communautés où ils vivent, mutilant un certain nombre d’hommes et d’adolescents, en particulier dans le nord-ouest » indique un responsable de la police.

Cette commémoration de Pâques, non déclarée auprès des autorités chargées de réguler les parades en Irlande du Nord, devrait susciter elle aussi une enquête de la police nord irlandaise. Sur fond d’escalade des tensions, et alors que, lundi soir, à Portadown, ce sont cette fois ci des militants loyalistes qui ont défilé dans les rues de la ville, là aussi sans autorisation, et sous le coup d’une enquête de police.


Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Vivre ensemble » à Brest. Des policiers attaqués dans le quartier de Kérédern

La police n'effraie plus les voyous. A Brest, des policiers ont été attaqués, dimanche, en pleine journée, dans le...

Marsault, l’encre et le bazooka

Marsault, dessinateur humoristique et auteur de bande dessinée à succès, est l'invité de Livre Noir. Rare dans les médias,...

Articles liés