Annuler la dette : les épargnants vont-ils trinquer ?

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Le sujet de la dette est un sujet de longue date que la crise du COVID a eu le bon ton de remettre sur le tapis à la suite des mesures anti-COVID et des injections de liquidités réalisées à ce moment-là. Il n’aura échappé à personne qu’une dette doit être remboursée, mais pourtant tout le monde s’est bien rendu compte que l’hélicoptère monnaie a permis à tout un chacun de continuer à vivre avec de l’argent distribué par l’État. On peut donc se demander si cet argent ne va pas tôt ou tard nous être repris, d’une manière ou d’une autre. Chaque administration et chaque État y va de son idée brillante.

Biden veut créer un impôt mondial, la France cherche à taxer les épargnants, il est toujours question de taxer les plus riches – mais selon quels critères – d’autres se contentent de penser que l’inflation fera le travail à leur place. Ce qui reste entendu c’est que la dette d’État pose bel et bien question : doit-on à nouveau rouler cette dette et simplement la traiter ultérieurement ? Quelles en seraient alors les conséquences ?

Faut-il l’annuler – en imaginant que cela ait un réel sens – et quelles en seraient alors les conséquences pour les populations ? Les épargnants ayant positionné tout ou partie de leurs économies sur des obligations risquent de sentir passer la prise de décision de l’État. Comment se couvrir face à ce risque systémique qui menace de faire fondre nos économies ? Quels zones géographiques se retrouvent épargnées de ce type de prise de décision vis-à-vis des épargnants et du financement des mesures anti-COVID ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

Articles liés

La planète financière se noie dans la fausse monnaie – Politique & Eco 305 avec Pierre Jovanovic

Ultimes conséquences de la planche à billet, les banques en situation précaire, l’or acheté en masse par les états et voilà l’inflation qui pointe....

Nos économies sur la voie d’une «soviétisation» ?

Cette semaine dans C’est Cash, Estelle Farge et Olivier Delamarche s’intéressent à la «soviétisation de l’économie». Face aux mesures prises par les Etats occidentaux...

Sciences économiques ou économie politique ? Politique d’abord !

Ci-dessous le texte d'introduction du colloque de l'Institut Iliade qui s'est tenu la semaine dernière à Paris, introduction signée Jean-Yves Le Gallou. Le terme économie politique apparaît...

Colloque de l’Institut Iliade. Les vidéos des interventions

En raison d'un nombre de places limitées, beaucoup, y compris parmi nos lecteurs, n'ont pas pu se rendre au colloque de l'Institut Iliade organisé...