Suicide du Royaume-Uni. Les universités cesseront de pénaliser l’orthographe « pour réduire l’écart entre Blancs et Noirs »

A LA UNE

Les étudiants universitaires ne seront plus pénalisés dans les notes pour leurs fautes d’orthographe, de grammaire et de ponctuation aux examens, car cela serait « élitiste ». indique le Daily Mail dans un nouvel article lunaire qui en dit long sur l’état de suicide mental du Royaume-Uni.

Les universitaires ont été informés que le fait d’insister sur un bon anglais écrit constituait une discrimination à l’égard des minorités ethniques et de ceux qui ont fréquenté des écoles « peu performantes ». Le Bureau des étudiants souhaite réduire l’écart entre la proportion d’étudiants blancs et noirs qui obtiennent de bons diplômes et réduire les taux d’abandon parmi les étudiants les plus pauvres.

En réponse à ces objectifs, certaines universités ont adopté ce que l’on appelle « l’évaluation inclusive », un système plus souple qui a d’abord été mis en place pour mettre sur un pied d’égalité les étudiants souffrant de troubles tels que la dyslexie À l’université de Hull, une nouvelle politique stipule que l’exigence d’un niveau élevé de maîtrise de l’anglais écrit peut être considérée comme « homogène, nord-européenne, blanche, masculine et élitiste ».

Elle ajoute que les élèves dont l’anglais est une deuxième langue ou qui ont été scolarisés dans des écoles peu performantes peuvent être découragés si des normes élevées d’anglais écrit sont exigées. Au lieu de cela, elle prévoit d’encourager les étudiants à développer une « voix académique plus authentique… qui célèbre, plutôt que d’obscurcir, leurs origines ou leurs caractéristiques particulières ».

À l’University of the Arts London, les directives relatives à la notation des travaux écrits stipulent que le personnel doit « accepter activement les fautes d’orthographe, de grammaire et autres erreurs de langage qui n’entravent pas de manière significative la communication, à moins que le cahier des charges n’exige un langage formellement précis ».

Elle demande aux universitaires d’éviter d’imposer leur propre idée de l' »anglais correct » aux travaux des étudiants ».

Les universitaires de l’université de Worcester ont également été informés que si l’orthographe, la grammaire et la ponctuation ne sont pas « au cœur des critères d’évaluation », il est plus juste de juger les étudiants uniquement sur leurs idées et leurs connaissances du sujet. Cette décision intervient alors que les universités sont soumises à une pression croissante pour favoriser les progrès des minorités ethniques, des handicapés et des étudiants défavorisés, ainsi que pour « décoloniser » les cours.

Mais quelques voix, courageuses dans un contexte de lynchage politique stalinien, se sont déjà élevées :

« L’évaluation inclusive me donne envie de pleurer, a déclaré le professeur Alan Smithers, expert en éducation à l’université de Buckingham. Les examens sont là pour faire la différence entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas, y compris être capable de dire clairement ce que l’on veut dire. Cette approche ne rendra pas service aux élèves pour trouver et conserver un emploi. Les écarts ne pourront être véritablement réduits qu’en soutenant davantage les étudiants et en leur apprenant à bien écrire plutôt qu’à ignorer leurs erreurs »

Le professeur Frank Furedi, de l’université de Kent, a ajouté : « L’évaluation inclusive est un instrument d’ingénierie sociale qui viole les normes de l’enseignement universitaire. En abaissant les normes d’évaluation, on réduit les attentes à l’égard des étudiants. Pire encore, la normalisation de l’analphabétisme flatte les étudiants au lieu de les éduquer »

L’université de Hull a déclaré que les nouvelles règles ne seraient appliquées que dans les cours où aucun organisme externe n’insiste sur un bon anglais écrit. Cependant, elle a refusé de dire quelles matières seraient concernées – ou même si l’assouplissement de la notation s’appliquerait à ceux qui étudient l’anglais. Un porte-parole de l’University of the Arts London a déclaré que les directives dépendaient de la matière et qu’elles « devaient être considérées dans le contexte de l’apprentissage mixte et de nos efforts continus pour réduire/supprimer les écarts de notation ».

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

Brest. Trois voitures incendiées à Pontanézen

Trois voitures ont été incendiées à Pontanézen (Brest), dans la nuit de lundi à mardi. Les voitures étaient totalement embrasées...

6 Commentaires

  1. Dans le cas de l’University of the Arts London, ne pas trop se soucier des fautes d’orthographe paraît compréhensible dans certains cas : elles ne préjugent pas de la qualité d’un sculpteur ou d’un designer. Cependant, l’UAL se vante de ses démarches interdisciplinaires et de ses collaborations avec d’autres établissements, et là une orthographe correcte est nécessaire pour être sûr qu’on parle de la même chose. C’est en particulier le cas pour cet institut de l’UAL qui se présente ainsi: « nous imaginons l’Institut comme un espace décentré, disruptif, évolutif et poreux. Nous visons à créer des collaborations interdisciplinaires et des projets de recherche grâce à des partenariat au sein de l’UAL et au-delà ». Il s’agit de l’UAL Decolonising Arts Institute. Oui, l’UAL a vraiment créé un institut dont la vocation n’est pas la création, comme celle de ses autres instituts, mais la contestation et la déstabilisation de la culture britannique (« Challenging colonial legacies and disrupting ways of seeing, listening, thinking and making »). Il s’agit bien d’une volonté suicidaire.

  2. Comme si les  » noirs » ou gens defavorises n’etaient assez intelligents pour apprendre l’orthographe…S’ils arrivent en universite, on pourrait leur donner des cours de rattrapage…Ils ne sont quand meme pas si betes que ca…franchement!

    • Ceux qui sont si bêtes que ça, chère Madame, ce sont les veules et les idiots qui travaillent en réalité pour bien séparer l’élite et le peuple d’esclaves. Car dans la vraie vie, beaucoup d’emplois seront interdits aux analphabètes, mais ce ne sera jamais précisé !

  3. Délirant d’imbécilité, j’ai été élève de ST John’s College , je suis graduated de Cambridge et nous continuerons à préférer l’Elite peu importe sa couleur à la racaille! Les Français capitulent pas nous! C’est une honte de voir les capitulards français s’écraser devant les indigénistes et autres canailles de même farine! Vite un général à poigne!

    Jennyfer CARLISLE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés