Régionales, départementales. Le RN annonce ses premières têtes de liste en Pays de Loire

A LA UNE

Un communiqué de presse de Hervé Juvin, intellectuel, essayiste et homme d’affaire libéral à l’origine du tournant pro-UE et pro-euro du Rassemblement national, annonce les têtes de liste dans trois départements sur cinq des Pays de la Loire. Hervé Juvin, tête de liste du RN en Pays de Loire, est candidat en Loire-Atlantique.

En Maine-et-Loire, Gabriel de Chabot, 39 ans, ingénieur spécialisé dans les travaux de construction, passé par le groupe Bouygues, membre du RN depuis 2014, est tête de liste. En Vendée ce sera Jean-Patrick Fillet, collaborateur du groupe RN au conseil régional des Pays de Loire ; ancien expatrié qui a travaillé dans les jeux vidéo aux Etats-Unis, il est aussi élu de Saint-Hilaire de Riez depuis les municipales de 2020 – c’est le seul élu municipal du RN dans la région administrative.

Les têtes de liste du Maine – Mayenne et Sarthe – devraient être annoncées en milieu de semaine prochaine. Dans ces deux derniers départements, avec le départ du RN de Pascal Gannat (Sarthe), Pascal Nicot (Sarthe, maintenant au CNIP) ou encore Bruno de la Morinière (Mayenne) en 2019 – ils ont formé leur propre groupe au conseil régional et réfléchissent à présenter une liste autonome aux régionales, en union avec d’autres composantes de la droite hors les murs – ce sont des figures complètement inconnues des électeurs qui remplaceraient des élus historiques. Pascal Gannat a été directeur de cabinet de Jean-Marie Le Pen de 1988 à 1992.

Selon nos informations, plusieurs conseillers régionaux sortants restés fidèles au RN ne repartiraient pas pour un autre mandat ; d’autres seraient écartés en dépit de leurs compétences reconnues et parfois assez rares au RN, notamment en matière de sujets sociaux ou l’aide qu’ils ont pu apporter pour trouver des binômes de candidats pour les cantonales. Néanmoins les listes, qui seraient quasiment établies en Loire-Atlantique, Anjou et Vendée ne seront rendues complètement publiques que vers la fin du délai légal de dépôt des listes.

Hervé Juvin a appelé les électeurs à aller voter : « la démocratie ne se confine pas ! Personne n’est dupe, le gouvernement a cherché jusqu’au bout et à travers les moyens les plus fallacieux à éviter de se confronter aux urnes et se voir sanctionner pour sa gestion catastrophique de l’épidémie. C’est pourquoi nous appelons les citoyens des Pays de Loire à voter ».

Régionales : des piliers et des nouveaux visages venus d’ailleurs

Dans les autres régions de France, le RN présente Gilles Penelle (Bretagne administrative), Aleksandar Nikolic en région Centre, le magistrat Jean-Paul Garraud en Occitanie (Midi-Pyrenées et Languedoc), Nicolas Bay en Normandie, Sébastien Chenu dans les Hauts-de-France (Nord et Picardie), Andrea Kotarac en Auvergne – Rhône-Alpes, Julien Odoul en Bourgogne-Franche-Comté, Thierry Mariani en PACA, Edwige Diaz en Aquitaine, Jordan Bardella en Ile-de-France, Laurent Jacobelli dans le Grand Est (Champagne-Ardennes, Lorraine, collectivité européenne d’Alsace) et François Filoni, ancien adjoint à la police municipale d’Ajaccio, pour la Corse.

Plusieurs de ces têtes de liste viennent d’autres horizons politiques que le RN : Jean-Paul Garraud est un ancien député (2002-2012) de l’UMP, puis membre de LR jusqu’en 2018, Andrea Kotarac est un transfuge de La France Insoumise qui a rejoint le RN lors des européennes de 2019, Laurent Jacobelli a quitté Debout la France pour le RN en 2017. Andrea Kotarac et Philippe Juvin ont lancé ensemble le Parti Localiste, satellite du RN, tandis que Thierry Mariani et Jean-Paul Garraud sont membres du collectif de la Droite Populaire, ancien courant politique de l’UMP passé au RN en 2019.

Départementales : le RN est (presque) prêt aussi

Alors que la grande majorité de la population ne sait pas encore qu’il y a, en juin, des élections autres que les régionales, le RN se prépare activement pour les cantonales ; sur la région des Pays de Loire, tous les cantons sont pourvus en Mayenne et Vendée ; en Loire-Atlantique il reste encore, à onze jours du début du dépôt des candidatures, 10 à 15% des cantons à couvrir, idem en Sarthe. En Anjou un quart des cantons n’ont pas encore de candidats.

Grâce à une logistique qui semble s’améliorer, le RN espère pouvoir mener des campagnes locales – il est notamment prévu de faire distribuer 20.000 tracts par canton, bâtis autour de cinq propositions  établies par département. En Loire-Atlantique, le RN espère améliorer son score et être présent dans plus de cantons au second tour ; en Vendée, il espère même réussir à prendre quelques cantons si la participation est au rendez-vous.

Louis Moulin

Photo d’illustration  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Journées du patrimoine. Les manoirs bretons. Ar manerioù e Breizh

(Br) Pinvidik-mor eo glad ar vro, hag e-mesk an teñzorioù legadet dimp ez eus milieroù a vanerioù. Un tamm...

Rugby. 4ème défaite pour le RC Vannes à Mont de Marsan

Le début de saison du RC Vannes en Pro D2 tourne au cauchemar. 4 matchs, 4 défaites, la dernière...

2 Commentaires

    • Merci de ne pas mettre tout le monde dans le même panier.
      Quoi de commun entre le militant ou l’élu de terrain qui met en péril sa vie professionnelle et familiale par conviction et pour la France, et les nantis et planqués du parti qui ont décroché la timbale d’un poste bien rémunéré de député AN ou UE ou au siège, par intrigue et cooptation et vivent grassement de l’argent public en ce faisant surtout remarquer par leur absentéisme et le minimum syndical dans les médias ?
      Nantis qui méprisent et utilisent les premiers, dans le seul but d’assurer leur réélection personnelle.
      Alors, oui, à ce niveau, le RN est devenu moins que rien…
      Ce qui explique les nombreuses défections.
      D’autres ont pu faire le choix de rester fidèles à leurs électeurs jusqu’au bout de leur mandat tout en refusant d’abandonner toutes les structures d’un parti, qui quoi que vous puissiez en dire est le seul à pouvoir aujourd’hui mobiliser un électorat important, à la clique d’arrivistes qui ont fait main basse dessus.
      Ni les uns (ceux qui ont quitté le RN selon leurs convictions, ni ceux qui ont fait un choix de fidélité à leurs électeurs) ne méritent vos insultes.
      Et vous, expliquez-nous donc ce que vous avez fait de mieux et ce que vous avez à nous proposer ?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés