Loi antiterroriste. Les renseignements auront-ils accès à nos historiques ?

A LA UNE

A défaut de lutter réellement contre l’islamisme, à la racine, les autorités entendent surveiller, fliquer toujours un peu plus l’intégralité de la population. Quelques jours après l’attentat islamiste du commissariat de Rambouillet, le ministre de l’Intérieur présente ce mercredi en Conseil des ministres un texte renforçant des mesures expérimentées dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Le projet de loi contient 19 articles qui ne relèvent plus de l’état d’urgence, mais qui auront un caractère permanent.

Dans le texte, on retrouve les possibilités de perquisitions, après autorisation d’un juge judiciaire, dans le logement d’une personne soupçonnée de présenter une menace terroriste. Cette menace doit être d’une « particulière gravité », selon les termes de la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme d’octobre 2017.

Le texte élargit la possibilité d’obtenir le concours des opérateurs de communications électroniques et porte à deux mois la durée d’autorisation de la technique de recueil de données informatiques. Il autorise aussi la conservation de renseignements aux fins de recherche et facilite l’interception des correspondances échangées par voie satellitaire.  Concrètement, des algorithmes pourront passer au crible l’intégralité des adresses URL des sites Web consultés par les Français, afin notamment de détecter la connexion – et l’intérêt – d’un individu vers des sites liés au terrorisme (sans que le texte précise exactement de quoi il ressort concernant ces sites, puisqu’il n y a aucun site « officiellement » terroriste. Cela peut permettre aux autorités de cadenasser y compris les sites jugés « extrémistes », ce qui peut rapidement constituer une atteinte à la démocratie).

Le projet de loi propose de porter à « deux ans » – contre un actuellement – la durée maximale des mesures de surveillance pour les personnes condamnées pour terrorisme à une peine d’au moins cinq ans ferme ou trois ans en récidive.

Le projet de loi offre également la possibilité de fermer des locaux dépendants de ces lieux de culte et propose d’interdire à une personne sous surveillance administrative et tenue de résider dans un périmètre géographique déterminé de paraître au sein de ce périmètre dans un lieu « dans lequel se tient un événement soumis, par son ampleur ou sa nature, à un risque terroriste particulier ».

Vous pouvez chercher longtemps, vous ne trouverez pas la moindre mesure du texte qui concerne l’immigration, et la protection des frontières, ou les expulsions hors du territoire de délinquants dangereux. Priorité au flicage généralisé des Français, sans distinction !

Le projet de loi devrait être examiné fin mai par les députés et son vote définitif pourrait intervenir avant le 31 juillet.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. « Allahu Akbar », couteau, hache et dégradations : il écope d’une 19e condamnation

Un homme de 27 ans a écopé d'une 19e condamnation à Saint-Brieuc pour des faits de harcèlements et des...

Tennis. Rinderknech en patron, Moraing et Gabashvili en quarts !

Pour ce quatrième jour de compétition à l'Open de Tennis de Rennes, Arthur Rinderknech a fièrement défendu son titre,...

Articles liés