La mobilisation contre le parc éolien en baie de Saint-Brieuc ne faiblit pas

A LA UNE

La mobilisation contre le parc éolien en baie de Saint-Brieuc ne faiblit pas comme en témoigne une nouvelle action de pêcheurs en baie de Saint-Brieuc ce vendredi matin.

Après la mobilisation avortée de lundi et le début des travaux pour installer des éoliennes en mer, plusieurs dizaines de bateaux de pêche ont quitté Saint-Quay-Portrieux et Erquy (Côtes-d’Armor) à 7 heures pour converger ensemble en mer en Baie de Saint-Brieuc pour s’opposer à l’installation d’éoliennes en mer.

A terre, les pêcheurs et leurs soutiens ont également manifesté, du côté de Fréhel ce vendredi matin, avec notamment la présence de candidats de la liste La Bretagne en héritage, venus les soutenir.

 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Multi récidivistes, deux Afghans condamnés pour avoir attaqué et poignardé un couple

Souvenez-vous, l'été dernier. C'était au mois de juillet, à Rennes. Un couple était agressé sur l'eplanade Charles-de-Gaulle. Par deux...

Charlotte D’Ornellas : « Greta sermonne tout le monde au nom de la survie de la planète. Quand Thaïs d’Escufon dit que l’immigration est...

Charlotte D’Ornellas : « Greta sermonne tout le monde au nom de la survie de la planète. Quand Thaïs...

2 Commentaires

  1. Il a donc été décidé, sans qu’il y ait la moindre preuve scientifique que nos émissions de CO2 aient une action mesurable sur la TMAG (température moyenne annuelle globale), et sans tenir compte du fait que nos émissions françaises ne sont que de 0,9% du total des émissions anthropiques, de tout faire pour les réduire. Voyons si notre politique climat-énergie est en cohérence avec cet objectif, même si cet objectif est irrationnel. Selon une étude de l’Ademe, voici les taux d’émissions de CO2 par type de source d’électricité : nucléaire : 6 g/kWh, éolien : 15 g/kWh, solaire : 55 g/kWh. L’hydraulique a un bilan carbone particulièrement vertueux. Or, notre politique est de réduire le nucléaire et de développer à marches forcées le solaire et l’éolien (notamment avec cette usine éolienne en baie de Saint-Brieuc à 150 €/MWh, qui va polluer durablement ce riche écosystème par des particules d’aluminium et ruiner l’économie locale), ce projet aberrant étant soutenu par Mme Pompili (qui me pompili le mou…) qui n’hésite pas à mentir sur les performances. Une politique climat-énergie sensée consisterait donc à augmenter le nucléaire vertueux (générations III et IV) et arrêter l’éolien et le solaire non vertueux. Mais nos gouvernants font exactement ce qu’ils ne devraient pas faire, avec en sus un dérapage du prix du kWh, des surcoûts externes pour palier l’intermittence, et un écocide par l’éolien (massacre d’oiseaux, de migrateurs, de rapaces et de chauves-souris). Faire plus stupide, est-ce possible ?

  2. ) L’éolien, à faible densité énergétique, ce qui est une régression, est aléatoirement intermittent, sa part de production dans le mix énergétique en 2020 est faible (7,9%) tout comme son facteur de charge (26% en 2020 mais 20% les années précédentes)), son bilan carbone (en supposant que le CO2, nécessaire à la photosynthèse, donc à toute la chaîne de la vie sur Terre, ait une action mesurable sur la température, ce qui n’est pas prouvé) est mauvais (15 gCO2/kWh contre 6gCO2/kWh pour le nucléaire), et il faut en plus en soutien permanent des centrales thermiques de même puissance totale pour équilibrer le réseau de transport et éviter son effondrement… Sans parler du prix délirant du kWh pour l’éolien en mer : 150 €/MWh, donc cela augmente la précarité énergétique, cela réduit la compétitivité de nos entreprises, ce qui supprime de l’emploi salarié. Le systèmes anti-corrosion de l’éolien en mer émet de l’aluminium, ce qui va contaminer tout l’écosystème. Chaque éolienne utilise 200 kg de terres rares (indium, néodyme, …) produites en Chine dans des conditions environnementales épouvantables, et l’on ne sait pas recycler les immenses pales en fibre de verre/fibre de carbone, ce dont les promoteurs de gardent bien de faire état. Et ce sont les ménages et les entreprises qui en payent le prix de plus en plus douloureux. Tout le site de la baie sera dénaturé et que Mme Pompili soutienne ce projet néfaste à l’environnement, ce qui ne devrait pas être sa mission de base, n’est pas acceptable. Bref, l’éolien, sur terre comme en mer, ne présente aucun intérêt, si ce n’est d’offrir aux promoteurs, qui ont flairé la très bonne affaire, des avantages déraisonnables octroyés par des Pouvoirs Publics incapables de faire les bons choix et conditionnés par les fadas de l’écologisme, d’autant qu’ils ont, pour d’obscures raisons sans doute idéologiques, arrêté notre projet de surgénération Astrid, laissant USA, Chine et Inde avancer à grand pas.
    Notre politique climat-énergie, censée sauver la planète est à la fois néfaste, onéreuse et totalement inutile (sauf pour les promoteurs qui engrangent des profits pharaoniques, aux frais des ménages et des entreprises), car nos émissions françaises de CO2 (qui n’est PAS un polluant, mais gaz de la Vie) ne sont que de 0,9% du total des émissions anthropiques, le taux de CO2 atmosphérique n’est que de 0,04%, et le total des émissions anthropiques mondiales n’est que de 4% (GIEC, rapport scientifique AR5, page 471). Se tirer une balle dans le pied pour des raisons idéologiques et irrationnelles, ruiner toute l’activité économique de la zone de Saint-Brieuc, ce n’est pas ce que j’appelle une bonne gouvernance.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés