Italie. Giorgia Meloni concurrence désormais Matteo Salvini.

A LA UNE

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

En Italie, Giorgia Meloni est devenue un futur Premier ministre potentiel. 

Alors que les deux partis patriotiques, la Ligue et Frères d’Italie, sont donnés, depuis des mois, ensemble à 40 %, le rapport de force entre ces deux formations politiques évolue au fil du temps. La Ligue, de Matteo Salvini, qui a obtenu 34,26 % lors des élections européennes de mai 2019, est tombée au sein des sondages pour des législatives à 21 ou 22 %. Frères d’Italie de Giorgia Meloni, qui a obtenu 6,44 % lors des européennes, est désormais donné à 19 %. Le parti conservateur de Silvio Berlusconi, Forza Italia, est donné au-dessus de 6,5 %.

Ces trois partis, alliés au sein du centre-droit, devraient gagner les prochaines élections législatives, prévues au plus tard en mai 2023. Le dirigeant de la première formation politique du centre-droit devrait alors recevoir le poste de Premier ministre. Si, jusqu’à présent, la personne toute désignée pour cette fonction était Matteo Salvini, l’érosion constante de la Ligue dans les sondages et la montée en puissance de Frères d’Italie font désormais de Giorgia Meloni une sérieuse concurrente pour Matteo Salvini.

Je suis Giorgia. 

La nomination de Giorgia Meloni à la tête du parti des Conservateurs et réformistes européens (https://www.breizh-info.com/2020/09/30/151355/la-dirigeante-du-parti-fratelli-ditalia-giorgia-meloni-elue-a-la-tete-du-parti-des-conservateurs-et-reformistes-europeens-cre/), ainsi que le fait que Frères d’Italie se retrouve dans l’opposition au gouvernement, entré en fonction en février 2021, de Mario Draghi – réunissant une coalition hétéroclite, constituée du Mouvement 5 étoiles (M5S) anti-système, de la Ligue, du Parti Démocrate de centre-gauche, de Forza Italia, d’Italie Viva de l’ancien Premier ministre Matteo Renzi, de l’alliance électorale de gauche Libres et égaux, du Centre démocrate, de +Europa et de Nous avec l’Italie – a favorisé l’ascension de Frères d’Italie.

Giorgia Meloni, qui vient de sortir un livre intitulé Io sono Giorgia. Le mie radici, le mie idée (Je suis Giorgia. Mes racines, mes idées), au sein duquel elle présente son passé et ce qu’elle désire réaliser, a déclaré lors d’une émission sur la chaîne de télévision publique Rai 3 qu’elle se prépare à diriger la nation. Elle précise que ses premières mesures seraient une politique de soutien aux entreprises, via une réduction des impôts et de la bureaucratie, et une politique nataliste.

Territoire ou nation ? 

Interrogée au sein de l’émission de la Rai 3 sur les différences entre Frères d’Italie et la Ligue, Giorgia Meloni indique que cette dernière est plus liée à une dimension territoriale, alors que son parti est avant tout connecté au concept de nation.

Par exemple, la Ligue a défendu l’indépendance de la Catalogne, alors que pour Meloni, cela n’est pas possible car elle estime que l’État national ne peut être séparé en deux ou plusieurs entités.

Elle a ensuite précisé que si ces formations politiques sont différentes, elles ont des points communs et des convergences d’idées avant de conclure : « Je crois que nous gouvernerons ensemble. » 

Lionel Baland

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tyrannie sanitaire. Le couvre feu sera levé dimanche 20 juin, le masque plus obligatoire en extérieur

Le Premier ministre Jean Castex a décidé de donner quelques bonbons à la population oppressée depuis plus d'un an...

Projet éolien et pollution en baie de Saint-Brieuc : la colère

La nappe d'huile rejetée accidentellement lundi sur le chantier du parc éolien et qui s'étendait sur plusieurs kilomètres au...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Eric Zemmour : « L’État n’a plus d’autorité sur des parcelles entières du territoire »

Eric Zemmour : « L’État n’a plus d’autorité sur des parcelles entières du territoire » https://www.youtube.com/watch?v=O9njNgzHTsQ Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

L’État, ennemi numéro 1 de l’épargnant. Comment livrer bataille intelligemment ?

Avec un surcroît d’épargne de près de 200 milliards d’euros des ménages français, l’État, non sans raison, cherche à faire recalculer ces sommes colossales...

Cagnottes de l’État : le grand secret

C'est l'un des secrets les mieux gardés de la République : des centaines de millions d'euros d'argent public distribuées tous les ans sans que...

Covid-19. Des prêts participatifs soutenus par l’État pour les PME et les ETI face à la crise

Certaines entreprises françaises vont pouvoir bénéficier d'une nouvelle aide de la part de l'État, qui propose la souscription de prêts participatifs. 8 000 PME...