Dinard. Lynché par un membre de la communauté des gens du voyage : un père de famille infirme à vie

A LA UNE

Un père de famille s’est retrouvé infirme à vie après un banal accrochage routier à Dinard avec un membre de la communauté des gens du voyage. Ce dernier avait pris la fuite pour éviter le constat, avant de lyncher la victime devant ses enfants.

Dinard : le père de famille passé à tabac devant l’aire des gens du voyage

C’est une simple histoire de priorité qui laissera des séquelles à vie à la victime. Jeudi 27 mai, le tribunal de Saint-Malo a jugé une affaire témoignant d’un ensauvagement qui n’épargne plus les usagers de la route, y compris sur la côte d’Émeraude. Roulant au volant d’un Renault Scénic en compagnie de sa femme et de ses deux enfants, ce père de famille n’imaginait sans doute pas le cauchemar qui l’attendait quelques minutes plus tard quand, le 11 janvier 2020 vers 18 h 30, son véhicule est accroché par une BMW sur un rond-point de Dinard, au niveau de la Ville ès Passants.

Cependant, le conducteur de la berline allemande n’envisageait pas de dresser un constat comme la loi l’exige en pareille situation et continue sa route. Le père de famille ne désarme pas et décide de suivre la BMW tout en lui faisant des appels de phares, sans succès. Jusqu’à ce que le chauffard finisse par s’arrêter à l’entrée d’une aire accueillant des gens du voyage.

Après que le propriétaire du Renault Scénic soit descendu de son véhicule en lançant « Alors, les priorités ? » au conducteur ayant pris la fuite, ce dernier, un jeune individu particulièrement agressif, s’en prend physiquement au père de famille en lui portant de violents coups de pied à la tête tout en le menaçant de mort.

« Chez nous les gens du voyage… »

Lorsque l’épouse de la victime sort à son tour de la voiture pour tenter de s’interposer et protéger son mari, le membre de la communauté des gens du voyage la menace également violemment : « Pousse-toi ou je te frappe ».

Dans la salle d’audience du tribunal de Saint-Malo, l’appel de la famille enregistré par Police secours le 11 janvier 2020 est rediffusé, glaçant. Parmi les bruits de coups et les hurlements, on distingue la voix de l’un des enfants du père de famille : « Papa se fait taper dessus », crie la fillette de 11 ans. Dans le box des détenus, le membre de la communauté des gens du voyage écoute la bande-son, tête baissée.

Un agresseur manifestement pris d’amnésie puisqu’il reconnaît tout juste avoir donné « un coup de poing » lors d’une scène de lynchage qui a duré plusieurs minutes avec une victime qui a fini par perdre connaissance. Quant aux accusations d’avoir proféré des menaces de mort, il répond : « Je ne l’ai pas menacé de mort ; chez nous les gens du voyage, les mots ont une autre signification que chez vous. »

Des séquelles permanentes pour le père de famille lynché

Toujours est-il que ce n’est qu’après l’intervention de plusieurs autres membres de cette communauté des gens du voyage que le chauffard ultra-violent sera finalement maîtrisé.

Mais le mal était déjà fait : les deux enfants de la victime, dont le plus jeune était âgé de quatre ans seulement, sont traumatisés. En ce qui concerne leur père, le bilan est encore plus grave puisque plusieurs expertises médicales lui ont diagnostiqué des séquelles à vie. L’homme ne parvient plus à fermer son œil gauche, y compris durant son sommeil, et voit double avec un regard orienté vers le bas en permanence suite à la pluie de coups reçus.

Par ailleurs, il est aussi très marqué sur le plan psychologique et se trouve être dans un état de stress post-traumatique depuis des faits datant de près d’un an et demi désormais. Un état de stress qui le rendrait agressif tandis que la scène a également lourdement choqué son épouse.

La famille avait quitté Marseille… pour « chercher du calme » en Bretagne

Pour les enfants, le retour à une vie normale s’est aussi avéré très compliqué, le plus jeune des deux étant depuis pris de panique lorsqu’il aperçoit une ambulance ou un véhicule de police.

Quant au profil du prévenu, l’homme de 29 ans et père de six enfants avait déjà été condamné neuf fois auparavant, principalement pour des délits routiers. Suite à un placement en détention provisoire le 17 janvier 2020, il en ressortira au mois de septembre de la même année en raison de sa « bonne conduite » derrière les barreaux… avant d’être de nouveau condamné en novembre 2020 à dix mois de prison lors d’une comparution immédiate après avoir été reconnu coupable de violences sur des policiers. Depuis cette date, il est incarcéré à la maison d’arrêt de Saint-Malo.

Dans l’affaire du père de famille lynché, le substitut du procureur de la République avait requis une peine de 3 ans de prison à l’encontre du membre de la communauté des gens du voyage. Le tribunal, déclarant l’individu coupable, n’a toutefois pas retenu les charges pour les violences aggravées sur les enfants de la victime, et l’a condamné à trois ans de prison dont 12 mois avec sursis probatoire.

Enfin, ironie de l’histoire, la famille, originaire de Marseille, s’était installée à Dinard après avoir quitté la Provence dans le but d’y trouver un cadre de vie plus calme… C’était oublier que la Bretagne n’est dorénavant pas plus épargnée par l’insécurité que les autres régions françaises.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

À Nantes, Jonathan s’est retrouvé à la rue à 21 ans

Placé à l'âge de 3 ans, Jonathan a enchaîné les foyers et les familles d'accueil. À ses 21 ans...

Tyrannie sanitaire et loi vigilance sanitaire. Les votes des parlementaires du Morbihan.

Déposé le 13 octobre 2021, le projet de loi portant diverses dispositions de vigilance sanitaire, qui vise à proroger...

5 Commentaires

  1. La fin du monde social tel qu’on le connaissait. Pas seulement dans l’explosion des menées des racailles et des malfrats. Chez les juges c’est la culture de l’excuse et de la compassion envers les profils prédateurs. Du côté des moyens pour vivre, c’est le pas la peine de travailler. Avec un « digne » représentant de ces mouvements à la tête de l’état français. « Français » est peut être le mot erroné.

  2. Il est temps pour les français de souche de se reconnaître comme peuple autochtone, seul légitime sur ses terres ancestrales. Osons revendiquer cette identité d’autochtones. L’Onu a prévu en 2007 ce statut qui permet aux peuples de décider de leur destin. Les constats sont faits, il est temps d’agir en se regroupant. Voyez https://blanche-hermine.com

  3. bof, c’est un flic ! il est payé pour risquer sa vie , non?
    et bien non ! il est payé pour nous protéger et il devraient avoir le droit de se défendre avant d’être agressé à mort
    tant que les racailles sauront qu’ils ont tous les droits ils en abuseront!
    que le gouvernement le comprenne (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui) et que les gens aillent voter pour défendre leurs idées

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés