Nantes. Meurtre au Sillon de Bretagne : la victime était un Tunisien clandestin de 27 ans

A LA UNE

Les résultats de l’autopsie du mort retrouvé devant l’immeuble le Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain, dans la nuit du 28 au 29 mai dernier, peu après minuit, sont tombés ce 1er juin. Il s’agit d’un Tunisien en situation irrégulière de 27 ans, inconnu des forces de l’ordre – du moins sous cette identité. Le lien entre la découverte du corps et une rixe violente survenue sur les lieux mêmes une heure auparavant reste à établir formellement.

L’homme avait quatre plaies – dont deux avec une arme blanche. L’une d’elle, à travers la poitrine, a touché l’aorte et s’est trouvée mortelle. La police recherche le ou les meurtriers présumés.

En revanche, l’enquête sur l’autre mort de la nuit, retrouvé gisant à 4 h du matin dans les parties communes d’un immeuble rue de Gigant, reste nettement plus nébuleuse. L’homme vivait seul dans cet immeuble, au rez-de-chaussée. Il était âgé de 44 ans. Si les causes de son décès sont jugées suspectes et une enquête pour en rechercher les causes a été ouvertes, chez lui, aucune trace de lutte ni de cambriolage n’a été retrouvée.

Une autopsie a été pratiquée ce mardi ; cependant tout lien avec l’affaire du Sillon de Bretagne semble pour l’heure exclue. De même, ce second défunt ne présente pas de plaie à l’arme blanche.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Météo. Attention gros coup de vent en Bretagne dès mercredi

L'automne s'installe. Les Miz Du arrivent. Et au préalable, les coups de tabac sur la Bretagne aussi. Une grosse...

Langue bretonne. Le réseau Diwan mobilisé de Quimper à Nantes pour le versement du forfait scolaire

Le réseau Diwan avait appelé à la mobilisation le weekend dernier afin de garantir le versement du forfait scolaire...

1 COMMENTAIRE

  1. cette info est passée inaperçue dans les médias aux ordres, banale finalement
    que les français qui ne veulent pas se laisser suicider par égorgement aillent le dire dans les urnes

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés