De Clovis à Macron : vie et fin d’une nation ?

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Nos politiques actuels montrent d’évidentes ambitions personnelles. Elles sont cependant bien trop étriquées et mensongères pour qu’elles se développent en une ambition pour la France et soient ainsi utiles au pays, face aux dangers qui grondent. La réalisation d’une véritable ambition politique individuelle devrait s’appuyer sur la réussite de la collectivité qui a élu l’ambitieux. Si elle se trouve seulement satisfaite par un succès privé, elle n’est qu’égoïsme, forfanterie et malheureusement tromperie de ceux qui, en tant qu’ensemble solidaire, pour tout ou partie, ont cru ou supposé ingénument que ce désir de réussite personnelle servirait la nation. Ces gens, bavards et sans échine, corrupteurs et faux, ne laisseront pas leur nom dans l’histoire. Au mieux, dans une quelconque note de bas de page, un historien futur, évoquant la période que nous vivons, les citera comme les insignifiants personnages d’un marécage politique, prélude boueux à la grande résilience française. C’est en tout cas la perspective espérée et motivante qui doit animer les citoyens si nous ne voulons pas qu’un autre historien, dans une autre dimension, écrive, en anglo-saxon, un ouvrage de 350 pages, faisant référence à un ancien pays, au titre probable suivant : « De Clovis à Macron : vie et fin d’une nation. »

Pour diriger une puissance aussi ancienne et sensuelle que la France, il faut entretenir une relation charnelle avec elle. Son histoire est un héritage global avec ses bons et mauvais épisodes. Les uns sont indissociables des autres tant les aspects sombres, par contraste, donnent de la lumière aux pages glorieuses. Nous ne pouvons faire le tri car nul ne peut se revêtir du contexte de telle ou telle époque. Ils participent tous à la France d’aujourd’hui et à sa grandeur. Ils dirigent son avenir et génération après génération ils nous obligent.

D’aucuns me diront que seul le peuple est souverain et que ses dirigeants sont ceux qu’il a souhaités. En sommes-nous sûrs ? Je crois, hélas, que toutes sortes de manipulations, rendues possibles de nos jours par une technologie soumise aux financiers méprisants, à une organisation internationale hostile aux nations, et à une caste qui leur est intimement liée, ont permis l’établissement d’une démocratie virtuelle, à moins que ce ne soit une dictature masquée. De plus le politique est un professionnel au long parcours ce qui le contraint à acquérir une mentalité conforme à des règles lentement établies, une sorte d’endoctrinement ou de structuration de l’esprit. Quelle que soit son adhésion idéologique, il s’impose, injustement, comme un indispensable spécialiste. Nous confions donc notre État à des gens dont la politique est devenue le métier. Je ne nie pas qu’une certaine expérience puisse être utile et que quelques-uns soient à leur place, mais l’intelligence, la vision des rapports humains, la réflexion, le sens des autres, la vertu, l’amour de la France, la culture, se trouvent plus aisément, ailleurs, que dans ce milieu. Il y a, au demeurant, un détournement, de l’expression populaire d’autant plus évidente que les partis de militants n’existent plus. Ils recueillaient, à leur façon, la pensée des citoyens et, de ce fait, offraient à leurs responsables un mandat légitime pour parler au nom d’une partie du peuple. Cette organisation militante s’est effondrée. Nous sommes confrontés à un hiatus entre les positions des politiciens et l’opinion véritable d’un peuple privé de cette possibilité de faire émerger ses sentiments et de s’enthousiasmer pour une cause véritable. La politique devrait redevenir l’affaire de tous. Elle ne peut être la propriété d’un groupe fixant à ses membres des comportements au travers de longues dérives. Ce clan finit par ne proposer au peuple que des souhaits sous influence, habillés, selon le bord affiché, de fausses différences. Ou encore il ne fait que relayer les exigences aberrantes des minorités agissantes et menaçantes, qu’il fait siennes, car elles lui paraissent utiles pour faire croire à la prise en compte de volontés citoyennes. L’absurde et l’ubuesque sont ainsi, exposés en lieu et place de la vertu et de la raison.

Le constat est d’évidence : il n’y a plus guère cette indispensable porosité entre le peuple et ses représentants, soumis obligatoirement au carcan des appareils partisans pervertis. À moins d’un homme charismatique créateur de sa part d’histoire, les politiques d’aujourd’hui les plus en vue n’ont pas la dimension leur permettant de répondre aux périls qui menacent la France. Ils proviennent tous de la routine d’une situation de paix, menés par des gestionnaires prétentieux aux principes flexibles. Ils ne sauraient imaginer affronter une guerre de religion, une crise existentielle, qui pourtant pointe à l’horizon de nos jours. Chez ces professionnels il y a une large part d’amateurisme !

Ils sont inadaptés au dangereux futur immédiat. Alors que faire ? Des élections présidentielles approchent qui seront beaucoup plus déterminantes pour l’avenir du pays que les précédentes. Cependant aucun des candidats potentiels ne semble répondre aux puissantes obligations qui seront celles du futur chef de l’État. Si rien n’est fait pour modifier cette absurde conséquence d’un système dévoyé, la France courra à la catastrophe. Il faudrait donc inverser le processus actuel faisant que les partis choisissent de soutenir un des leurs sans que ce candidat désigné ait eu la moindre onction populaire préalable. Les citoyens sont totalement étrangers à ces choix. Il leur est simplement demandé d’adhérer à une personnalité choisie dans ce microcosme de l’entre-soi. Or nous constatons que les Français sont, dans une immense majorité, d’accord sur les aspects fondamentaux d’une politique nationale reposant principalement sur la sécurité et la souveraineté qu’aucune des personnalités sélectionnées aujourd’hui n’affirme vouloir véritablement défendre, bec et ongles ou contre vents et marées, selon la formule qui vous plaira.

J’écrivais, dans un ouvrage paru en mars 2017[1], Il est nécessaire d’inverser les règles de fonctionnement de la vie politique pour une plus grande démocratie et une meilleure adhésion du peuple. Il faut aller du peuple vers une structure souple et associative, à la suite d’un homme ou de quelques-uns, porteurs d’une philosophie politique et non plus laisser ces entreprises politiques existantes, établir une dictature sur la pensée et le choix des responsables… Des mouvements sont nés récemment autour d’une idée ou d’une éthique. La « manif pour tous », « les veilleurs »… et quelques autres. Ils témoignent de cette volonté populaire de s’exprimer en s’affranchissant des partis traditionnels. Ce système a fonctionné, dans le lointain passé, avec la rédaction des cahiers de doléances. Aujourd’hui, j’ajouterais le mouvement des « Gilets jaunes », mais aussi la « lettre – dite – des généraux ». Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées, sans organisation préexistante, dans un but déterminé. Il est certain que les réseaux sociaux, remplaçant les cafés du commerce, ont seuls permis de tels rassemblements. La démocratie revivifiée pourrait partir de ce nouveau média.

Quelques-uns pourraient ainsi lancer sur ces réseaux la base d’une ligne directrice pour la France, susciter le rassemblement de personnes dans plusieurs lieux du territoire qui éliraient des délégués acceptant de rencontrer d’autres délégués et ainsi de suite jusqu’à une réunion ultime désignant leur candidat. Ce procédé valable pour une élection présidentielle pourrait se décliner pour quelques autres élections selon un mode adapté. En développant cette idée, je me suis rendu compte que les soviets, en Russie, avaient procédé d’un principe voisin. Je ne suis pourtant pas communiste (à moins que face au totalitarisme financier et ultra capitaliste, le patriote, plutôt bonapartiste, admirateur de Foch de Lyautey et de Clemenceau, et parfois gaulliste, que je suis, ne le devienne…) Le principe n’est donc pas utopique, quand bien même nos esprits, structurés à la fois par des décennies d’un système électoral banal laissant quelques ambitieux proposer leur candidature, et par une prétention à ne voir la démocratie ne fonctionner que par cette unique méthode. Je rappelle le dernier alinéa de l’article 2 de la constitution sur lequel je vais revenir : « Le principe (de la République) est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». Je constate que ce beau principe est biaisé. L’article 1 n’est pas mieux appliqué spécifiant, dans un second et récent alinéa que : « La loi favorise l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales. »

Je ne me fais cependant aucune illusion. Une telle modification si elle venait à être envisagée se heurterait à de multiples obstacles dont le principal serait une opposition d’un système ancien se sentant menacé.

Mais supposons pour la beauté du rêve que les Français réussissent à élire un président selon leurs vœux profonds et une assemblée nationale conforme, enfin, aux souhaits réels des citoyens. Le nouveau chef de l’État devrait dès son intronisation, agir par le symbole. Le symbole révèle les ressorts les plus cachés de l’action en anticipant le temps futur ; bien davantage que le langage, il exprime le fond d’une pensée et la volonté de mise en œuvre d’une action. Il s’adresse à l’inconscient et provoque des résonances en reliant l’individuel au collectif. Il engage, il ne ment pas…

Je verrais donc, dans le premier trimestre suivant l’élection du président de la grande résilience nationale, le nouveau chef de l’État prendre quelques mesures éclairantes sur l’avenir. Après le symbole initial du dépôt d’une gerbe sous l’Arc de Triomphe, au pied du soldat inconnu et sous le regard attentif des gloires militaires de la France, suivraient des décisions manifestant ses intentions.

Il ferait ainsi ôter la bannière européenne sur tous les bâtiments officiels où elle fait une ombre dérangeante au drapeau français, en contradiction avec l’article 2 de la Constitution stipulant que «  L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. »

Pour la même raison, et au nom du droit des Français à la compréhension, il interdirait l’utilisation de toute autre langue que la nôtre sur notre sol, dans nos productions écrites et matérielles et par nos représentants civils et militaires à l’étranger et imposerait aux produits importés d’être présentés exclusivement dans notre langue. Cet article 2, décidément, le prévoit aussi : « La langue de la République est le français. »

Il réaffirmerait notre indépendance et rappellerait les officiers en poste au sein de l’OTAN et reviendrait à la supériorité du droit français sur toute autre norme. Dans une même continuité, il mettrait fin à la participation française aux organismes judiciaires européens risquant de soumettre des Français, voire l’action de la France, à des juges étrangers. Il rappellerait l’intégrité de l’ensemble du territoire national et demanderait la mise en œuvre d’une étude pour l’intégration définitive des territoires d’outre-mer – Nouvelle-Calédonie et Polynésie – à l’ensemble français.

Il ferait son tout premier voyage officiel, en Russie, puis visiterait les pays africains francophones.

Il ferait revoir nettement à la hausse le budget de la Défense et exigerait des mesures pour rétablir la souveraineté totale de notre production d’armement.

Il déclarerait solennellement que la France est fière de son histoire et n’a pas à la fractionner ni à se repentir de ce qui déplaît à certains Français marginaux et étrangers. Il ferait supprimer l’appellation « Loi mémorielle » et la remplacerait par l’expression « affirmation solennelle » sans vraie valeur juridique, car l’histoire, science des faits passés, ne se décrète pas. Il ajouterait que la France reconnait la supériorité du droit des nations sur celui des individus.

Il engagerait une réforme de l’Éducation nationale reposant sur la recherche d’une connaissance de base pour tous et sur la sélection des élèves, en donnant comme axe éducatif l’enseignement du Français, des sciences, de l’histoire et de la géographie. Il éloignerait les parents des établissements d’enseignement.

Il lancerait la création d’un organisme pour l’exploitation des richesses recelées par les 11 millions de km2 du domaine maritime national, à l’image du CEA en son temps, et engagerait un développement nouveau de la filière nucléaire.

Et surtout, en matière de sécurité, il établirait un contrôle aux frontières. Il donnerait l’ordre de revoir les conditions d’ouverture du feu pour les forces de l’ordre en les rendant plus simples. Demanderait l’organisation d’un référendum sur le rétablissement de la peine de mort dans certains cas et ferait mettre en œuvre une politique de rapatriement des émigrés dans leur pays d’origine et ferait réétudier toutes les aides sociales qui leur sont destinées. Il engagerait une réforme en profondeur du système judiciaire. Il exigerait des binationaux un choix. Il affirmerait que l’islam n’est pas une religion compatible avec la laïcité ni avec la civilisation française et inviterait les musulmans à en tirer les conséquences. Il ferait aussi abolir, par le nouveau parlement, toute la législation portant atteinte à la dignité et à la normalité de la famille…

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. Il est certain que toutes ces mesures essentiellement symboliques engageraient l’avenir et obligeraient à une politique fondamentalement nouvelle. Elles apparaîtraient comme les prémices d’une renaissance de la France. Nul doute qu’un tel chef de l’État, entamant son mandat avec de telles indications symboliques, maintiendrait l’adhésion sans faille du peuple qui l’aurait élu car, avide d’espoir, il serait dès lors assuré d’un avenir pour la France conforme à la trajectoire de son histoire.

Henri ROURE

Crédit photo : DR

[1] Grandeur ou servitude ? Essai sur l’avenir de la France. Éditions ED2A, mars 2017, 157 pages.

Source

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Irlande du Nord. Un accord sur la langue gaélique trouvé. Un nouveau Premier ministre va être désigné

Un accord sur la langue gaélique a été trouvé en Irlande du Nord, débloquant une situation qui se tendait,...

À quels risques s’expose Thomas Pesquet lors de sa sortie extra-véhiculaire ?

Pour la troisième fois de sa vie, Thomas Pesquet s'est élancé dans le vide spatial hier, 16 juin 2021....

4 Commentaires

  1. Riche et remarquable réflexion qui accrédite la thèse que la France traverse une crise de régime … et une sévère … comme notre pays en a tant connu depuis 1789. Or, les crises de régime ne se résolvent jamais par les urnes !!!… Pour sauver la France, une seule solution donc … le coup d’état ou la révolution et un changement de régime …  » Si la France doit mourir, c’est la république qui l’achevera … » Charles de Gaulle, juillet 1954.

  2. si et seulement si les réfractaires au suicide de deux balles dans la nuque se dérangent pour aller le dire dans les urnes, l’abstention c’est laisser les mêmes bobos au pouvoir

  3. ben voyons :
    « les conditions d’ouverture du feu pour les forces de l’ordre en les rendant plus simples »
    c’est fait Macrouille autorise les forces de l’ordre a faire usage de leurs arme en cas de refus d’obtempérer !
    bon ce grand sauveur de la france qui nous est décrit ici ne serait rien d’autre qu’un trou du cul autoritaire et pour la dette il augmenterait les impôts ?

  4. Ce texte commence bien et finit mal … M.Roure me fait penser à M. Melanchon quand il essayait de promotionner l’idée d’une Constituante pour définir la base conceptuelle des institutions de la 6 eme république. Ce processus se devait être participatif … et quand on essayait de participer en proposant quelques idées celles ci étaient soumises à la censure de ses cerbères … n’était accepté que ce qui était conforme à l’idéologie de l’époque des Insoumis.
    Alors M Roure, quand on veut libérer la parole du peuple on organise comme vous le préconisez des institutions qui permettent de la faire mais surtout on écoute préalablement ce que le peuple souhaite avant de lui proposer une liste à la Prevert de ce que devrait décider un Président . Toutes propositions partisanes peuvent exister…mais pas comme préalable à la reconstruction de nos institutions . Les débats politiques sont utiles mais en dehors du fonctionnement de celles ci. Une nouvelle constitution doit organiser la puissance du peuple contrairement à la celle en cours qui elle organise son impuissance… Elle devrait définir les processus de décisions et les procédures correspondantes pour assurer un fonctionnement apolitique de nos institutions … ce en quoi on peut se poser la question du mode de désignation des représentants du peuple qui resteront nécessaires tant le suffrage universel a été dévoyé… Voter et élire se n’est pas la même chose…la primauté devant revenir aux votes par les citoyens … la mise en place du RIC en toute chose ( constituant, législatif, abrogatoire, révocatoire, …) pourrait être une solution simple à mettre en œuvre pour y parvenir

Commenter

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles liés

Prêt et annulation de créance de la France au Soudan : Macron essaie-t-il de contrer l’influence russe ?

La France a annoncé qu’elle prêterait 1.5 milliards de dollars au Soudan pour solder ses arriérés avec le FMI et lui pardonnerait 5 milliards...

Jean-Marc Ayrault peine à faire valoir le thème de l’esclavage

En confiant les clés de Nantes à Johanna Rolland en 2014, Jean-Marc Ayrault imaginait-il qu’il allait si vite devenir un has been ? Débarqué de...

Les « Gaulois réfractaires » ont-ils renoncé à lutter contre Macron ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ Il est courant, dans les allées...

Guémené-Penfao, commune pilote…

Grâce à Joséphine Baker et à Isabelle Barathon-Bazelle, Guémené-Penfao est sans doute la première commune de Bretagne à « bien faire les choses »....