Deux-roues motorisés : le contrôle technique devrait être obligatoire à partir de 2023

A LA UNE

Finalement reportée d’un an, l’obligation de contrôle technique devant s’imposer aux deux-roues à partir de 2022 devrait entrer en vigueur en 2023. Tout ce qu’il faut savoir à son sujet.

Le contrôle technique pour les deux-roues motorisés simplement reporté

Avis aux pilotes de deux-roues motorisés ! Ce qui n’était qu’une rumeur diffuse voilà encore quelques mois a pris une nouvelle tournure il y a quelques jours. Dans un premier temps, dans le courant du mois d’avril dernier, le gouvernement avait tout d’abord confirmé l’impossibilité d’une mise en place du contrôle technique pour les motos et simplement évoqué « l’idée d’un contrôle visuel de sécurité assorti d’un contrôle de bruit et de pollution » .

Une annonce qui avait alors fait suite à une vaste mobilisation de plusieurs dizaines de milliers de motards français en colère face à l’instauration d’un contrôle technique pour les deux-roues. Une telle position voyait ainsi la France déroger à l’obligation communautaire de mise en œuvre d’un contrôle technique pour les motos à compter du 1er janvier 2022. À noter que ce contrôle technique est d’ores et déjà en vigueur dans de nombreux pays européens depuis l’année dernière.

Mais, le 24 juin dernier est survenu un nouveau rebondissement. En effet, c’est à cette date qu’un porte-parole du ministère des Transports a confirmé à BFM Business que l’exigence d’un contrôle technique obligatoire pour les deux-roues motorisés n’était finalement que reportée de quelques mois. Aussi, ce contrôle technique devrait être mis en place progressivement entre 2023 et fin 2026 (en fonction de l’année d’immatriculation), selon le ministère des Transports.

deux-roues

Des associations opposées au contrôle

Du côté des fédérations de motards, l’opposition à instauration d’un contrôle technique obligatoire est vive. Ces fédérations jugent en effet que le principe appliqué aux automobiles d’un contrôle tous les deux ans n’est pas transposable aux motos.
Parmi les arguments avancés par ces groupes, celui que l’état mécanique des deux roues motorisés n’a pas de rôle sur l’accidentalité en raison d’un entretien bien plus régulier que sur les voitures. En outre, le faible kilométrage moto ne justifierait pas une telle périodicité.
La FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) a pour sa part réagi en estimant que ces propositions n’auront aucun impact tout en affirmant par ailleurs que les motards qui font du bruit « ont besoin d’éducation et pas d’un contrôle technique ». Quelques mois plus tôt, l’association affirmait que « personne ne remet en cause la nécessité pour un deux-roues à moteur circulant sur les routes d’être dans un bon état de fonctionnement », ajoutant que « les deux-roues sont entretenus pour une raison très simple, si les engins ne sont pas entretenus, les motards risquent leur vie. Ils font un entretien bien plus sérieux que les automobilistes ».

Sur le plan pratique, les autorités vont devoir répondre à plusieurs questions. À commencer par le nombre de centres qui seront ouverts en France et le type de formation suivie par les techniciens effectuant ces futurs contrôles techniques. L’exécutif devra aussi déterminer à partir de quelles cylindrées cette obligation de contrôle sera imposée. Tout comme il devra décider si les motos et les scooters électriques devront s’y conformer ou non.

Quant au prix d’un contrôle technique pour une moto, s’il est encore inconnu pour l’instant, il devrait toutefois être un peu moins onéreux que pour une automobile.

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/12019 (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Donnez votre or pour la cause !

Pourquoi donner son argent aux associations militantes, et comment réunir la somme maximale ? Pourquoi ? Tout l’argent que vous n’aurez...

Association des élus socialistes « Vivre à Brest » : la chambre régionale des comptes révèle les détails de l’affaire

La chambre régionale des comptes tire sur une ambulance : elle vient de publier un rapport sur Vivre à Brest,...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés