Monsieur Véran, je suis infirmier, et je préfère démissionner ou être licencié que me faire vacciner contre le Covid-19 [L’Agora]

A LA UNE

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Nous avons rédigé cette semaine un tweet fruit de contacts avec des pompiers volontaires, mais aussi du personnel d’hôpitaux qui, parmi nos lecteurs manifestement, nous ont écrit afin de nous faire savoir qu’ils entendaient quitter leurs fonctions, ou mettre fin à leur engagement (pour les pompiers volontaires) en cas de vaccination obligatoire contre le Covid-19 imposé par les autorités.

Un tweet qui a tellement bien circulé que nous avons reçu dans la foulée d’autres messages de soignants — dont il est difficile d’estimer la part, qui reste sans doute minoritaire, mais qui existe bel et bien — confirmant cette idée de préférer ne plus travailler que de « vendre son âme au Diable » comme nous confie l’un d’entre eux, dans une tribune que nous reproduisons ci-dessous.

Après 16 mois de matraquage, voici qu’ils veulent donc nous obliger à nous vacciner contre le Covid-19, sans le moindre recul à moyen et à long terme sur les effets de ce vaccin. Après nous avoir qualifié, sans doute avec un peu trop de vigueur au regard de l’Histoire, de héros de la première ligne, voici maintenant que Monsieur Véran et que de nombreux autres responsables politiques et gouvernementaux se mettent à nous chanter la chanson que ceux qui refuseraient la vaccination contre le Covid-19 seraient des salopards, des criminels.

Je n’ai pas à rougir de mon travail. Infirmier depuis 12 ans dans un service d’urgences d’un grand hôpital de l’Ouest de la France, j’ai sans doute été bien plus au contact de la mort, de la maladie, de la souffrance, que la clique de Monsieur Véran et consorts. J’ai contribué à sauver des vies. À soigner. C’est d’ailleurs pour cela que je me suis engagé dans cette voie, par vocation, pour aider les autres. Sans compter mes heures. Mes sacrifices durant mes années d’études. Ma vie de famille qui pâtit d’horaires parfois totalement dingues. Pour un salaire qui donne parfois envie de tout plaquer, de tout arrêter, tellement les soignants aujourd’hui, ceux qui vous soignent et vous sauvent, sont parmi les plus grands méprisés du système, financièrement parlant.

Quand j’entends Olivier Véran faire son petit chantage, qui démontre un esprit perfide, consistant à dire qu’il ne veut pas monter les Français les uns contre les autres, les vaccinés contre les non-vaccinés, et qu’il en conclut qu’il faut donc que les non-vaccinés cèdent sous peine d’être les nouveaux criminels, je me dis que si j’ai un jour ce monsieur dans mon bloc, en état d’urgence vitale, j’aurai une discussion avec sur le fait de savoir ce qu’est un criminel, et ce qu’est l’homme qui va tenter de le sauver.

Mais que les choses soient claires. Sans doute ne nous rencontrerons-nous jamais à l’hôpital avec Oliver Véran. Parce qu’il est hors de question que je vende mon âme au Diable en acceptant votre vaccination obligatoire contre le Covid-19. Je suis vacciné contre toutes les grandes maladies — et je pense que ces vaccins sont utiles, éprouvés notamment pour les soignants. Je pense aussi que pour certaines des maladies, ils doivent être nécessairement imposés à la population pour des raisons de Santé publique, ce qui n’implique pas d’ailleurs de les imposer pour des enfants en bas âge, surtout lorsque l’on multiplie les doses. Mais je ne suis pas médecin.

Ce que je sais par contre, c’est que votre « pandémie » de Covid-19 ne frappe pas les personnes jeunes, les personnes en bonne santé. Il y en a, mais c’est marginal. Le Covid-19 frappe lourdement les personnes âgées et les personnes en comorbidité. Cela tombe bien, vous avez vacciné massivement ces personnes. Que nous, personnels médicaux, soyons vaccinés ou pas, porteurs du virus ou pas, ne change donc absolument rien pour ces personnes vaccinées… à moins que vous vous moquiez de nous depuis le début et que vos vaccins ne protègent pas efficacement… il faudrait savoir !

Et puis quel est le programme ? Deux doses ? Demain trois comme l’a indiqué Monsieur Castex ? Et puis ensuite on fait la queue dix fois par an pour se faire piquer contre ces variants qui feront bientôt l’alphabet dans sa totalité ? Et on enferme les gens à vie ? On mène la chasse aux récalcitrants ? On licencie à tour de bras avec l’aval de syndicats déjà trop silencieux face à ces menaces ? On met en prison les meneurs ? Jusqu’où comptez vous aller Monsieur Véran, au nom d’une maladie à 5 millions de morts dans le monde, dont la forte majorité serait morte dans l’année, de grippes, de mauvais rhumes, de vieillesse tout simplement, mais que vous tenez absolument à faire comptabiliser derrière le virus Covid-19 pour mener à bien vos projets funestes ?

Car nous, soignants, nous savons Monsieur Véran. Nous savons les prises de température à l’entrée d’un hôpital « en mode covid », sur les patients redirigés en circuit Covid dès 38 de fièvre (et donc comptabilisés parmi ces malades alors que la plupart du temps, cela n’a rien à voir). Nous savons les décès indiqués Covid parce que la personne était certes porteuse du virus, mais qu’elle est décédée d’une autre pathologie. Nous savons le fonctionnement d’une administration qui a des comptes à rendre et de l’argent à faire. Nous connaissons vos manières de procéder qui ont totalement faussé la donne dans les hôpitaux.

Et surtout, nous avons vu, depuis des années, vos prédécesseurs n’avoir de cesse de casser l’hôpital public. D’exacerber parfois la rivalité avec le privé. D’embaucher du personnel administratif plutôt que de former et de bien payer massivement du personnel soignant. Nous avons vu des lits fermer. Nos urgences saturées. Nos collègues débordés, puis déprimés, puis dégoutés aussi, quant à la fois du mois, ils reçoivent un salaire qui ne correspond pas aux sacrifices endurés et au travail effectué.

Ne cachez pas les erreurs multiples, graves, répétées, de vous et de vos amis politiques, de vos prédécesseurs, en tentant de monter les Français les uns contre les autres, les soignants les uns contre les autres. Si la France était à la hauteur de son rang économique, elle n’aurait jamais eu ses problèmes de services saturés, et la crise du Covid serait passer crème, vous le savez parfaitement.

Monsieur Véran. Je suis infirmier. J’aime mon métier. Je suis vacciné, je prends soin des patients dont je m’occupe. Mais je ne me ferai pas vacciner parce que vous nous l’ordonnez, parce que vous nous menacez, pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la logique sanitaire et médicale. Licenciez-moi si vous voulez, avant que je ne démissionne du fait du carnage que vous laissez perpétuer dans nos hôpitaux. D’autres sont dans le même état d’esprit que moi. Le pays manque de soignants, de pompiers, de secours, et vous, vous menacez. Vous prenez un risque. Un gros risque.

Celui d’ajouter à un pays déjà fracturé, abimé, maltraité, des tensions sanitaires et médicales de nature à mettre en danger y compris la population, qui, dans nos campagnes, ne peut déjà pas compter sur le même niveau de service public sanitaire (et en matière de secours) que dans les villes.

Respectez-nous. Payez-nous dignement. Et laissez-nous faire un travail que manifestement, vous avez oublié/sacrifié pour une carrière qui n’a plus grand-chose de médical.

Franck M, infirmier.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

La loi ouvrant le droit à la PMA publiée aujourd’hui au Journal Officiel

A croire que cette loi était une d'urgence vitale pour la société bretonne et française : la loi bioéthique...

Emmanuel Macron sur Tiktok : «C’est désastreux» dénonce Nicolas Vidal

Le 2 août, Emmanuel Macron s’est exprimé sur TikTok et Instagram, invitant les français à l’interroger sur la vaccination. Depuis...

42 Commentaires

  1. vaccin ou licenciement c’est ce que j’ai mis sur un blog il y a 3 jours tout simplement parce que si ils autorisent le libre choix aux soignants personne ne se fera vacciné et les nonvaccinés pas davantage , imaginez la tronche de billou qui se retrouve avec des milliers de vaccins invendus ; colere de rotchild qui menacera a coup sur macron d’etre interdit d’ emprunter sur les marchés : bref vous l’avez compris on l’a dans le …turlututu !

  2. Olivier Véran récolte ce qu’il a semé ! A force de dirigisme, il se cogne dans le mur. Des gens refusent de se faire soigner PARCE QUE le gouvernement prétend les y obliger. Comme s’il ne savait pas ce qu’est un Gaulois réfractaire !
    Selon moi, il est indispensable que les soignants se fassent vacciner. Ils sont constamment en contact avec des personnes déjà vulnérables. Il ne faudrait pas que le covid-19 devienne une maladie nosocomiale. La réputation de l’hôpital public en France n’est déjà pas bonne. La perspective d’y attraper le covid-19 n’arrangerait rien. (A moins de n’admettre à l’hôpital que les titulaires d’un passe sanitaire…)
    Mais ce n’est pas au gouvernement de prendre les gens par la main. C’est aux soignants de faire preuve de responsabilité professionnelle. Il y aurait d’ailleurs un bon moyen : régler la question par la voie de la convention collective. On imagine mal un syndicat de soignants refuser officiellement l’obligation de vaccination.

    • Une maladie nosocomiale c’est une bactérie qui est régulièrement exposée à des antibiotiques et qui est devenue résistante par sélection darwinienne. En général C’est chiant à traiter mais peu contagieux, encore heureux sinon on serait tous malades. Exemple les staphylocoques. Ceux qui en attrapent souffrent, mais il n’y a pas d’ « épidémies de staphylocoques », heureusement. Le covid n’a évidemment rien à voir avec une maladie nosocomiale, il est exactement l’inverse: peu virulent et très contagieux. Et puis ce n’est pas une bactérie mais un virus. Une bactérie, ça vit dans un milieu favorable, et ça infecté par opportunisme. Un virus ça ne vit que en état parasitaire, en sautant d’hôte en hôte sinon il meurt en quelques minutes. On le voit mal hiberner dans les hôpitaux. Bref votre mélange des genres entre vos deux peurs irrationnelles « covid » et « maladie nosocomiale» est juste un délire d’ignorant. Mais vos autres délires sont encore pires. Il vous a manifestement échappé, à vous comme à votre « ministre », que les gens qui allaient à l’hôpital étaient en général malades, gravement, et que donc, le covid était le cadet de leurs soucis. Alors oui, dans l’absolu, attraper un rhume (car le covid est un rhume comme tous les coronavirus), quand on avait un cancer, ça ne va pas dans le bon sens. Mais 1/c’est le cancer qui vous tuera, pas le rhume, 2/si par zèle on décide d’empêcher la transmission de ce rhume dans les hôpitaux, qu’en est-il des autres? Les autres coronavirus très courants (OC43, HKU1, etc), mais aussi les adenovirus (des rhumes eux aussi), la grippe, les angines, les dizaines de microbes responsables de la série bronchite,bronchiolite, laryngite, pharyngite et autres -ites…toutes affections peu ou prou aussi dangereuses que votre covid. Et donc dans l’absolu, on ne soigne plus personne. Les soignants ne sont pas remplaçables par des robots, arrêtez de regarder « alien ». Et puis troisième remarque, désolé de le rappeler mais, que dites-vous aux personnes qui auront subi une injection forcée à cause de vous, et qui attraperont une myocardite, une sclérose en plaques ou un lupus? Vous les indemniserez à quelle hauteur? Car une injection forcée ça s’appelle un viol, et tuer ou rendre infirme, ça s’appelle un crime.

      • Croyez-vous que les victimes seront indemnisées ? vous faites une erreur sachez qu’une loi est passé – durant le confinement – pour relaxer tous les labos, et personnel qui auront vaccinés les gens ! donc, aucun recours, mais cela ne se dit pas, car beaucoup refuserait de recevoir cette injection, qui n’est même pas homologuée ! d’où votre erreur !
        C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je refuse le vaccin, des labos et tous les autres, qui refusent de prendre leurs responsabilités, n’ont pas à demander l’obligation d’un vaccin -terme inadéquat, car c’est une injection – De plus, c’est une question hors la loi ! Renseignez-vous bien !on a déjà perdu pas mal de droits, et la dictature n’est pas très loin !

    • Encore faudrait-il que le vaccin soit sûr, ce qui est très loin d’être le cas, et qu’il ne soit plus en phase expérimentale… L’obligation vaccinale existe en France, sauf que là ils ne peuvent pas obliger les gens à se vacciner avec un produit expérimental, pas très efficace en plus.

    • C’est exactement pareil, que,si vous refusiez aux urgences,une personne,accidentée de la route,qui,n’aurait pas mis sa ceinture, ou conduit le téléphone à la main. Même chose, pour le ski hors piste. Vous êtes à côté de la plaque.

    • Dès lors que le vaccin ne vous empêche pas d’être porteur du Covid ou d’un variant je ne vois aucune raison de le rendre obligatoire au personnel soignant. Que ceux qui ont peur d’être contaminés se fassent vacciner et laissent à chacun le choix de se faire vacciner ou pas.

    • Ohh tellement d’accord avec vous. Nombre de personnes ont attrapé le covid car infirmière ou médecin porteur du virus et ki le redonnent au patient… c’est arrivé à ma nièce… lundi elle savait kel était malade et dimanche elle reprenait le boulot pfff… ils étaient en manque d’effectifs donc reprise… et ça contamine les personnes qui viennent pour qqch de bénin… à bon entendeur, salut ‼️

  3. Monsieur Pschitt ne vaut guère mieux que Véran qu’il taxe de dirigisme.
    Monsieur Pschitt veut obliger les personnels soignants à se faire vacciner.
    Dans quel camp êtes-vous Monsieur Pschitt, votre logorrhée fait pschitt tout comme votre sobriquet !

  4. Déclaration des Droits de l’Homme de 1793, articles 27,33,34,35.
    L’insurrection populaire contre un pouvoir oppressif est un devoir.

  5. Eh bien qu’il démissionne ! Si il ne comprend pas qu’il faut protéger les patients en étant vacciné, c’est qu’il doit changer de métier !

    • Arrêtez donc d’écrire des balivernes vous êtes vous penché sur les courbes de contaminations des pays qui ont injecté en masse ces pseudos vaccins en phase de test qui n’ont qu’une AMM conditionnelle ? Quand cela sera le cas venez ramener votre science, pas avant..,

      • Vs avez totalemt RAISON : que ce « HELJE » aille chercher pourquoi ces « injections expérimentales de matériel génétiquemt modifié » -avec force produits toxiques dedans, comme : oxyde de graphène, mercure, formaldéhyde, glyphosate, etc… !- n’ont obtenu qu’une AMM Conditionnelle car CELA POSE VRAIMENT LE PROBLEME !!!
        De fait, que craignent les VACCINES, si cette injection miraculeuse, magique, les PROTEGE ??? Quel risque courent-ils ??? &, par ailleurs, ils semblent ignorer que :
        – il ne faut pas « injecter » en « période d’épidémie » -… tiens, tiens, tiens, le terme de « pandémie » a même disparu ?-,
        – le Directeur Scientifique du CRIIGEN, M. Christian VELOT, affirme qu’ IL NE FAUT PAS « VACCINER » DE FACON MASSIVE !!!
        Or, n’est-ce pas ce que ces ABRUTIS CORROMPUS CRIMINELS de MICRON le MATON à VEREUX, le Ministre de la Maladie & de la Mort, veulent faire ? Que ces MALADES MENTAUX GRAVES aillent s’informer sur les conséquences de leurs DIKTATS auprès de PROFESSIONNELS SANS CONFLIT D’INTERET !!! & arrêtent d’écouter des DELFRAISSY qui fricotent avec ce POURRI de Antony FAUCI, & des « Cabinets McKINSEY » & consorts !!!
        DANS QUEL MONDE ABSOLUMENT MALADE, DEVOYE, CORROMPU sommes-ns ??? QU’ILS AILLENT AU DIABLE & LAISSENT VIVRE LES PEUPLES EN PAIX !!!

  6. Beau texte collègue. Je n ai rien à rajouter sauf que je voudrais parler du sentiment terrible d être acculé, violé dans notre intégrité parce que ce gouvernement obéi à des directives que le bas peuple veut ignorer où s’ il cherche, l horreur de ses recherches le fige de désespoir…. Comment peut-on croire que des milliers de personnes vont accepter cette injection sans broncher ??? Ils tiennent dans la main (le gouvernement) la Grenade qu ils nous réservent sans se douter à cause de leur orgueil qu elle leur sera destiné…. Gouvernement assassin

  7. Maintenant que c’est votre tour vous criez au loup, c’était des que vous étiez au courant qu’il fallait le dire et non maintenant. Vous êtes limites hypocrite quand vous dites nous nous savons…… quel belle brochette. Mais vaut tard que jamais.

  8. Message poignant, qui ne peut être ressenti que pas l’humain pas par un homme qui ne voit pas plus loin que l’argent, complètement déshumanisé. Bravo à tous les soignants qui ne cèdent pas à ce chantage odieux, triste France! Qu’es tu devenu? Mais votre message , Monsieur montre bien que la France se relèvera, merci pour l’espérance que vous mettez dans mon coeur.

  9. de deux choses l’une : soir le prétendu vaccin est efficace, soit il ne l’est pas.
    S’il est efficace, les personnes vaccinées se contrefichent de savoir si les autres le sont aussi, de toute façon elles sont protégées ; donc il n’y a pas lieu d’obliger qui que ce soit.
    S’il n’est pas efficace, ça sert à quoi de se vacciner ? autant pisser dans un violon..

    quoi qu’il en soit, l’obligation vaccinale est une atteinte aux droits de l’homme;

  10. BRAVO ancienne soignante je vous suis 100%… On est derrière vous ne vous laissez pas intimidé..votre lettre est en raccord avec ce que pense beaucoup de gens … l’intimidation n’y cédez pas c’est super..bravo..sans vous ils ne peuvent rien vous êtes les plus forts…moi je vous suis totalement..encore bravo pour votre courage

  11. La « précision » de Breizh info … ils ont peur de représailles pour être obligé de faire ce nota bene ? Délirant !!

  12. En plus la loie interdit d’ imposer lorsque le vaccin n’est pas dans les registres valider .Car pour le moment il ai encore en mode d’expérimentation nous sommes tous des cob-ailles les vaccins ne sont pas acquis .Donc ne vous laisser pas faire

  13. Maman d’une jeune IDE. L’an dernier elle est partie en renfort sans hésiter alors qu’elle était en 3 ème année IFSI. Nous l’avons soutenue dans son choix. Elle est tombée malade ( grosse grippe) Elle a touché des clopinettes.
    Pour les gros malins qui s’autorisent à dire  » qu’ils démissionnent  »
    Dans son service ils travaillent déjà à flu tendu, le jour où ils auront besoin d’être soignés on fera moins le malin lorsqu’il n’y aura plus beaucoup de soignants.

    Me fille ne se fera JAMAIS injecter cette soupe, ni aucun membre de ma famille.

    Injections sans risque ? 1 jeune ami de ma fille 20 ans myocardite, une connaissance paralysie faciale, 2 amis d’une amie embolie pulmonaire, hypertension. Une jeune femme fausse couche enceinte de 5 mois 4 jours après l’injection. En revanche Aucun décès connu autour de nous du Covid. Vaccins sûrs ?? Pas si sûr. Ici ce sera sans nous. Et nous tiendrons bon.

  14. Je ne suis pas soignante mais je refuse le vaccin dans lequel je n’ai aucune confiance, je soupconne que ces vaccins cachent quelque chose de louche, d’ailleurs leur insistance et leur volonté de nous obliger a nous vacciner ne fait que renforcer mes soupcons. Comment pourrais je faire confiance a une bande de dictateurs qui passent leur temps a nous mentir et a nous maltraiter de plus en plus tous les jours. D’autant plus que personne ni le gouvernement ni les loobies pharmaceutiques ne veulent assumer en cas de probleme

  15. Je suis infirmière aussi et je refuse de me faire injecter ce produit dont l’étude et toujours en cours …… je suis vaccinée contre l’hépatite B et DT polio car ce sont des maladies bien plus mortelles que la covid ….. je suis à 4 ans de ma retraite et dans l’exercice actuel de ma fonction d’infirmière ( en service soins infirmiers à domicile ) , je résisterais car je n’ai pas les garanties de ce que ce produit pourrait produire dans mon organisme ….. j ai eu des patients atteints et très âgés , ils ont été malades et sont toujours vivants et les 3 décès que nous avons eu depuis 16 mois ( sur 65 patients en tout dans le service et 10 malades positifs au covid ) l’ont été car ils avaient une grosse co-morbidité. J’ai des exemples autour de moi de personnes qui ont eu des problèmes liés au vaccin , des gens qui consultent pour de multiples thromboses et des gens malades malgré le vaccin . Je considère que nous sommes des cobayes et si je voulais l’être , je me serais inscrite auprès d’un labo et être payée en contre partie ( comme cela se fait lorsqu’une nouvelle molécule est expérimentée avant d’être mise en circulation ). L’obligation pour moi est grave car ces produits ne sont pas validés et n’ont qu’une AMM conditionnelle donc au niveau juridique , on ne peut obliger cette vaccination .
    Mais malheureusement, nos politiques connaissent bien les techniques de contournement des lois !

  16. Bravo collègue , entièrement d’accord . Comment des gens non vaccinés peuvent être dangereux pour ceux qui le sont , si ce vaccin est efficace ????? Un vaccin qui a un AMM conditionnel , donc non testé, aucun recul !!! Quand on inculque la peur aux gens on en fait des moutons et on peut instaurer la dictature . Je fais le choix de disposer de ma vie et de prendre le risque d’avoir ce virus dont 99,9 % de gens guérissent ….Je ne me ferai pas injecter ce poison au risque d’être licenciée .

  17. Bravo, je suis totalement d accord avec vous, comment peut on oblomiger des personnes à se faire injecter un produit pseudo vaccinal, encore en essais cliniques jusqu en 2022 / 23 /24. Les soignants n ont pas à être des cobayes.
    Vous avez raison démissionnez.

  18. Je suis soignante (spécialisée dans plusieurs domaines et profession très recherchée : imagerie médicale) et j’ai choisi de démissionner.

  19. si le licenciement invoque le motif de faute grave car refus d’obtempérer, risque de ne pas ouvrir le droit au chômage.
    mais le débat se situe à un autre niveau qui est effectivement le prise de conscience d’une marche forcée vers la privation de nos libertés essentielles. La peur a toujours été mauvaise conseillère mais la majorité des commentaires me laissent espérer dans le bon sens populaire et notre capacité à résister même au prix de nos libertés. Ceux qui nous ont précédé ont connu de très graves crises, les épidémies ont toujours fait partie de notre paysage, mais ils ont réussi à passer la vague en ne reniant rien de leurs convictions et des principes qui ont élaboré notre société contemporaine. Ne sabordons pas leur travail .

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de voir ce débat hallucinant ce...

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner !

Covid-19. Ces influenceurs qui veulent nous vacciner ! https://www.youtube.com/watch?v=sWsnsLcNJuo Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et...

Tyrannie sanitaire. Professeur Raoult sur les vaccins et le Covid-19. Évolution de l’épidémie et Harcèlement

Tyrannie sanitaire. Professeur Raoult sur les vaccins et le Covid-19. Évolution de l'épidémie et Harcèlement https://www.youtube.com/watch?v=eUFLWj6qw2A Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Tyrannie sanitaire. Un député dézingue Olivier Véran à l’Assemblée nationale et lui rappelle ce qu’est la démocratie !

Tyrannie sanitaire. Un député dézingue Olivier Véran à l'Assemblée nationale et lui rappelle ce qu'est la démocratie ! https://www.youtube.com/watch?v=nZa7A7nLDWY Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres...