Fillette intoxiquée à Pornic : pas d’amende ferme et pas de prison pour le restaurateur

A LA UNE

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Ce 12 juillet avait lieu à Saint-Nazaire le délibéré de la triste affaire de l’empoisonnement d’une fillette avec du détergent amené à la place d’un jus de fruit dans un restaurant de Pornic, à la Fontaine aux Bretons, en 2019.

Le serveur et le gérant du restaurant ont été déclarés coupables pour blessures involontaires, la société et le gérant sont condamnés à 25.000€ avec sursis ; à ce jour la fillette, âgée de 22 mois au moment de l’intoxication, ne peut toujours pas s’alimenter normalement – son œsophage ayant été brûlé – malgré une quinzaine d’opérations subies.

Fabien-Jean Garrigues, avocat du restaurateur, explique qu’il y a « relaxe sur les faits intentionnels, donc sur la mise en danger d’autrui, et il y a une déclaration de culpabilité sur les blessures involontaires », avec « des amendes avec sursis en répression ». Autrement dit pas vraiment de répression.

Le jugement ne paraît pas suffisant au père de la victime : « je ne comprends absolument pas qu’on puisse condamner quelqu’un, c’est à dire admettre qu’il a commis une erreur, et il n’y a aucune condamnation concrète derrière, c’est à dire qu’il n’y a que du sursis ». L’accusation avait requis en juin dernier six mois d’emprisonnement avec sursis et une amende ferme.

« Ils n’ont pas d’amende, ils n’ont rien à payer, et pourtant les conséquences c’est que ma fille est handicapée, son œsophage est brûlé, il lui a été retiré et qu’elle sera handicapée à vie […] les démarches que j’ai effectuées, j’espérais qu’elles allaient faire passer un message de dissuasion. Je suis en colère en tant que père, et en tant que citoyen ».

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

La loi ouvrant le droit à la PMA publiée aujourd’hui au Journal Officiel

A croire que cette loi était une d'urgence vitale pour la société bretonne et française : la loi bioéthique...

Emmanuel Macron sur Tiktok : «C’est désastreux» dénonce Nicolas Vidal

Le 2 août, Emmanuel Macron s’est exprimé sur TikTok et Instagram, invitant les français à l’interroger sur la vaccination. Depuis...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Intoxication alimentaire à la soude dans un restaurant de Pornic : le procès attendu le 22 juin

Le 1er août 2019, une fillette de 22 mois, Elisabeth, était intoxiquée à la soude caustique qui lui avait été servie par erreur à...

Tagoù a-enep ar c’hêriekadur e Pornizh

Taget eo bet mogerioù Pornizh (44) gant luganioù a-enep ar c'hêriekadur e-pad an noz etre ar meurzh 30 a viz meurzh hag ar merc'her...

Loire-Atlantique. La Panetière des Hameaux fête sa semaine locale de l’artisanat du 7 au 12 septembre 2020

Tous les jours, les Français se rendent à la boulangerie. Mais peu connaissent réellement le quotidien des travailleurs de la nuit qui créent les...

Matraquage cérébral. Des « ambassadeurs pour faire respecter les gestes barrière » à Pornic

6 étudiants, âgés de 18 à 22 ans, ont été recrutés par la mairie de Pornic  en tant « qu'ambassadeurs », afin notamment de...