Les tensions s’accroissent en Asie de l’Est après des opérations menées par les USA

A LA UNE

Les tensions navales continuent de s’accroître en Asie de l’Est. Les récentes incursions américaines dans la zone maritime chinoise ont suscité l’inquiétude des experts en sécurité du monde entier. Une autre opération a été menée le long des côtes de Taïwan, ce qui a été fermement condamné par Pékin. Indépendamment de l’aspect juridique de ces activités, ce type d’opération tend à aggraver inutilement les tensions internationales et devrait être évité par toute nation attachée à la paix mondiale.

Jeudi, Pékin a accusé les États-Unis d’être la principale cause de friction dans le détroit de Taiwan. Selon un communiqué de l’armée chinoise, « les États-Unis sont le plus grand destructeur de la paix et de la stabilité (…) et le plus grand créateur de risques pour la sécurité dans le détroit de Taiwan ». Le porte-parole de l’armée a également mentionné que les troupes du Commandement du théâtre oriental de l’Armée populaire de libération sont prêtes à répondre à toutes les menaces et provocations étrangères, en défendant la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. Ce commandement est l’unité de l’armée chinoise responsable de la sécurité du détroit de Taïwan, qui est la bande côtière qui sépare la Chine continentale de l’île autonome.

Cette déclaration était une réponse à la présence d’un navire de guerre américain dans la région cette semaine – le septième à traverser la voie navigable taïwanaise en 2021. Le destroyer à missiles guidés de classe Arleigh Burke, USS Benfold, a traversé le détroit mercredi, effectuant une opération qui, selon un communiqué de l’US Navy, montre l’engagement de Washington en faveur de la liberté de navigation dans l’Indo-Pacifique, garantie par les règles du droit maritime international. Ce même navire a effectué une manœuvre similaire il y a deux semaines lorsqu’il a navigué en mer de Chine méridionale, près des îles Paracel, qui sont un territoire contesté historiquement revendiqué par la Chine (c’est pourquoi l’opération a été considérée comme une violation territoriale par Pékin).

Ces cas ne sont pas des incidents isolés. Les opérations dites de « liberté de navigation » sont devenues une pratique fréquente dans la stratégie navale américaine. Ces opérations sont des manœuvres effectuées par des navires militaires de manière « pacifique » dans des zones maritimes tendues et contestées. L’objectif est censé être de « garantir la liberté de navigation », mais dans la pratique, cette tactique porte atteinte aux intérêts des nations impliquées dans les conflits locaux. Les pays qui se disputent les côtes considèrent les opérations comme des violations territoriales, ce qui génère davantage de tensions et de conflits. Cette stratégie ne contribue pas à la paix et ne garantit pas la liberté – elle ne fait que démontrer inutilement sa puissance et envahir des territoires historiquement disputés.

En particulier sur la côte chinoise, la marine américaine a augmenté de manière exponentielle la fréquence de ses opérations. Depuis 2016, plus de 30 navires américains ont navigué à moins de 12 milles nautiques des îles contrôlées par la Chine en mer de Chine méridionale. Dans le détroit de Taïwan, la situation est analogue : en 2019, les navires américains ont navigué dans la région à neuf reprises ; l’année dernière, il y a eu quinze opérations ; cette année, sept cas ont été signalés jusqu’à présent.

Le scénario qui se forme est celui d’une campagne d’encerclement, les navires militaires américains entourant constamment les côtes chinoises. L’objectif est d’empêcher le gouvernement chinois d’avoir une réelle influence sur sa propre zone maritime, de faire obstacle aux revendications territoriales et de rendre la souveraineté chinoise irréalisable dans les îles locales. En outre, il existe un facteur d’intimidation, les navires de guerre les plus modernes de Washington faisant preuve de force dans cette région.

Taïwan a renforcé son importance dans la politique étrangère américaine. Pour nuire à la Chine, Washington a renforcé sa coopération avec l’île autonome. Le mois dernier, Raymond Greene, chef adjoint de l’ambassade de facto de l’Institut américain à Taïwan, a déclaré : « Les États-Unis ne considèrent plus Taïwan comme un ‘problème’ dans leurs relations avec la Chine, nous le voyons comme une opportunité de faire avancer notre vision commune d’un Indo-Pacifique libre et ouvert et aussi comme un phare pour les personnes du monde entier qui aspirent à un monde plus juste, sûr, prospère et démocratique ». Il est possible que la coopération évolue vers un stade plus avancé, peut-être avec une représentation diplomatique officielle des États-Unis à Taipei – ce qui suscitera certainement la réaction de la Chine.

Comme déclaré dans la déclaration de mercredi, les forces armées chinoises sont prêtes à agir rapidement pour neutraliser toute manœuvre américaine classée comme une menace. À plusieurs reprises ces derniers mois, des navires américains naviguant en mer de Chine méridionale ont été interceptés par des navires chinois qui ont contraint les forces étrangères à battre en retraite. Il est certain que Pékin aura moins de tolérance pour les opérations étrangères et que les interceptions deviendront plus fréquentes. En outre, la présence chinoise à l’étranger devrait s’accroître considérablement, notamment dans les Caraïbes et dans d’autres régions historiquement occupées par la marine américaine, en réponse à la présence américaine en Asie. Les pays alliés de Washington, comme le Japon, peuvent également voir leurs côtes visitées par des navires chinois et, avec cela, la perpétuation des tensions navales.

Lucas Leiroz (infobrics, traduction breizh-info.com)

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Economie. Une société à la chinoise après l’effondrement ?

Notre économie est en phase terminale... et le gouvernement s'apprête à débrancher le patient ! Affirmant que le pass-sanitaire...

Pass-sanitaire : Macron souffle le chaud et le froid

Au programme ce soir, les médias et le gouvernement marchent main dans la main pour enterrer l’opposition au pass-sanitaire. Pour...

4 Commentaires

  1. Un sacré propagandiste pro chinois ce Lucas.
    l’expansionnisme chinois est une évidence, que ce soit sur terre vers L’Inde ou sur mer avec la création d’Ille artificielle oula revendication d’Ille appartement à d’autre pays comme le Vietnam

  2. Les îles Paracels seraient plus proches d’Hainan que des côtes vietnamiennes. Mais la Chine revendique des îlots ou récifs beaucoup plus proches de Brunei ou des Philippines que de la Chine. Cela ne veut pas dire que les USA soient blancs comme neige.
    Au moment où on nous dit que la Chine a grave assuré pour l’épidémie avec ses mesures liberticides, soutenir cette dictature n’est pas forcément judicieux.
    Je peux d’autre part témoigner que le chauvinisme grand han n’est pas une vue de l’esprit.

  3. Rappelons que Taïwan abrite le seul gouvernement légitime de la Chine. Le reste de la Chine est depuis 1949 sous le joug d’une dictature communiste particulièrement totalitaire où les libertés élémentaires sont réduites à néant. Il est déjà suffisamment scandaleux que les nations unis se soient pliés devant le fait accompli accordant à cette dictature une pseudo légitimité qui n’était due qu’à Taïwan. Ce n’est pas Taïwan qui est une île autonome, c’est au contraire le reste de la Chine qui s’est abusivement soustrait à l’autorité de son gouvernement légitime siégeant à Taïwan.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés