Autriche. Ultra minoritaires dans le pays, les Afghans en première position des suspects pour viol

Pendant que certains s’empressent de vouloir ouvrir grand les portes de l’Europe à des masses de migrants Afghans, quelques chiffres devraient cependant calmer les ardeurs des immigrationnistes patentés. Ainsi, en Autriche, le chancelier autrichien Sebastian Kurz s’est dit, dimanche 22 août, opposé à l’accueil de réfugiés afghans supplémentaires sur son sol, ne voulant pas répéter les erreurs de 2015 et ses images de centaines de milliers de migrants déferlants dans toute l’Europe.

L’Autriche accueille déjà 40 000 ressortissants Afghans (pour 8 millions d’habitants, soit 0,5% de la population), sait par ailleurs ce qu’il en coûte à la sécurité de son propre peuple : ainsi, bien qu’ultra minoritaires en Autriche, les Afghans sont en première position des suspects pour viol. Dans ce pays, 16.78 % des suspects étrangers pour viol sont des Afghans selon les statistiques officielles.

De quoi freiner les appétits immigrationnistes ? Pas sûr, si l’on regarde déjà toutes ces métropoles françaises dont les mal élus se portent volontaires pour accueillir encore et toujours des nouveaux immigrés, Afghans cette fois-ci. Des élus qui, comme d’habitude, n’endosseront jamais la responsabilité pénale des potentielles exactions commises par une partie de ces nouveaux arrivants…

Des élus qui doivent suivre les sondages (à défaut de l’organisation d’un réel débat suivi d’un référendum sur l’immigration) puisque récemment, un sondage indiquait que 54 % des sondés se déclarent en faveur de l’accueil de réfugiés afghans en France. Les plus jeunes sont davantage enclins à cet accueil que les autres classes d’âge. Le chiffre grimpe en effet à 66 % chez les 18-24 ans, contre entre 47 et 48 % seulement chez les 35-64 ans. Les catégories sociales les plus aisées (CSP+) se montrent également plus immigrationnistes que les classes populaires (59 % contre 46 %) (Etude CSA pour CNEWS réalisée par questionnaire auto-administré en ligne sur panel du 24 au 25 août 2021 auprès d’un échantillon national représentatif de 1.000 personnes âgées de 18 ans et plus). Ce qui devrait conduire à revoir cette scène du film La Crise, avec Patrick Timsit, ci-dessous :

Focus sur le « bacha bazi », une pratique pédophile afghane réprimée par les talibans. Bientôt en Europe ?

Afghanistan : la France va-t-elle répéter les mêmes erreurs que lors de la crise migratoire de 2015 ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. « la France va-t-elle répéter les mêmes erreurs que lors de la crise migratoire de 2015 ? »
    mais les français ne sont pas consultés, il faut donc écrire « le gouvernement français »
    les françaises vont subir quelques viols mais Bayrou sera content, la courbe de la natalité augmentera
    les français en général seront agressé mais ça rendra les riches moins riches et les pauvres afghans moins pauvres, donc encore une fois que du moralement bon !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !