Kurdistan, Syrie. Filles du feu, un reportage sur les femmes combattant l’Etat Islamique

A LA UNE

Les islamistes les détestent : s’ils sont tués par elles, ils n’iront pas au paradis, affirment-ils. Depuis quelques années, les combattantes kurdes étonnent le monde. Elles sont jeunes, animées d’une détermination sans faille et, pour certaines, commandent les hommes. Elles ont pris une part déterminante dans la bataille contre l’État islamique, notamment dans le nord de la Syrie.

 En 2015, l’ethnographe et cinéaste (Eux et moi, Quelques jours ensemble) Stéphane Breton a suivi plusieurs groupes de ces guerrières aux foulards de couleurs vives qui n’ont pas hésité à s’engager dans une guerre ô combien meurtrière. Dans les montagnes désertiques ou les quartiers en ruine de Kobané, il les a filmées, non au combat mais dans les phases intermédiaires : les attentes tendues, les marches incessantes, les maigres repas. Avec ce quotidien aride, ces conditions de vie terribles où même les armes manquent, Stéphane Breton éclaire une autre facette du conflit syrien. La mort s’y inscrit en creux et s’exorcise aussi par la parole, comme dans cette séquence où une militante fait l’éloge funèbre de ses camarades disparus, parfois après avoir obéi à ses ordres.

Ce film non conventionnel grave dans la mémoire mille détails parfois rugueux (dont ces chiens rôdeurs et bouffeurs de cadavres) mais aussi la sérénité et les rires de ces combattants à peine sortis de l’adolescence. On n’oubliera pas le visage de Diljîn Ararat, cette impressionnante commandante, tuée peu après le tournage.

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie bureaucratique. Un nouveau système pour les détenteurs d’armes à feu

La France est le pays de toutes les tyrannies. La République ne cesse en effet d'étouffer les citoyens, entre...

Pénestin (56). Les falaises menacées d’effondrement ?

Dans certaines communes de Bretagne, le trait de côte recule inexorablement. A Pénestin (56), des pans de falaises s’effondrent...

4 Commentaires

  1. Qu’on puisse croire qu’être tué par une femme empêche d’aller au paradis donne le vertige. Spiritualité quand tu nous tiens !

  2. Ces femmes et tous les kurdes ont été laissées pour compte par l’Occident . C’étaient pourtant des combattants bien plus valeureux que les militaires afghans ou irakiens…..

  3. Aprés 1815 et la chute de l’Empire napoléonien , l’Angleterre a dominé militairement l’Europe , avant la’rrivée aprés 1870 de la Prusse ;; Mais l’Angleterre financait toutes les coalissions du continent n’engageant avec parcimonie les soldats Anglais , qui étaient plutot des Ecosais, des Irlandais des hollandais , des Allemands etccc; Pourquoi faire tuer nos soldats quand il suffirait de soutenir :( argent , armes, mercenaires ) les coalissions anti islamiques de par le monde , comme le faisait l’Angleterre au XIX ème siècle ?

  4. les kurdes prouvent que résister et se battre paye
    les femmes kurdes démontrent que se battre et résister leur amène le respect de tous y compris de leurs hommes
    soutient total à ce peuple épris de liberté qui est abandonné trop souvent, les turcs, membres de l’otan les bombardent dans l’indifférence des dirigeants occidentaux , honte à eux

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés