Rennes. Un couple violemment agressé par un migrant Somalien [Maj . Laissé libre sans poursuite]

A LA UNE

MAJ : le somalien a été laissé libre faute de preuve. Il n’aura aucune poursuite et a été remis en liberté, bien que le couple agressé soit formel.

Vivre ensemble à Rennes, suite (interminable). Le 15 septembre, rue de la soif (Rue St Michel) à Rennes, un migrant somalien et 4 acolytes, éméchés, commencent à s’en prendre à un couple d’autochtones en terrasse. Et notamment à la femme. Son compagne s’interpose.

Cela ne plait pas au groupe, mené par le somalien, qui tabasse l’individu, et arrache le sac de la femme. L’homme sera transporté à l’hôpital dans la foulée pour des examens. Il s’en sort bien.

Le groupe lui, a pris la fuite. Le sac n’a pas été retrouvé. Le somalien a été arrêté par la police, puis placé en garde à vue. Il pourrait être laissé libre pour une convocation dans quelques mois par la  Justice. Il sera donc maintenu par la République française sur le territoire.

Photo d’illustration : DR
[cc] BREIZH-INFO.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire. En Italie, la colère gronde avec l’instauration du pass sanitaire obligatoire

L'Italie vers une révolte populaire ? C'est possible, puisque depuis ce 15 octobre, les autorités ont décidé de rendre...

Affaire Steve à Nantes : l’ancien préfet mis en examen, un éventuel procès encore lointain

Et de huit ! Dans « l’affaire Steve », la noyade d'un jeune homme au cours de la Nuit...

4 Commentaires

  1. j’en ai assez de répéter à chaque fois la même chose ! que nos élus qui favorisent l’arrivée des migrants, soit responsables des actes de leur hôtes, comme des parents !

  2. et ça n’est pas fini avec le nombre de ces gars envoyés à rennes sut la demande des édiles
    s’abstenr permet à ces zozos de se maintenir aux manettes

  3. La Bretagne et l’Ille et Vilaine subventionnent SOS Méditerranée. Il est « normal » qu’elles « bénéficient » des conséquences. Attention les Somaliens n’ont pas patronyme, ce qui peut compliquer son identification

  4. Il aurait fallu déclarer qu’il n’avait pas de passe sanitaire et que cela faisait la 4ème fois qu’il était contrôlé en défaut. Dans ce cas, il aurait été condamné immédiatement à la prison à perpétuité.
    Ou alors qu’il caresse la joue de Macron : 3 mois de tôle en 48 heures. C’est donc injuste de dire que la justice n’est pas rapide ou réactive.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés