Les États-Unis continuent de trahir leurs alliés alors que leur puissance mondiale est en déclin.

A LA UNE

La puissance mondiale des États-Unis décline et se rapproche de sa phase terminale. Bien entendu, cela ne signifie pas que les États-Unis cesseront d’être une superpuissance, mais ils ne sont plus la seule grande puissance du monde et n’exercent plus l’influence mondiale qu’ils exerçaient autrefois. Cela se reflète dans l’immense échec des politiques américaines à travers le monde, qu’il s’agisse de perdre 20 ans en Afghanistan pour rien, de ne pas réussir à chasser le président syrien Bachar el-Assad par des forces mandataires, ou même de chasser des personnalités comme le président vénézuélien Nicolás Maduro par des sanctions et des embargos.

Compte tenu des nombreux échecs de la politique étrangère américaine depuis le début du millénaire, il est d’autant plus curieux que Washington continue de trahir ses soi-disant alliés et partenaires tout en essayant de maintenir son statut d’hégémon mondial. Nombre de ces trahisons sont dues à ses propres intérêts commerciaux, à la rupture d’accords et de règles qui étaient en fait contre-productifs pour eux, ainsi qu’au fait qu’ils n’ont tout simplement pas les capacités ou la volonté de tenir leurs promesses.

On se souvient qu’en 2008, le président George W. Bush avait fait campagne pour offrir un plan d’action pour l’adhésion à la Géorgie et à l’Ukraine lors du sommet de l’OTAN à Bucarest en avril 2008. Toutefois, l’Allemagne et la France ont déclaré qu’une telle offre serait « une offense inutile » pour la Russie, reconnaissant que le Caucase fait partie de la sphère d’influence de Moscou. Malgré ce rappel à la réalité de la part de l’Europe, le président géorgien Mikheil Saakashvili se sentait si confiant dans son partenariat avec les États-Unis que, le 1er août 2008, il a lancé une guerre contre les détenteurs de passeports russes en Ossétie du Sud, un territoire qui exerce son indépendance vis-à-vis de la Géorgie depuis 1992.

Non seulement l’opération militaire géorgienne a échoué de manière spectaculaire après l’intervention de l’armée russe, mais les États-Unis n’ont absolument pas voulu soutenir militairement la Géorgie, bien qu’ils aient encouragé le pays à adopter une politique anti-russe et à reconquérir l’Ossétie du Sud. La guerre d’Ossétie du Sud de 2008 a été le premier signal depuis l’effondrement de l’Union soviétique que le monde unipolaire dirigé par les États-Unis était en train de s’effondrer et d’être remplacé par un système multipolaire. Les États-Unis ne pouvaient que regarder et ne rien faire en Ossétie du Sud alors que la Russie réaffirmait son pouvoir sur sa sphère d’influence traditionnelle.

En 2008, l’armée américaine était déjà présente en Afghanistan depuis sept ans et en Irak depuis cinq ans. La Géorgie n’était donc qu’un point d’éclair parmi d’autres dans un système militaire mondial déjà surchargé. Washington était bien sûr d’autant plus frustré que l’écrasante majorité des alliés européens s’opposait aux invasions irréfléchies de l’Afghanistan et de l’Irak, et désapprouvait l’entrée de la Géorgie et de l’Ukraine dans l’OTAN.

C’est cette prise de conscience du fait que de nombreux Européens ne se plieraient pas simplement aux exigences des États-Unis qui a poussé les décideurs politiques de Washington à être plus réactifs dans leur planification stratégique, et plusieurs pays sont tombés dans ce piège. Par exemple, l’Inde a rejoint les États-Unis, le Japon et l’Australie dans la formation du QUAD pour s’opposer à la Chine dans la région indo-pacifique. Cependant, en avril de cette année, un destroyer américain a traversé la zone économique exclusive de l’Inde sans l’approbation de New Delhi et en violation de la loi indienne, démontrant ainsi une fois de plus l’indulgence américaine pour ses soi-disant alliés.

Le plus grand indicateur du changement d’idéologie des Etats-Unis en matière de géopolitique et d’influence vis à vis de leurs alliés traditionnels est la manière dont l’AUKUS, un pacte de sécurité trilatéral entre l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, a été annoncé le 15 septembre. Non seulement la France n’a pas été informée de l’AUKUS avant son annonce, mais elle a perdu un contrat de sous-marins de 56 milliards d’euros avec l’Australie et a été obligée d’ajuster sa politique du Pacifique qui était en gestation depuis de nombreuses années et qui reposait en partie sur des relations étroites avec Canberra.

Le président français Emmanuel Macron s’est indigné de ce que son ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a décrit comme un « coup de poignard dans le dos« . C’était certainement un coup de poignard dans le dos alors que les États-Unis consolidaient une alliance anglo-saxonne. Washington voit certainement la valeur de l’OTAN s’il peut la contrôler. Cependant, les États-Unis n’ont plus le contrôle de nombreux membres de l’OTAN, ce qui rend l’organisation redondante. C’est pour cette raison que l’AUKUS est destinée à être la première alliance militaire des États-Unis, alliance anglo-saxonne identitaire avec la Grande-Bretagne et l’Australie.

C’est également pour cette raison que même la Grèce, un pays pleinement consolidé dans l’OTAN depuis 1952, qui se méfie désormais du bloc pour sa sécurité, a signé un pacte de défense avec la France fin septembre. Ce seront les premiers pas d’un Paris en quête d’une plus grande intégration paneuropéenne et d’une indépendance vis-à-vis de la domination américaine. Pour les Français, la débâcle d’AUKUS était le dernier affront qu’ils allaient tolérer de la part de du monde anglo-saxon avant de se lancer dans un projet européen, à commencer par le pacte de défense avec la Grèce.

La Grèce, ainsi que d’autres pays européens, ont également souffert de l’AUKUS car leurs entreprises devaient participer au projet de sous-marins australiens. Une grande partie de l’Europe a réalisé que Washington préférait s’engager dans une politique identitaire avec les pays anglo-saxons plutôt qu’avec des alliés traditionnels comme la France, qui a assuré l’indépendance des États-Unis vis-à-vis des Britanniques.

Cela n’aurait pas dû être une surprise puisque Washington a une longue histoire de coups de poignard dans le dos de ses alliés, qu’il s’agisse des Kurdes en Syrie, d’encourager bêtement la Géorgie à provoquer l’Ossétie du Sud, d’abandonner le gouvernement et les partenaires afghans et de les laisser à la merci des talibans, d’ignorer les appels de l’Ukraine à arrêter le Nord Stream 2, de violer l’espace maritime indien ou de poignarder la France dans le dos. Ce ne sont là que quelques exemples de la trahison des États-Unis envers leurs alliés, et cela ne fera que se poursuivre puisque Washington ne fait confiance qu’au Royaume-Uni et à l’Australie, tout en espérant que les autres alliés et partenaires continueront à servir leurs intérêts.

Paul Antonopoulod (InfoBrics , traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

Articles liés