Turquie. La pénétration progressive d’Ankara en Asie centrale. Une menace aux frontières de la Russie ?

A LA UNE

Depuis des milliers d’années, la région de l’Asie centrale est le théâtre de conflits incessants et de la concurrence des grandes puissances, car elle est un carrefour des routes commerciales Est-Ouest. Les Scythes, les Huns et diverses tribus de Turcs et de Mongols, parmi une pléthore d’autres groupes, ont déferlé sur la région. Au XIXe siècle, l’Asie centrale a été le théâtre de ce que l’on a appelé le « Grand Jeu » entre les empires britannique et russe et, au cours des deux dernières décennies, les États-Unis ont sérieusement tenté d’y établir une présence permanente. Cependant, au moment où les États-Unis se retirent d’Afghanistan, Ankara tente sérieusement de supplanter les influences russes et chinoises dominantes dans la région.

En 2010, le premier ministre (aujourd’hui président) Recep Tayyip Erdoğan a annoncé sa vision ambitieuse de 2023, cette année étant celle de la célébration du centenaire de la République de Turquie. La vision 2023 visait à doter la Turquie d’une politique étrangère vigoureuse et à l’impliquer dans toutes les organisations et tous les événements mondiaux majeurs. Il était également prévu que la Turquie devienne une plaque tournante du transport, du commerce et des pipelines, car, à l’instar de l’Asie centrale, elle est un carrefour des routes commerciales Est-Ouest.

Dans le cadre de cette vision ambitieuse visant à élever la puissance et l’influence de la Turquie, la « politique du zéro problème avec nos voisins » a été créée par l’ancien ministre des affaires étrangères et actuel chef du Parti du Futur, Ahmet Davutoğlu. Ankara est passé très rapidement de « Zéro problème avec nos voisins » à « Des problèmes avec presque tous les voisins« , car l’éclatement de la guerre en Syrie a offert à la Turquie une rare occasion d’étendre considérablement son influence – si le président Bachar al-Assad était déposé. La guerre syrienne a été le premier indice que la politique dite « Zéro problème avec les voisins », mise en œuvre en 2010, n’avait même pas tenu le coup en 2011 avant qu’Erdoğan ne mette au rebut la vision de Davutoğlu et ne sombre rapidement dans une idéologie de néo-ottomanisme syncrétique et de pan-turquisme.

La République de Turquie a été fondée par Mustafa Kemal à la suite d’une campagne visant à créer une « Turquie pour les Turcs » qui a culminé avec le génocide de 3 millions d’Arméniens, de Grecs et d’Assyriens. Les populations chrétiennes survivantes qui n’ont pas été déportées en Grèce, en Union soviétique ou autorisées à rester à Istanbul, ont été turquifiées et islamisées de force.

L’identité étant fluide sous l’Empire ottoman, tous les musulmans étaient étiquetés comme Ottomans dans les recensements, que leur ethnie soit grecque, serbe ou autre. Kemal lui-même est né de parents Dönme (juifs cachés mais musulmans en public) de souche albanaise. Après l’effondrement de l’Empire ottoman, Kemal s’est lancé dans une campagne massive de turquification visant à éliminer toute identité qui n’était pas turque, et a même adopté le surnom d’Atatürk (Père Turc). Atatürk a imposé la turquification à un pays qui n’avait échappé à l’effondrement total de l’armée grecque que grâce à l’aide militaire des bolcheviks. La Turquie, en tant que nouveau pays, était composée de divers peuples musulmans des Balkans, d’Anatolie et du Caucase qui ont été rapidement turquifiés afin de consolider une identité et une mythologie nationales unies pour le pays nouvellement établi.

En raison de cette politique de turquification, la plupart des citoyens turcs pensent qu’ils descendent de tribus turques qui ont conquis l’Anatolie, plutôt que de peuples autochtones qui ont été turquifiés de force. Des tests génétiques modernes ont révélé que la majorité des citoyens turcs n’ont que très peu ou pas du tout d’ascendance turque, comme le soulignent des professeurs nés en Turquie tels que Mehmet Efe Caman et Ihsan Yilmaz.

Cependant, cette turquification forcée a également guidé idéologiquement la politique étrangère d’Ankara. C’est sur cette base que la Turquie d’aujourd’hui introduit activement le pan-turquisme avec l’islam politique en Azerbaïdjan et dans les pays turcs d’Asie centrale. Pour contester l’influence russe sur ces pays, en se rappelant que ce sont les Soviétiques qui ont introduit la laïcité dans la région, la Turquie finance des ONG et des institutions dans ces pays pour consolider l’idéologie pan-turque qui est également ancrée dans l’Islam.

Cela pose des problèmes majeurs, y compris pour la sécurité de la Russie, car les organisations turques nationalistes et expansionnistes, comme les Loups gris, autrefois financés par le Gladio, ont pour objectif déclaré d’unir tous les peuples turcophones dans un seul État s’étendant des Balkans à l’Asie centrale. Le groupe a combattu en Tchétchénie, a noué des liens avec des groupes tartares en Crimée et encourage ses membres à se battre en Syrie. L’une de leurs devises est « Votre médecin sera un Turc et votre médicament sera l’islam« . Erdoğan, son partenaire de coalition Devlet Bahçeli et plusieurs dirigeants de l’opposition sont fréquemment vus faisant le signe de la main du groupe, que plusieurs pays reconnaissent comme une organisation terroriste.

Erdoğan espère que grâce au Conseil turc, qui comprend également l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et l’Ouzbékistan, l’influence idéologique turque pourra commencer à pénétrer dans ces pays. L’un des objectifs de la mission du Conseil turc est de « développer des positions communes sur les questions de politique étrangère ». Ankara se voit effectivement au centre d’un arc turc qui s’étend du Kirghizstan à Istanbul et espère pouvoir intégrer l’Asie centrale dans sa propre sphère d’influence aux dépens de la Russie et de la Chine.

Cela s’avérera problématique, car la synthèse de l’identité pan-turque et de l’islam politique aboutira finalement à l’expansion des Loups gris ou d’autres organisations idéologiquement alignées en Asie centrale. Tout comme les Loups gris sont responsables de l’exportation du terrorisme en Syrie et dans le Caucase, et ont commis des massacres contre les Kurdes, les Alévis et d’autres groupes minoritaires, un tel extrémisme sera finalement exporté en Asie centrale également si ces pays se laissent consommer par les conjectures idéologiques et la politique étrangère actuelles de la Turquie – tout comme elle cherche à le faire par le biais du Conseil turc.

Pour la Russie, le développement du terrorisme en Asie centrale sera un affront direct à sa propre sécurité nationale, d’autant plus que les pan-turcs ont la Crimée dans leur ligne de mire, et que les éléments les plus extrêmes regardent même vers les régions russes autour des montagnes de l’Altaï, la patrie mythologique du peuple turc. Pour la Chine, la menace est tout aussi grande, d’autant que l’idéologie pan-turque inclut également la province chinoise du Xinjiang dans ses grandes aspirations territoriales.

Ainsi, une véritable lutte idéologique s’engage en Asie centrale. La région doit faire un choix : suivre l’exemple du Turkménistan, qui est resté neutre (ce qui explique pourquoi il n’est pas membre du Conseil turc), ou s’engager sur la voie d’un État paria susceptible de devenir un foyer d’extrémisme et d’instabilité, qui lui-même éloignerait de la Chine et de la Russie des opportunités et des projets d’investissement sérieux qui ne peuvent être remplacés par une Turquie dont l’économie est malmenée.

Paul Antonopoulos (InfoBrics, traduction breizh-info.com)

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Les Tuche 4, Au coeur du bois, West Side Story, Les Amants sacrifiés, Un endroit comme un autre, La Beauté du monde : au...

Les Tuche 4, Au coeur du bois, West Side Story, Les Amants sacrifiés, Un endroit comme un autre, La...

Une société de l’anathème et du refus de tout débat ne peut mener qu’à la guerre civile [L’Agora]

Est-il encore possible de « vivre ensemble » dans la France de 2021 ? Poser la question, c’est déjà dresser un large...

1 COMMENTAIRE

  1. d’où viennent les turcs ? d’asie centrale !
    qu’ils nouent des liens particuliers avec leurs voisins de sang n’est pas choquant! au contraire, je préfère qu’ils y émigrent plutot que de venir en europe occidentale où les moeurs, traditions et mode de vie diffèrent beaucoup

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés