Pologne. Marcin Romanowski : « Le respect de notre souveraineté exige que l’on ignore l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne »

A LA UNE

Le vice-ministre polonais de la justice, Marcin Romanowski, commente l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) qui a imposé hier à la Pologne une peine d’un million d’euros par jour jusqu’à ce qu’elle suspende la chambre disciplinaire de la Cour suprême.

L’UE a jugé cet organe contraire au droit communautaire en juillet dernier et a pris des mesures provisoires qui, selon elle, doivent être respectées aujourd’hui « afin d’éviter des dommages graves et irréparables » à l’ordre juridique de l’UE et à ses « valeurs ».

Les eurocrates ne relâchent pas leurs efforts pour étouffer l’identité nationale polonaise et lancent un nouveau coup contre notre patrie. Il s’agit déjà d’une sorte d’attaque contre notre souveraineté et d’une tentative de forcer une obéissance absolue. Il ne se passe pas une semaine sans que nous entendions parler des tentatives de Bruxelles de déstabiliser notre système juridique et la situation politique en général. Nous sommes au milieu d’un conflit et notre indépendance est en jeu.

Cette punition illégale est la preuve du type d’UE que veulent les eurocrates, une UE pourrie et visant à l’anéantissement des États indépendants. En vertu du droit européen, l’administration de la justice relève de la compétence des États membres. Pourtant, la Commission européenne n’en a cure, et par les arrêts de la CJUE politisée, elle fait comprendre très clairement que désormais, nous devons payer pour notre souveraineté. En ce moment, en tenant compte de cette décision et de l’affaire Turow, l’Union européenne évalue notre indépendance à 1,5 million d’euros par jour ! Bien sûr, cela n’a rien de certain, et dans un moment il peut s’avérer que les élites de Bruxelles n’aiment pas la durée du mandat du président et attendront un autre million d’euros par jour jusqu’à ce que nous introduisions les changements forcés.

Les (in)décisions du Tribunal de l’UE qui interfèrent avec les prérogatives des autorités polonaises doivent être ignorées. C’est ce qu’exige le respect de notre souveraineté et de ceux qui se sont battus pour elle. Après tout, une situation dans laquelle des organes européens non élus et non démocratiques se placent au-dessus de la société polonaise et bloquent les réformes contre sa volonté démocratique semble une abstraction, mais c’est exactement ce à quoi nous avons affaire.

Les élites occidentales ont à nouveau ressenti l’appel du colonialisme, et bien que ce soit leurs sociétés qui se dirigent vers la dégénérescence, elles s’entêtent à nouveau à essayer d’imposer leurs « vérités » pourries à d’autres pays.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« J’ai fait l’amour avec le diable ». Pourquoi des Catholiques se sont opposés au concert d’Anna Von Hausswolff à Nantes

Le 7 décembre 2021, de nombreux fidèles catholiques, beaucoup de jeunes, se sont rassemblés devant l’église Notre-Dame du Bon-Port...

Gwern-ar-Sec’h : Mohammed ha Rizk pennoù bras an trafikerezh dramm

Kondaonet eo bet c'hwec'h paotr d'ar meurzh 07 a viz kerzu gant lez-varn Roazhon evit trafikerezh drammoù. Etre Gwern-ar-Sec'h (Bro...

7 Commentaires

  1. Après,le iii ème Reich et la Russie de Staline, c’est au tour de l’Union européenne de vouloir mettre la Pologne à genou.

  2. je suis pour une Europe unis, pour être fort vis à vis des des blocs existants, mais aussi pour que chaque pays garde sa souveraineté, l’Europe aujourd’hui est une dictature à la solde de la Chine. Je ne veux pas de cette Europe qui nous enlèvent nos valeurs et nos fondamentaux.

  3. Il serait intéressant de proposer à vos lecteurs un sondage leur demandant s’ils estime que le droit d’un pays prévaut sur celui de la communauté européenne.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés