Des documents dévoilent les innombrables décès de civils et les crimes de guerre commis par les États-Unis.

Depuis le début des années 2000, l’utilisation des drones dans la guerre est devenue plus importante dans la planification et l’engagement militaires américains. Les présidents américains successifs, en particulier Barack Obama, ont promis que l’utilisation de drones omniprésents et de bombes de précision réduirait les pertes civiles. Cependant, des documents dévoilés par le New York Times font état de renseignements erronés, de ciblage défectueux, d’années de morts civiles et, ce qui est peut-être le plus inquiétant, d’un manque de responsabilité.

Le New York Times décrit de manière choquante plusieurs cas de civils au Moyen-Orient, y compris des enfants, tués par des frappes de drones américains sans qu’il y ait de répercussion pour ce crime de guerre. Les cas qu’ils exposent ont été tirés d’une archive cachée du Pentagone sur les frappes aériennes américaines au Moyen-Orient depuis 2014, c’est-à-dire depuis le début de la campagne américaine contre ISIS.

Ces documents révèlent que selon les propres évaluations de l’armée américaine, il y avait plus de 1 300 rapports évoquant des civils tués en raison des frappes aériennes américaines. L’auteur de l’article, Azmat Khan, a déclaré que les documents dévoilés « mettent à nu la façon dont la guerre aérienne a été marquée par des renseignements profondément défectueux, un ciblage précipité et souvent imprécis, et la mort de milliers de civils, dont de nombreux enfants, ce qui contraste fortement avec l’image du gouvernement américain d’une guerre menée par des drones omniscients et des bombes de précision ».

Elle a ajouté que « malgré le système très codifié du Pentagone pour examiner les pertes civiles, les promesses de transparence et de responsabilité ont laissé place à l’opacité et à l’impunité. » Khan a également expliqué comment, malgré les 1 300 rapports de pertes civiles, « seulement [dans] une poignée de cas, les évaluations ont été rendues publiques » et « pas un seul dossier fourni ne comprend une constatation de faute ou une action disciplinaire. »

Bien que des milliers de personnes aient été dévastées par des frappes aériennes américaines imprudentes, y compris des survivants laissés avec d’horribles handicaps et des factures médicales coûteuses, moins d’une douzaine de paiements de compensation ont été versés aux victimes. Ce résultat n’est pas surprenant si l’on considère que les efforts pour identifier les causes profondes ou les leçons tirées des échecs du renseignement sont rares.

Barack Obama a qualifié les frappes contre ISIS de « campagne aérienne la plus précise de l’histoire » et a estimé qu’elles permettaient de mieux protéger les troupes et les civils. Cette conviction a toutefois été contredite par le capitaine Bill Urban, porte-parole du commandement central américain. En réponse aux questions du Times, il a déclaré que « même avec la meilleure technologie du monde, des erreurs se produisent, qu’elles soient basées sur des informations incomplètes ou sur une mauvaise interprétation des informations disponibles ».

Bien qu’il ait affirmé que les États-Unis essaient d’apprendre « de ces erreurs », « […] travaillent avec diligence pour éviter de tels dommages » et « enquêtent sur chaque cas crédible », les preuves prouvent le contraire puisque les documents cachés montrent régulièrement des civils comme victimes collatérales.

Le Times, comme le dit Khan, « a fait ce que les responsables militaires admettent ne pas avoir fait : analyser les évaluations des pertes dans leur ensemble pour discerner des schémas d’échec du renseignement, de la prise de décision et de l’exécution. » L’enquête a révélé que, bien qu’il soit impossible de déterminer le nombre total de victimes civiles des frappes américaines, il est certainement bien plus élevé que les 1 417 victimes que le Pentagone admet effectivement.

Le journal londonien a constaté que de nombreuses victimes civiles avaient été sommairement écartées, que les rapports sur le terrain comportant un échantillon de cas crédibles avaient été rejetés et que les leçons avaient rarement été tirées.

Il n’est pas surprenant que des leçons n’aient pas été tirées lorsque les journaux de discussion accompagnant certaines évaluations ont révélé que les soldats américains traitaient les frappes de drones comme s’ils jouaient à des jeux vidéo. Dans l’un des cas enregistrés, des soldats américains ont exprimé leur joie de pouvoir tirer dans une zone apparemment « pleine à craquer » de combattants d’ISIS, sans repérer les enfants qui se trouvaient parmi eux. En éloignant les soldats du terrain et en les plaçant derrière un écran d’ordinateur, on réduit non seulement le renseignement sur le terrain, mais on désensibilise également les soldats aux effets sociaux et familiaux que leurs actions criminelles ont sur les civils ordinaires.

Le capitaine Urban tente de minimiser cette désensibilisation en affirmant que les opérateurs de drones « n’ont pas le luxe de disposer de temps » et que « le brouillard de la guerre peut conduire à des décisions qui causent tragiquement des dommages aux civils ».

Paul Antonopoulos via Infobrics

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

4 réponses

  1. La vraie information n’est pas que les frappes aériennes américaines tuent des civils, c’est qu’à présent cela choque. Jusqu’où ira ce mouvement de repentance ? Il est question ici de 1.417 victimes, soit moins que dans la seule ville de Nantes au cours des bombardements des 16 et 23 septembre 1943, sans parler des millions d’autres civils tués dans le bombardement des villes allemandes, japonaises… et françaises. Et là, pas question d’incriminer des « informations incomplètes » ! Pourtant, à ce jour, les « cancellistes » les plus rudes ne réclament pas le déboulonnage des statues de Roosevelt…

  2. le gendarme du monde a le droit du plus fort; et il est interdit de dire le réel qui pourrait le choquer!
    pschitt a bien raison de rappeler le passé en france, qui s’est répété partout

  3. Hiroshima et Nagasaki sont deux grands crimes contre l’ humanité dont on n’ a jamais révélé les criminels , « responsables mais non coupables  » selon la formule en usage chez les parlementaires bien connus , sans oublier
    les centaines de milliers de morts par l’ aviation anglo américaine de la dernière guerre en Europe !
    La Diabilisation de l’ Armée allemande a été nécessaire pour faire oublier l’ absence de réparation pourtant indispensable des criminels de guerre alliers !…

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !