Covid-19. Pour Alain Fischer, la question de la quatrième dose est « sur la table »… quand Israël décide de la suspendre [Vidéo]

Quatrième dose

Les Français vaccinés contre le Covid-19 vont-ils devoir se faire injecter une quatrième dose ? La question est « sur la table » selon le Pr Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Qui a cité en exemple Israël, un pays qui vient justement de suspendre la campagne de vaccination pour la quatrième injection…

Quatrième dose de vaccin : la question est « sur la table » selon Alain Fischer

La probabilité de voir les Français se faire administrer une quatrième dose de vaccin contre le Covid-19 est de plus en plus forte. Mercredi 29 décembre, le Pr Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, a indiqué que « la question est sur la table » lors d’un entretien accordé à RTL. « Le sujet est en réflexion. […] Il faut obtenir les données concernant le niveau et la durée de protection conférée par le rappel contre le variant », a-t-il complété.

Interrogé sur le cas israélien, où les autorités ont annoncé le 21 décembre dernier qu’une quatrième injection de vaccin contre le Covid-19 allait être proposée, dans un premier temps, à certains publics, à savoir les personnes âgées de plus de 60 ans, les travailleurs de la santé et les personnes dont l’immunité est compromise, Alain Fischer a précisé : « Les Israéliens sont décalés par rapport à nous. Ils ont débuté leu rappel plus tôt que nous et ont entre un et deux mois d’avance sur l’Europe en général. Peut-être qu’on fera la même chose mais il faut laisser le temps à l’analyse scientifique des données ».

Cette déclaration d’Alain Fischer intervient seulement deux jours après celle du ministre de la Santé Olivier Véran. À l’issue du Conseil de défense qui s’est tenu le 27 décembre, ce dernier, répondant aux questions des journalistes, avait indiqué que l’administration d’une quatrième dose de vaccin était une « possibilité », ajoutant que l’exécutif était « totalement ouvert à cette perspective et que (…) s’il faut aller devant les Français et leur dire qu’une nouvelle dose de vaccination est nécessaire pour protéger les plus fragiles, nous le ferons ».

Israël freine pour la quatrième injection, l’immunité naturelle via Omicron évoquée

Pendant ce temps en Israël, l’hôpital Sheba, dans la banlieue de Tel-Aviv, a initié lundi 27 décembre un essai clinique d’une quatrième dose de vaccin sur 150 bénévoles parmi son personnel soignant déjà triple vacciné il y a plus de quatre mois.

Mais, selon les dernières informations en date du 29 décembre, les responsables israéliens ont finalement décidé de se donner un peu de temps avant de lancer l’inoculation de cette quatrième injection pour les publics précédemment mentionnés.

Il y a plus d’une semaine désormais, le Premier ministre israélien Naftali Bennett déclarait sur Twitter « J’ai donné l’ordre de se préparer immédiatement pour le quatrième vaccin. […] Le monde suivra nos pas. »

Toutefois, cette annonce a fait l’objet de critiques de la part de plusieurs scientifiques en raison de l’absence d’études cliniques solides justifiant cette quatrième dose. Pour le docteur Dror Mevorah du Centre médical de l’université Hadassah, cité par Les Echos, « le fait que nous ayons été les premiers à administrer un troisième vaccin ne signifie pas qu’un quatrième est nécessaire sans fondement scientifique. »

Suite à cette polémique, le professeur Nachman Ash, directeur général du ministère de la Santé qui doit donner son accord pour déclencher ce processus, a décidé d’attendre d’avoir plus d’éléments de réponse sur la gravité des infections à Omicron et sur la quatrième dose. Les premiers résultats de l’étude clinique menée par l’hôpital Sheba attendus dans une quinzaine de jours devraient notamment contribuer à orienter la politique sanitaire israélienne concernant cette nouvelle injection de vaccin.

Enfin, la rapide propagation du variant Omicron en Israël pourrait aussi influencer les décisions des autorités. En effet, tandis que plusieurs études montrent que cette mutation du Covid-19 engendrerait beaucoup moins de cas graves tout en étant beaucoup plus contagieuse, certains scientifiques israéliens comme le professeur Eran Segal, biologiste informatique de l’Institut Weizmann, considèrent que « le grand nombre de personnes infectées par Omicron, attendu en Israël et dans le monde, peut augmenter considérablement le niveau d’immunité de l’ensemble de la population et aider à éradiquer Delta et certains autres variants. » Une prise de recul sur la situation dont devraient également s’inspirer Jean Castex et Olivier Véran…

Crédit photo : capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !