Grève du 13 janvier dans l’Education nationale. « Retrouver la raison, et de nous unir afin de refuser en bloc cette société de surveillance, de peur et d’angoisse permanente »

Ce jeudi 13 janvier est un jour de grève dans l’Education nationale. Un mouvement de colère d’enseignants et de syndicats (FCPE) en tête qui, s’ils dénoncent le manque de moyens et les conséquences de la crise sanitaire..en viennent à réclamer..plus de tests, de masques, de contrôles dans les établissements.

De quoi faire bondir certains parents d’élèves, alors que les fermetures de classe se multiplient, que les parents d’élèves se ruent sur les tests qui s’avèrent majoritairement positifs le virus circulant beaucoup (ce qui est bon signe…), et que la psychose s’installe, partout, sans plus aucune rationalité.

Voici ce qu’un parent d’élève des Côtes d’Armor vient d’adresser à la directrice de l’école de ses enfants qui signalait son soutien au mouvement de grève, et son inquiétude quant à la « contagion » et à la diffusion du virus.

Chère Madame …

Avant toute chose, je vous présente mes meilleurs voeux pour cette année à venir, puisse t elle faire en sorte que ce régime tyrannique disparaisse durablement et que l’école redevienne pleinement un lieu d’instruction et d’élévation pour nos enfants.

Si je me permets ce jour de répondre à votre mail, c’est dans le but de vous transmettre tout notre soutien vis à vis des mesures iniques que vous inflige ce gouvernement et qui pénalisent non seulement la société dans son ensemble, votre travail, mais aussi nos enfants, victimes trop souvent oubliées et subissant parfois une véritable torture physique et psychologique alors qu’ils devraient être préservés de tout cela.

Dieu merci, notre fils est trop jeune pour subir la muselière de papier ainsi que pour voir sa vie sociale contrainte à une injection expérimentale de matériel génétique tous les trois mois, ce qui n’est hélas pas le cas des plus grands, mais il subit néanmoins un apprentissage sans pouvoir distinguer les expressions faciales des adultes l’entourant en milieu scolaire.

« L’école va craquer » dites vous, mais que penser des médecins, pompiers, ambulanciers, urgentistes, dentistes, infirmiers qui sont suspendus sans salaires et sans RSA depuis 4 mois pour avoir refusé ces injections ? Pensons aussi à ces nombreux entrepreneurs dont je suis, qui ont perdu des milliers d’euros car s’étant vu dans l’interdiction de travailler pendant de longs mois et ce sans la moindre indemnité compensatoire.

Vous évoquez vouloir souhaiter maintenir les écoles ouvertes, « mais avec des conditions protectrices nécessaires car un variant inquiète et pèse sur la sécurité des élèves des familles et des personnels des écoles. »
Non Madame, ce variant n’inquiète pas les enfants et ne pèse en rien sur leur sécurité, Omicron est bénin pour les adultes et inoffensif pour les enfants (50 enfants hospitalisés pour covid, 2000 pour bronchiolite chaque semaine en moyenne)

C’est pour cela que je vous invite à contester sereinement les actions de ce gouvernement notamment en leur demandant des chiffres concrets et preuves de contamination dans les écoles plutôt que de céder à cette panique orchestrée qui nous mène tous dans le mur.

Ci dessous la part des hospitalisés disponible sur le site de la DREES.

Le Covid, ce n’est pas grand chose, même les accidents sportifs occasionnant hospitalisation sont deux fois plus nombreux.

Pour conclure je dirais qu’il est temps pour nous tous de retrouver la raison, et de nous unir afin de refuser en bloc cette société de surveillance, de peur et d’angoisse permanente qui doit voir en son prochain un potentiel contaminateur porteur de mort, ce qui contrarie fortement l’organisation d’une société saine, bienveillante et tolérante.

Vous priant d’agréer l’expression de ma respectueuse considération, je vous souhaite une belle contestation.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Bien vu cette réponse d’un parent à la folie syndicale.
    Car ce que les grévistes réclament, c’est plus de maltraitance pour les enfants.

  2. des tests rhinopharyngés pour les enfants alors qu’en israel, aux état unis et ailleurs il en existe des buccaux (écouvillon dans la bouche) des masques à l’école , c’est de la torture faite aux enfants, pour rien !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !