Vannes. Une bavure policière durant la manifestation anti pass-sanitaire du 8 janvier ?

Y’a-t-il eu une bavure policière lors de la manifestation anti pass-sanitaire du 8 janvier dernier à Vannes ?

Oui selon ce témoin qui nous écrit pour décrire ce qu’il estime être une bavure.

« Nous étions trois personnes qui parlaient sur l’esplanade du port de Vannes, à une 15aine de mètres de quelques manifestants qui s’attardaient près de la chaussée, peut être sur le passage pour piéton. Nous n’y prêtions pas attention, les personnes étaient calmes.

Une voiture banalisée (avec gyrophare) est arrivée et des policiers en civil tenues noires avec brassard en sont descendus; il semblerait qu’ils aient frappé une personne que j’ai aperçue au sol, entourée de quelques personnes qui lui portaient secours; d’autres se sont mis à crier leur colère; les « policiers » se retiraient aussi précipitamment qu’ils étaient arrivés, mais sont revenus au contact des manifestants; leur comportement énervé agressif n’avait rien du professionnalisme requis pour la gestion des tensions et le maintien de l’ordre

Nous continuions à parler à distance, sans prendre part à la situation, quand nous avons été soudain entourés de grenades lacrymogènes projetées et roulant dans notre direction. Par chance, peu de passants avec le mauvais temps, mais une dame chancelait au bord du malaise.

En fuyant, aveuglé, je me suis pour ma part blessé en heurtant le muret de pierre du quai.

Jusqu’où va se poursuivre la répression aveugle aux ordres de l’emmerdeur et ses bavures ? »

Entre ce témoignage et les accusations de zèle administratif et policier, en matière d’amendes sans contrôle physique, il semblerait que Vannes soit l’une de ces villes symboles de la dureté de l’Etat avec les faibles, mais de sa lâcheté avec les forts : car pendant que ces policiers, dont certains nous rapportaient être en sous effectif parfois la nuit, le week-end, contrôlent et font de la répression vis à vis des manifestants contre la tyrannie sanitaire, les dealers qui pullulent à Vannes et environ eux, ne sont pas ou peu inquiétés.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Ils ne vont quand même pas cogner sur les voyous divers et variés qui sévissent de plus en plus !!! Tout de même soyez raisonnable, il est plus facile de cogner des gens moins enclins à taper sur les forces de l’ordre.
    La France s’enfonce dans le marasme, l’insécurité, la violence gratuite (y compris la violence administrativement déguisée perpétrée par des individus occupant de hautes, TRES hautes fonctions dans notre pays.

  2. pour tous ces élus » Bobo » ils préfèrent s’en prendre aux gens qui défendent leur droit plutôt qu’a des voyous voleurs, violeurs, elle est belle la république !!! à quand un islamiste élus à la mairie de Vanne !!!!

  3. ces policiers ont du voir là des potentiels fauteurs de trouble à l’ordre publique, ils ont usé de la violence légitime pour que soit appliquée la loi: les gens doivent obéir aux décisions des zotorités qui oeuvrent pour protéger la société

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !