Commission Bronner : Macron veut-il interdire de débat les penseurs dissidents ?

Fin septembre 2021, Gérald Bronner, sociologue,  est nommé par Emmanuel Macron à la tête d’une commission, chargée de rendre un rapport fin décembre 2021. Celle-ci intitulée «  les Lumières à l’ère numérique » a pour mission de traquer «  le complotisme, les contenus haineux sur internet et les  fake news ». A lire les déclarations de Gérald Bronner, ne s’agit-il pas d’exclure du débat les penseurs et citoyens dissidents.

Qui est Gérald Bronner ?

C’est un professeur de sociologie très engagé. Ainsi, en 2013, il reçoit pour ses travaux le prix de l’Union rationaliste et en janvier 2014 le prix Procope des Lumières. Cela expliquerait-il sa désignation pour diriger une commission baptisée « Les Lumières à l’ère numérique ».

Il donne des articles à divers journaux comme Le Nouvel Observateur et Le Nouveau Magazine Littéraire dont l’orientation idéologique est bien connue.

De septembre 2016 à juillet 2017, il travaille au Centre de prévention, d’insertion et de citoyenneté (CPIC) de Pontourny, un « centre de déradicalisation ». En juillet 2017, le gouvernement décide de le fermer, car ce centre avait traité neuf pensionnaires en tout et n’en avait plus aucun à cette date.

Quand G. Bronner révèle le véritable objectif de cette commission

Dans Les Échos du 11 janvier, une page, rédigée par Grégoire Poussielgue, est consacrée à la remise du rapport de la commission à Emmanuel Macron.

Ce journaliste écrit que « le constat fait par la commission … est sans appel ». Doit-on en déduire qu’il n’est pas discutable?

Que préconise le rapport ? «  Nos recommandations …visent à limiter des contenus qui nuisent à la vie démocratique ». Mais qui va définir quels sont les contenus qui seraient dans ce cas ?

Dans l’interview de G. Bronner, la réponse est claire quand il déclare : «  Or, pour débattre dans une démocratie,  il faut être dans le même monde intellectuel. ». Cela veut-il dire qu’un seul courant de pensée doit exister, que les penseurs dissidents ne pourront débattre ? Cela ne rappelle t-il pas le sinistre slogan des révolutionnaires français :  » Pas de liberté pour les ennemis de la liberté  » qui a nourri tant de massacres?

Il le confirme ensuite : « … les théories du complot donnent des explications. On voit aussi l’apparition de coalitions entre plusieurs mouvements : les partisans des théories du complot, ceux des théories spiritualisantes ou des médecines alternatives. Leur coalition finit par former ce qu’on appelle un continent idéologique qui, lui-même, grâce aux réseaux sociaux, rejoint des théories politiques, notamment d’extrême droite ».

En créant cette commission, Emmanuel Macron ne démontre t-il pas sa conception très personnelle de la démocratie et sa volonté d’exclure de la nation tous ceux qui n’adhérent pas à ses propres dogmes, comme cela est en cours dans la politique actuelle de lutte contre la pandémie ? La question est posée.

Jean Théme

Crédit photo : Librairie Mollat/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. et pourtant, nous, les complotistes, n’avont nous pas raison sur ce ui se passe depuis 2 ans ? et ce n’est pas fini !

  2. le gouvernement nous a abreuvé de fakeniouzes depuis deux ans sur la crise sanitaire, cette commission gouvernementale n’en dira rien bien évidemment, on ne mord pas la main qui vous nourrit!

  3. Tout est en ( marche)  » c’est le moment de le dire  » pour enlever la parole aux Français, ils ne veulent plus de l’lanceurs d’alerte, de personnes qui voient dans leur entreprises des choses malhonnêtes, le vrai visage des moyens de santé, l’ immigration, etc. bref, nous museler, c’est la seule chose qui compte, qu’ils puissent faire encore plus facilement leur petites affaires !!! à vomir !

  4. « coalitions entre plusieurs mouvements : les partisans des théories du complot, ceux des théories spiritualisantes ou des médecines alternatives… qui… rejoint des théories politiques, notamment d’extrême droite »
    Il est sérieux lá ? C’est quoi ce mauvais milk shake qu’il essaye d’inventer ? Et il se prétend sociologue !

  5. Pourquoi la plupart des « collabos » de macronescu ont un nom qui se terminent en « ER »
    C’est un signe que la France est sous emprise .Devinez laquelle ????

    La CPI (anglo saxonne ou de LaHaye) est active .Attention les dictateurs et leurs complices !

  6. La liberté d’expression est actuellement menacée, c’est une évidence. Les chantres de la bien pensance veulent empêcher toute expression ne respectant pas la « Pensée Unique » (soi-disant dominante ou plus exactement conformiste) et plus généralement tout ce qui se rapporte à ce qu’il est convenu d’appeler le « Politiquement Correct ». Il est ainsi interdit de critiquer la politique d’immigration, de considérer qu’il y a une corrélation évidente entre les migrants et l’insécurité, etc. On peut prendre le cas de Zemmour qui est systématiquement trainé devant les tribunaux et traité de raciste pour avoir affirmé ces vérités, considérées comme des propos haineux vis a vis de de la population issue de l’immigration musulmane.
    Je ne sais pas si je suis hors sujet mais dans l’émission face à Baba sur C8, j’ai vu hier soir Mélenchon insulter la Police, traiter les policiers d’assassins et afficher un mépris ignoble face au policier qui lui était opposé. Être policier aujourd’hui, ce n’est pas si facile, ce n’est pas bien rémunéré, et c’est même très risqué dans certains quartiers islamisés comme Pontanezen à Brest. Hier soir sur C8, la haine, c’est sur le visage de Mélenchon et dans ses propos que je l’ai observée et non chez Zemmour ou chez ce valeureux policier, pourtant accusés par cet ignoble islamo-gauchiste de véhiculer la « haine ». Zemmour a été trainé devant les tribunaux pour avoir proféré des vérités, Mélenchon sera-t-il convoqué par la justice pour avoir tenu des propos injurieux et calomnieux envers la Police ? Non, probablement, les syndicats de police ne poursuivront pas ! Il y a quand même un problème, en comparant ce qui est interdit à Zemmour et ce qui est sans doute autorisé à Mélenchon, la liberté d’opinion est interdite à l’un tandis que l’autre est libre de proférer des propos calomnieux envers la Police.

  7. Pour quelqu’un d’éveillé quelque peu intellectuellement, il est clair que la macronie avec la création de cette commission supplémentaire cherche à étouffer de toutes ses tentacules tout ce qui lui paraît contraire à la doxa ; les heures sombres de notre histoire , c’est maintenant.

  8. Ce n’est pas la première commission nommée par Emmanuel Macron. A chaque fois, il nomme à la tête un expert du domaine aux positions connues et tranchées. C’est-à-dire que le résultat est pratiquement connu d’avance. C’est une manoeuvre de communication et non un exercice de réflexion.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !