Immobilier. Comment acheter un bien en toute sérénité sans passer par une agence ?

Alors que de plus en plus de particuliers se détournent des agences immobilières, qu’elles soient traditionnelles ou digitales, pour acheter leur bien immobilier, les Français sont nombreux chaque année à passer par les sites d’annonces entre particuliers pour acquérir un bien. En effet, selon les statistiques des notaires, ce sont plus de 30% des transactions immobilières qui sont réalisées chaque année entre particuliers. Une situation principalement motivée par des frais de commissions élevés appliqués par les agences immobilières. En moyenne situés entre 5 et 10% du prix du bien, faire l’impasse sur ces frais représente une réelle économie pour l’acheteur ou le vendeur lors d’une transaction immobilière.

« Depuis le début du lancement de Gens de Confiance, les membres qui passent par notre site pour vendre leurs biens ont parmi leurs motivations de ne pas faire appliquer de commission pour avoir une meilleure marge de manœuvre sur le prix de vente lors de la négociation. En effet, cette marge de manœuvre serait plus réduite si des frais de commission étaient appliqués. Cette tendance s’est accrue au fil des années et surtout ces deux dernières années avec la crise sanitaire qui a un impact sur le pouvoir d’achat. Mécaniquement, les gens cherchent le moindre levier pour pouvoir le préserver. » explique Bertille Marchal, Directrice Général du département immobilier au sein de Gens de Confiance.

Néanmoins, lors de l’achat d’un bien entre particuliers, il convient de redoubler de vigilance sur les informations partagées par le vendeur. « Tout d’abord, nous recommandons d’être vigilants sur les fautes d’orthographe et de syntaxe qui peuvent être sources de confusion. Ensuite, nous conseillons d’être le plus précis possible sur le descriptif du logement (emplacement, étage, superficie, nombre de pièces, présence d’un extérieur, orientation du bien, etc). Enfin, l’annonce doit faire apparaitre diverses mentions légales tels que la lettre de performance énergétique ou si votre bien est soumis au régime de la copropriété par exemple. » précise Bertille Marchal.

Cependant, il n’en demeure pas moins compliqué de conclure une vente puisque 72% des transactions entre particuliers ne se concrétisent pas. En cause, des démarches chronophages qui peuvent être compliquées à concilier avec les obligations de la vie courante. Vendre un bien immobilier nécessite en effet une réelle expertise et faire appel à un professionnel peut s’avérer nécessaire.

Si en 2020, 64% des Français déclaraient avoir des difficultés à choisir une agence immobilière, plus récemment, un sondage révélait que les Français ont de plus en plus confiance en leur agent immobilier. Preuve que depuis la loi ALUR et la professionnalisation des métiers de l’immobilier, les efforts faits par la profession en cinq ans sont significatifs pour les Français interrogés. En effet, ils sont attentifs à l’accueil général, la compétence des interlocuteurs, la qualité de service, l’accompagnement et le service. Des indicateurs en hausse qui prédisent de belles perspectives pour la profession !

« A travers notre nouveau service Pro de Confiance, nous avons à cœur d’apporter garantie et sérénité dans des secteurs où les enjeux humains et financiers sont particulièrement élevés. Chez l’ensemble de ces acteurs, comme chez leurs clients, il existe une forte demande de transparence et de confiance. C’est en partant de ce constat que Gens de Confiance a voulu ouvrir son modèle aux professionnels, convaincus de l’importance de faire appel à des professionnels lors de la réalisation d’un projet de vie ». conclut Bertille Marchal.

Plus d’informations ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Bonjour,
    La multiplication des mandataires via les diverses franchises dilue le marché des ventes entre les mains de trop nombreux acteurs. Ils ont 2 voire4 à 5 biens à vendre et ne sont pas représentatifs du marché.
    Leur seule motivation faire rentrer des commissions et leur niveau de compétences et de respect de la syntaxe est parfois douteux.
    Au regard de leur nombre certains voire bcp ont de plus en plus de mal à vivre de leur métier.
    Cdt

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS