Parc éolien en Baie de Saint-Brieuc. Les travaux vont reprendre malgré l’opposition locale

eolien

L’argent, plus fort que l’opposition locale. Si les Bretons ne verront rien des bénéfices de l’implantation d’un parc éolien en baie de Saint-Brieuc sur leur facture énergétique qui explose justement à cause de la folie éolienne (et du sacrifice du nucléaire), les décideurs politiques et économiques semblent décider à continuer à foncer tête basse en baie de Saint-Brieuc.

Fabien Bouglé : « Il est préférable d’avoir de petites centrales nucléaires modulaires en Bretagne plutôt que des parcs éoliens » [Interview]

Ainsi, les travaux du parc éolien en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) reprendront à partir du 22 février 2022. Ailes Marines, le porteur du projet, a présenté le bilan des travaux et études menées en 2021 et dévoilé son calendrier jusqu’à la fin du chantier prévu en 2023 tout en se livrant à une opération de communication validée par élus et presse mainstream sans trop d’interrogation ou de questions qui fâchent sur le sujet de l’éolien (qui encore une fois, ne fera pas baisser la facture énergétique des ménages, ni ne permettra une quelconque autonomie énergétique bretonne…)

Dossier Tabou. Julien Treorel, pêcheur en baie de Saint-Brieuc : « Les Français vont se rendre compte de l’aspect néfaste de l’éolien » [Interview]

L’argument principal pour faire avaler la pilule ? L’emploi, ce sacro-saint chantage à l’emploi et la promesse de 1500 créations d’emplois dont 500 en Bretagne…histoire de rendre des familles dépendantes de l’éolien (et donc favorables….ou contraintes…)

Les manifestants et les opposants, des locaux (contrairement aux promoteurs de ce parc éolien), n’entendent rien lâcher. Ils manifestaient déjà le 14 durant la réunion de présentation, et entendent poursuivre le mouvement. Pour vous renseigner sur les actions en cours c’est ici.

En baie de Saint-Brieuc, demain en forêt de Lanouée, des élus de Bretagne (par intérêt ?) sacrifient nos terres aux promoteurs de l’éolien, dont Fabien Bouglé indique, clairement, qu’il s’agit d’une mafia.

Fabien Bouglé : « Nous assistons avec les éoliennes à un immense hold-up planétaire » [Interview]

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

4 réponses

  1. Grosse arnaque énergétique et écologique
    Le prix de l’électricité éolienne en mer est de l’ordre de 250 € Mégawatt/heure en moyenne contre 50 € MW/h en moyenne pour l’électricité conventionnelle, au grand bénéfice des sociétés productrices, le plus souvent étrangères, à qui l’Etat garantit le rachat même si on n’en a pas besoin.

    Cette électricité est « non pilotable » car le vent ne se commande pas. Ainsi, lors des jours très ventés, alors qu’on n’a aucun besoin de cette électricité, il faut l’évacuer d’urgence sous peine de saturation et de casse du réseau électrique. Elle est donc bradée sur le marché européen, parfois à 10 € (dix euros) le MW/h alors que le consommateur l’a payée plein tarif aux gentils promoteurs qui œuvrent, comme on le sait, pour sauver le climat !

    Voici un exemple : lors du week-end de Pâques 2015, le vent a soufflé très fort sans qu‘on le lui demande, alors que toutes les usines étaient fermées et la demande en électricité très faible.
    Ainsi, EDF a du évacuer en urgence 330.000 MW/h qui menaçaient de faire « péter » le réseau. Ils ont été payés aux prix moyen du terrestre aux producteurs éoliens (82 €/MWh) pour un total de 330.000 MW/h x 82 € = 27.060.000 € (+ de 27 millions d’€).
    Quant à EDF, il a bradé cette électricité encombrante à la Suisse qui, avec ses 60% d’hydraulique, a fermé ses barrages et acheté cette électricité au prix de sa maintenance hydroélectrique, soit 9 € MW/h.
    Résultat des courses : plus de 27 millions d’€ volés aux consommateurs français pour la poche de privés pour une électricité bradée à un prix de foirfouille pour 330.000 MW/h x 9 € = 2.970.000 €
    Une électricité inopportune, inutile et dangereuse payée par le quidam pour 27 millions d’€ et évacuée d’urgence et « à perte » pour même pas 3 millions d’€.

    Deuxième exemple : le 07 janvier 2021, le Dieu Eole avait décidé, ce jour-là, de prendre du repos. Ainsi, les 8500 éoliennes en service en France, sur terre et sur mer, ont fourni 1% (un pour cent) de toute l’électricité dont nous avions besoin. EDF a du activer les centrales à charbon que Macron a mis en service pour compenser les trous de production de l’éolien et la fermeture de réacteurs nucléaires.
    Si l’éolien n’est pas une grosse arnaque financière et écologique, qu’est-ce que c’est ?
    E. Macron qui brosse le poil des écolos veut construire 32 nouveaux parcs éoliens en mer.
    E. Zemmour, l’a dit à Saulieu : il mettra fin à ces « horreurs » en mer ou sur terre.
    Il est URGENT, écologiquement et financièrement de stoper ce délire applaudi par un gouvernement d’incapables.

  2. Tu as entièrement raison Antony.
    Il faut bien s’appeler Jadot et être nul en Math pour soutenir encore des projets comme cela. Pour Macron c’est différent, ce sera peut- être comme la vente des turbines Alsthom à Général Electrique… On sait qu’une campagne coute chère et que Iberdrola qui se cache derrière Aile Marine est exemplaire pour faciliter certains financements. Quand on sait qu’il y a 5 000 tonnes de béton au pied de chaque éolienne, cela représentent 310 000 tonnes pour le parc soit 124 000m3 de béton. Mais où prendront-ils le sable et les graviers? Pour le ciment cela représentent 44 000 tonnes de CO². sans compter le transport, les travaux et les métaux. Je pense que l’on peut faire mieux sur le plan écologique…

  3. ils savent mieux que tout le monde, donc ils le feront ….. sauf si les gens disent leur opinion dans les urnes

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS