Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Afrique-du-Sud : Procès “Kill the Boer”, quand Malema attise le racisme anti-blanc

Ce jeudi, au cours de l’affaire civile en cours pour «discours de haine» intentée par l’organisation afrikaner AfriForum à propos du chant de «Shoot/Kill the Boer», l’avocat du demandeur et chef de l’EFF, Julius Malema, s’est engagé dans un débat sur le traumatisme comparé des fermiers blancs et des Sud-Africains noirs.

“Pourquoi ne pouvez-vous pas, pour une fois, simplement vous excuser pour les crimes que vous avez commis ? » a demandé jeudi le chef des Combattants de la liberté économique (EFF), Julius Malema, à l’avocat Mark Oppenheimer, requérant pour Afriforum.

“Pourquoi voulez-vous devenir des victimes, alors que nous sommes les plus grandes victimes ici, alors que nous avons tout perdu, alors que nous, les Noirs, restons une nation traumatisée?”

Au huitième jour de l’affaire du «discours de haine» portée par AfriForum, Malema a témoigné pour la deuxième journée consécutive devant la Haute Cour de Johannesburg, où il a été contre-interrogé par sa défense et l’avocat d’AfriForum.

AfriForum a déposé une première plainte contre Malema, Mbuyiseni Ndlozi, membre de l’EFF, et le parti EFF en octobre 2020 après que des partisans de l’EFF ont chanté Dubul’ibhunu , qui se traduit par “tirer sur les Boers”, devant le tribunal de première instance de Senekal lors de l’audience de libération sous caution d’individus accusés du meurtre du directeur de la ferme de l’État libre, Brendin Horner.

Comme ce fut le cas mercredi , Malema a souligné que le chant de la lutte “Tirez sur les Boers/ Dubul’ibhunu” n’est pas un ordre, et que le mot “boer” ou “fermier” ne fait pas référence à un individu mais représente le système qui a dépossédé les Noirs de leur pays. Bah voyons !

Malema a expliqué au juge Edwin Molahlehi que chaque lutte doit avoir un visage, et la lutte pour la terre a le visage d’un agriculteur, car ce sont des gens qui se rapportent à la terre.

Malema a nié que la chanson puisse influencer quiconque à assassiner un fermier.

« Ses actions [d’un meurtrier hypothétique] ne seront pas inspirées par la révolution, mais par la criminalité », a déclaré Malema.

Comme ce fut le cas mercredi, Malema a profité de son temps à la barre pour “enseigner” son idéologie politique comme un maître à ses élèves.

Oppenheimer et Malema se sont disputés les injustices et les traumatismes des fermiers blancs et des Noirs en Afrique du Sud.

Oppenheimer a lu un article de South Africa Today de 2016, tiré du livre d’Ernst Roets, Kill the Boer , souvent cité dans l’affaire – un livre que Malema a dit qu’il ne voulait pas toucher, car il est entaché du “sang des Noirs”. .

Oppenheimer a lu le cas où Alice Lotter (76 ans) et sa fille Helen (57 ans) ont été torturées à mort dans leur ferme de l’État libre en 2009, avec des détails de la torture et du meurtre des deux femmes, affirmant que leur sang était utilisé pour écrire “tuer les Boers” sur leur propriété.

« Quelle est votre réaction à cela ? » demanda Oppenheimer.

“C’est une criminalité – les gens commettent des crimes et écrivent ce qu’ils veulent écrire”, a répondu Malema, évoquant un cas où un fermier blanc a torturé et tué un garçon noir de 13 ans, et demandant pourquoi Oppenheimer n’a pas cité ce cas.

Après de nombreuses tergiversations , Malema a déclaré que contrairement à l’affaire de la femme, l’affaire impliquant le jeune garçon était motivée par la race et pouvait être considérée comme un crime de haine car le fermier blanc était celui qui occupait le pouvoir.

Dans le cas des meurtres de l’État libre, Malema a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter la relation de pouvoir entre les tortionnaires et les femmes parce que, “Nous ne savons pas s’ils sont agriculteurs, nous ne connaissons pas leur statut social, nous ne savons pas Je ne connais pas leur relation avec les moyens de production.

“Maintenant, cela me montre à quel point votre position idéologique est malade et tordue”, a déclaré Oppenheimer.

Malema a répondu : « Non, votre définition du pouvoir est tellement naïve et superficielle. Je parle de pouvoir en termes de rapport aux moyens de production.

Oppenheimer a déclaré que la tactique de Malema consistant à attribuer la culpabilité à des groupes – sans juger les gens sur une base individuelle – était « sinistre » et non conforme à la Constitution.

Malema a convenu qu’il tenait les Blancs en tant que groupe responsable des péchés de leurs pères, justifiant cette croyance par un idiome qui se traduit approximativement par “Les enfants seront punis pour les péchés de leurs parents”. En clair, la “culpabilité éternelle des Blancs” comme en Occident pour la Colonisation.

Le dirigeant de l’EFF a déclaré qu’aujourd’hui, les Blancs profitent encore des injustices du passé.

« Mon frère, quand les Blancs sont arrivés au gouvernement, ils ne sont pas venus prendre nos terres individuellement », a déclaré Malema.

« Ils l’ont pris comme colons, puis nous ont poussés vers une terre qui n’est pas fertile où ils nous ont… serré comme des sardines. Oubliant de préciser que les vrais autochtones d’Afrique-du-Sud, c’est à dire les Khoï-Sans ont été génocidés autant par les Blancs que par les Noirs.

« Et puis tu viens ici et tu veux m’accuser moi, victime de racisme, d’être raciste ? C’est insultant. Madiba (Mandela -NdR) nous a contraints à nous réconcilier avec des gens avec qui nous n’avons jamais fait corps. C’était un mythe. C’est irréaliste, vous ne pouvez pas vous réconcilier si vous n’avez jamais été ensemble.

« Vous n’êtes jamais venu ici avec l’intention d’être avec nous. Vous êtes venu ici avec l’intention de nous conquérir, et nous restons conquis.

Malema a déclaré au juge qu’il était injuste d’être interrogé par quelqu’un qui “fait la promotion du racisme”.

“Vous savez ce qui est injuste”, a répondu Oppenheimer, citant le traumatisme des témoins qui avaient comparu dans cette affaire, des fermiers blancs qui ont survécu à des attaques agricoles et ont vu des membres de leur famille se faire assassiner.

“C’est un vrai traumatisme”, a déclaré Oppenheimer. « Le témoignage d’eux était que lorsqu’ils entendent des chants comme « Kill the Boer », cela ramène ces souvenirs d’un vrai traumatisme… et vous avez pris la position… que seule votre douleur compte. Cela me semble être un échec de l’humanité.

Malema a alors demandé si le traumatisme de ses parents, qui ont ramassé les cadavres de leurs enfants à Soweto, n’était pas un vrai traumatisme.

« J’étais jeune lorsque la police est entrée dans la maison de ma mère et qu’elle dormait. Les hommes ont enlevé ses couvertures… Je vis avec ça pour le reste de ma vie », a déclaré Malema. 

« Ce n’est pas un vrai traumatisme, parce que ce n’est pas blanc. Le traumatisme d’un enfant noir n’est pas un traumatisme. Nous sommes toujours une nation traumatisée au cas où vous ne le saviez pas.

Les procédures judiciaires se poursuivent vendredi lorsqu’un témoin expert en musique et chants africains comparaîtra.

Crédit photo :

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Afrique-du-Sud : Procès “Kill the Boer”, quand Malema attise le racisme anti-blanc”

  1. patphil dit :

    tuer les blancs, on se souvient du rappeur nick conrad “tuez les bébés blancs” mais le racisme antiblanc n’existe pas

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

International

Afrique du Sud : Jacob Zuma change de camp et soutient un adversaire de l’ANC

Découvrir l'article

International, Politique

Israël : Thomas Porte (LFI) salue l’Afrique du Sud anti-blanche

Découvrir l'article

International

Afrique du Sud : un fermier blanc abattu le soir de Noël

Découvrir l'article

Insolite

Gauchisme. Morceaux choisis du Discord LFI !

Découvrir l'article

International, Sociétal

Terreur woke. Une fête de Noël excluant les élus blancs à Boston (États-Unis) [Vidéo]

Découvrir l'article

Culture & Patrimoine, Histoire

Afrikaners d’Afrique du Sud. Qu’est-ce que le mouvement Helpmekaar ?

Découvrir l'article

International

Afrique du sud : quand un ancien ministre ANC trouve l’action du Hamas “brillante”

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, International, Santé, Société

Afrique du sud : malgré son acquittement un Noir brûlé vif dans une affaire de “meurtre muthi”

Découvrir l'article

Insolite, International

Polémique en Afrique du Sud : le rugbyman RG Snyman a-t-il le portrait du leader de l’AWB Eugène Terre’blanche tatoué sur le bras ?

Découvrir l'article

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire, International, Patrimoine

Afrique du Sud : Plus de 109 briques déjà vendues pour le mémorial au président Kruger d’Orania

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍