Vitré. Enseignante à l’école primaire…elle milite pour maintenir les migrants déboutés du droit d’asile sur le territoire

Certaines associations oeuvrent, et notamment en Bretagne, à l’accueil permanent de migrants extra-européens. Et cela depuis des années, avec l’appui des collectivités locales et de l’Etat, avec à la clé, une saturation du parc social en France.

La France est-elle bien préparée pour accueillir les réfugiés ukrainiens ?

Y compris alors que des Européens, plus légitimes, comme les Ukrainiens, espèrent pouvoir se réfugier dans l’Union Européenne. Y compris surtout lorsque de nombreuses familles françaises, qui ne parviennent plus à se loger convenablement, espèrent un logement social qui est occupé par ces nouveaux arrivants.

Mais il y a des associations qui vont encore plus loin : elles veulent aider, et loger…des migrants illégaux déboutés du droit d’asile, qui techniquement, devraient donc être dans un avion direction leur pays d’origine ou, au moins, placés en centre de rétention en attendant le résultat d’un appel éventuel.

C’est le cas à Vitré, où la presse hebdomadaire régionale, comme à son habitude, se fait le relais de toute initiative visant à aider ces migrants illégaux.

On y apprend qu’un collectif vient de se créer pour « accompagner les personnes déboutées du droit d’asile ». On y apprend que parmi les moteurs de ce qui pourrait devenir une association, on retrouve Bénédicte Garel qui est par ailleurs…enseignante en primaire à l’école Jean Guéhenno. 

« Existe-t-il par exemple dans les communes des logements inoccupés qui pourraient être mis à disposition des migrants ? Cela fonctionne à Rennes, pourquoi ça ne fonctionnerait pas à Vitré ? Ça peut faire peur aux mairies, mais nous serions là pour expliquer, aider, mettre en lien. » indiquent les moteurs du collectif, qui veulent accueillir les migrants « sans condition » sans visiblement se soucier de leurs concitoyens qui aimeraient pouvoir éventuellement, eux aussi, bénéficier de logements inoccupés.

Une maman d’élève de Vitré – dont les enfants sont scolarisés dans une autre école primaire de la ville – nous a contactés. Globalement elle affirme « être vigilante y compris dans son établissement et appeler chaque parent d’élève, à Vitré comme ailleurs, à surveiller que certains instituteurs ne profitent pas de l’école pour bourrer le crâne aux élèves sur l’accueil des migrants. Chacun peut avoir des idées et engagements politiques. Mais nos enfants n’ont pas à être sous influence. Le devoir de neutralité doit être respecté »

Sur le site de l’Éducation nationale, on peut lire : « L’enseignement public est neutre : la neutralité philosophique et politique s’impose aux enseignants et aux élèves »

Gageons que cette neutralité soit respectée y compris à Jean Guéhenno.

De son côté, le collectif lance « un appel aux bonnes volontés. Deux réunions ouvertes à tous ont déjà eu lieu et une troisième est programmée jeudi 3 mars 2022 à 20 h à la salle du Mée, à Vitré ». Une salle mise à disposition par…la municipalité de Vitré dont le maire n’est autre qu’Isabelle Le Callennec, figure du parti Les Républicains en Bretagne.

Crédit photo : wikipedia (cc)

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

0 réponse

  1. cette prof raconte elle l’histoire de l’amérique où les indiens ont accueillis et nourri les européens (thanksgiving) qui les ont par la suite génocidés ou exilés dans des « réserves »

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !