Guingamp. Edwy Plenel (Médiapart) au cinéma le 28 mars pour présenter le film Media Crash

Dans le cadre du festival Pas Sages, le Théâtre du Champ au Roy et le cinéma Les Korrigans à Guingamp coorganisent deux projections du film Media crash, qui a tué le débat public ? le lundi 28 mars à 14 h et à 20 h (tarif unique 6 € ; réservation à la caisse du cinéma).

A cette occasion, le journaliste et fondateur du site Mediapart, Edwy Plenel, sera présent. L’occasion de pouvoir débattre avec lui, au sujet du film Média Crash.

Le vent médiatique basculant ces dernières années et la presse mainstream n’étant plus chasse gardée outre du grand patronat (ce qui est toujours le cas), mais de la gauche idéologique, voici que Médiapart se réveille pour raconter « la coulisse des grands médias. Révéler des censures et des auto-censures. Des journalistes témoignent de pressions. Entre influence et agenda politique de moins en moins caché. Avec la complicité de certains responsables politiques, qui s’en accommodent volontiers, quand ils n’exercent pas des pressions eux-mêmes »

Cela fait sans doute 20 ans qu’il aurait fallu sortir ce reportage de manière honnête.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. Vincent Bolloré et Edwy Plenel se disent tous deux bretons. Dans cet article, on voit bien la critique de Plenel envers Bolloré, suspecté, par les médias CNews et Europe 1 qu’il contrôle, de diffuser une information conforme à ses opinions politiques, c’est-à-dire une droite conservatrice et libérale et laissant une large place à une droite plus nationaliste avec Eric Zemmour par exemple.
    Même si on peut contester et regretter le fait qu’une part importante des sources d’information soit entre les mains de milliardaires, notamment bretons, il n’en demeure pas moins que c’est bien CNews qui a libéré l’information du carcan ou plutôt de la dictature du politiquement correct qui interdisait, même si elle était fondée, la moindre critique susceptible de froisser certains groupes de personnes sur le plan religieux, ethnique, sexuel, etc. Souvenons-nous, il n’y a pas si longtemps, il était impossible de préciser que les incivilités et l’insécurité dans les banlieues étaient essentiellement le fait d’immigrés d’origine maghrébine ou sub-saharienne sans se faire traiter de sale raciste.
    Evidemment cette information libérée, Plenel, l’un des chantres de l’islamo-gauchisme (bien qu’il s’en défende) ne le supporte pas, mais il ne dit rien, par contre, sur l’information diffusée par les chaines publiques contrôlées par la gauche bien pensante. Plenel est, en fait, le plus grand tartuffe de l’information : une information prônant systématiquement la pseudo bien-pensance, la pensée unique et dont les critiques sont toujours dirigées dans le même sens : tout ce qui est à droite de l’extrême gauche. Il se dit breton à qui veut l’entendre mais on ne l’entend pas beaucoup évoquer les problèmes bretons. Ce personnage est, en définitive, détestable à tout point de vue.

  2. jamais je n’irai donner 6€ à cet homme qui a applaudi au meurtre des athlètes israélien à munich il y a des décennies et continue en voulant nous faire devenir woke

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !