David Engels : « La Russie est une puissance mondiale qui ne pourra jamais être intégrée au monde occidental » [Interview]

Entretien avec le professeur David Engels, historien et analyste à l’Institut Zachodni de Poznan. Entretien réalisé par notre confrère Álvaro Peñas (El Coreo de Espana) et traduit par nos soins.

Comment analysez-vous la guerre actuelle, sommes-nous de retour à la guerre froide ?

David Engels : L’ancienne « guerre froide » opposait le matérialisme socialiste au matérialisme libéral. La nouvelle sera entre la civilisation russe et la civilisation occidentale, toutes deux caractérisées par une étrange synthèse entre l’ultralibéralisme pour les élites et le socialisme pour les masses, bien que la Russie tente de couvrir cette situation par un recours propagandiste à des valeurs prétendument « conservatrices ». Bien sûr, cette guerre a de nombreux antécédents dans lesquels l’Occident n’a pas toujours joué un rôle favorable, et nous devons apprendre à interpréter tous ces points également du point de vue russe si nous voulons saisir pleinement la situation. Mais en tant que patriote européen, il faut aussi reconnaître que la politique russe est, dans de nombreux domaines, incompatible avec les objectifs et les conceptions de base des conservateurs européens.

La Russie n’est pas un État, mais un monde en soi, et elle ne peut pas se laisser enfermer dans les catégories occidentales typiques d’un « État-nation » sans perdre sa propre essence : à savoir, une logique spatiale propre dans le but de créer (ou de rétablir) un grand espace dominé par la Russie, mais en fait extrêmement multiculturel, entre le Bug et l’Amour, qui ne pourra jamais être mis en relation de manière pleinement satisfaisante avec le monde fragmenté des multiples petits États européens. La Russie est, malgré certaines racines communes, une civilisation à part entière, exactement comme la Chine et l’Inde, et doit être traitée en conséquence : comme une puissance mondiale qui ne pourra jamais être « intégrée » au monde occidental.

De nombreux conservateurs, en Europe occidentale, voient ce conflit comme une guerre entre mondialistes et antimondialistes, mais en Europe orientale, la vision est très différente. Pensez-vous que cela puisse marquer un avant et un après dans les relations entre les deux blocs ?

David Engels : En effet, au moins en Pologne, mais aussi dans les pays baltes ou en Roumanie, la guerre russo-ukrainienne n’est pas tant perçue comme une confrontation entre le libéralisme de gauche occidental et le (prétendu) conservatisme russe, comme le croient de nombreux intellectuels européens, qui préfèrent se ranger du côté de Poutine par dégoût du « wokisme » américain. La Pologne sait, d’une part, que la vraie Russie, avec sa corruption politique, sa stagnation économique, son orthodoxie, sa montée de l’islam et sa banalisation du totalitarisme soviétique, est tout sauf un pays modèle « conservateur » et a moins en tête les intérêts de l’Occident que l’expansion sans scrupules de sa propre sphère de pouvoir.

L’utilisation cynique de réfugiés et de soldats musulmans à l’occasion de la crise de l’immigration polonaise et de l’invasion de l’Ukraine a notamment montré ce qu’est réellement la Russie « chrétienne ». D’autre part, Varsovie espère pouvoir engager l’Ukraine dans un conservatisme chrétien-patriotique et ainsi la rapprocher du système d’alliance polono-hongrois afin d’affaiblir davantage le libéralisme de gauche de Bruxelles et de construire enfin une Europe forte et patriotique. Cela pourrait-il conduire à une rupture durable au sein du mouvement conservateur européen ? Malheureusement, c’est tout à fait possible, car nous détectons déjà de sérieuses fractures dans l’amitié polono-hongroise. Bien sûr, cette division fait aussi le jeu des ennemis de l’Europe, qu’il s’agisse des élites de gauche, des impérialistes russes…

Pourquoi Poutine est-il vu en Occident comme un conservateur ou un défenseur du christianisme ?

David Engels : En effet : non seulement en Allemagne, mais aussi en France, en Italie et même en Espagne, de nombreux conservateurs cultivent une image plutôt romantique de la Russie, qui se caractérise encore par des réminiscences de Tolstoï, Dostoïevski, Tchaïkovski, Repin et de l’époque tsariste, mais qui n’a pas grand-chose à voir avec la Russie d’aujourd’hui.

Pour beaucoup, en raison de la propagande sur mesure diffusée par les médias russes tels que RT ou les influenceurs des médias sociaux, la Russie est considérée comme une sorte de défenseur ultime de l’Occident, idéalement préoccupé uniquement par le maintien et la défense de la tradition, du christianisme et de la culture nationale. Bien sûr, comme nous l’avons vu, la réalité de la Russie actuelle est tout autre ; néanmoins, de nombreux conservateurs occidentaux croient encore que Poutine est leur allié prédestiné, mais réalisent à peine qu’ils ne font que participer à une tentative de déstabilisation à grande échelle dont l’objectif est de diviser l’Occident encore plus qu’avant, créant ainsi un champ libre pour une expansion russe sans entrave.

Cela ne signifie pas que la Russie ne puisse pas un jour être le partenaire oriental, voire l’allié d’une puissante confédération d’États européens, mais elle ne se laissera jamais reléguer au rang de membre institutionnel égal d’une telle alliance. Ce ne sont donc pas les intérêts des conservateurs allemands, espagnols ou français qui figurent en tête de la liste des priorités du Kremlin, mais la question de savoir comment la Russie peut redevenir un acteur politique dominant en Eurasie.

Il est certainement dans l’intérêt de la Russie de conjurer la menace idéologique du wokisme en soutenant occasionnellement les conservateurs européens pour affaiblir ses adversaires. Mais au plus tard lorsqu’une Europe conservatrice forte et unie serait effectivement établie, les alliés actuels de la Russie constateront que Moscou, afin de protéger son flanc occidental, mènera en Europe une politique de « divide et impera » qui ne sera pas moins néfaste que celle souvent attribuée aux États-Unis.

Vous parlez souvent de l’autodépréciation dont souffre l’Occident. Cette admiration pour Poutine est-elle le signe d’un manque de confiance dans nos propres valeurs ?

David Engels : En effet. Comme les penseurs russes l’ont souligné à plusieurs reprises, au moins depuis le XIXe siècle, la Russie est une civilisation à part entière, qui partage certes certaines racines avec la civilisation européenne, mais les réinterprète de manière indépendante et suit finalement un autre type de dynamique culturelle. Les conservateurs qui défendent constamment le point de vue russe contre l’Occident et demandent une « compréhension » bienveillante qu’ils n’accordent généralement même pas à leurs voisins européens immédiats, ne signifient en fin de compte rien d’autre qu’une dissociation avec les intérêts de notre propre civilisation européenne, aussi problématique que soit son cours idéologique actuel.

Cette attitude rappelle étrangement la haine de soi des libéraux-gauchistes, bien que dans une perspective diamétralement différente. Alors que la gauche méprise l’Occident en raison de sa prétendue culpabilité historique (de la « suprématie blanche » au « racisme systémique » en passant par la « masculinité toxique »), et veut délibérément le démanteler, les conservateurs russophiles considèrent leur propre civilisation comme irrémédiablement pervertie, et projettent tous leurs espoirs dans la jeune culture russe. Il s’agit d’une curieuse forme d’exotisme qui, morphologiquement parlant, a probablement des motivations similaires à la conversion à l’Islam de certains conservateurs d’Europe occidentale.

Cette guerre a de facto balayé une partie des valeurs progressistes pour une affirmation de l’importance de la souveraineté, de la présence d’une armée ou du patriotisme. Pensez-vous que cela puisse conduire à un changement de tendance en Europe, à une montée significative des forces conservatrices ?

David Engels : D’une part, il faut en effet supposer que certaines positions idéologiques de la gauche ont été tellement discréditées par leur réalisation concrète que l’élite dirigeante pourrait être trop reconnaissante d’une occasion extérieure de procéder à des corrections de trajectoire discrètes et d’éviter ainsi habilement l’obligation de reconnaître son propre échec. Le fait de se détourner progressivement de l’« accord vert » est probablement un cas de perspicacité tardive, tout comme la décision d’accroître les capacités militaires européennes (qui pourrait bien être liée à des arrière-pensées, compte tenu des craintes croissantes de conflits politiques non seulement externes mais aussi internes). D’autres changements dans le récit, tels que le nouvel attachement à la politique migratoire polonaise et hongroise ou l’appréciation du patriotisme héroïque des Ukrainiens, devront probablement être évalués comme un pur opportunisme qui sera oublié au plus tard lorsque, dans quelques années, l’Occident tentera d’imposer à l’Ukraine des concepts tels que le « racisme systémique » ou la culture LGBTQ…

Ainsi, il serait non seulement prématuré, mais aussi erroné, pour les conservateurs, d’éclater trop tôt en acclamations et de supposer enfin un retour au « bon sens » : Tout comme le Parti communiste chinois, après l’effondrement progressif de l’Union soviétique, s’est rendu compte que son pouvoir pouvait être mieux garanti par le capitalisme d’État que par le collectivisme maoïste, il se peut que les élites de la gauche libérale tentent aujourd’hui de soutenir leur propre voie en adoptant partiellement la rhétorique conservatrice, sans vouloir renoncer à leur monopole de fait sur le pouvoir ni renoncer aux éléments fondamentaux de leur idéologie : Au lieu de soldats pacifistes genderfluid, ce seraient alors des mercenaires durement entraînés qui soutiendraient les élites de gauche à Berlin et à Bruxelles ; et au lieu de légitimer le mondialisme, le multiculturalisme et le socialisme milliardaire en se référant aux « droits de l’homme », ils pourraient être héroïsés en tant que « devoirs patriotiques » dans la lutte contre la Russie (et la Chine).

Malgré leur solidarité avec les réfugiés ukrainiens, la Hongrie et la Pologne ont une fois de plus été condamnées par Bruxelles pour l’absence d’État de droit. Une Union européenne faisant preuve d’une telle hypocrisie est-elle viable alors qu’une guerre a éclaté en Europe ?

David Engels : Absolument. La dernière fois que j’ai vérifié, l’Union européenne avait décidé d’une aide générale assez réduite pour l’Ukraine (500 millions d’euros), mais pas de mesures concrètes pour soutenir les capacités d’accueil spécifiques mises en place par la Pologne (à l’exception de l’émission de nouvelles directives bureaucratiques afin d’indiquer aux gardes-frontières comment réduire les temps d’attente). Au contraire, l’accueil actuel par la Pologne de plus de deux millions de réfugiés coïncide avec l’adoption de nouvelles sanctions par Bruxelles contre l’État de droit prétendument menacé de la Pologne et de la Hongrie – ironiquement, un différend qui a été déclenché entre autres par le refus des deux pays en 2015 de prendre en charge, sur la base d’un « quota » obligatoire établi à Bruxelles, les réfugiés économiques majoritairement musulmans invités à eux seuls en Europe par l’Allemagne…. Néanmoins, la guerre pourrait aussi conduire à des développements inattendus dans la région, finalement préjudiciables à Bruxelles « de gauche ». Bien sûr, si Poutine gagne la guerre, il transformera tout ou partie de l’Ukraine en un État vassal et déclenchera une nouvelle guerre froide dans laquelle la Pologne, avec sa longue frontière orientale, deviendra un État de la ligne de front – avec tout ce que cela signifie pour son statut politique, économique et militaire ainsi que le fait qu’un bloc continental commencera alors à l’est de Varsovie qui ne se terminera pas à Vladivostok mais à Hong Kong.

Mais si Poutine perd la guerre, non seulement ses jours en tant que dirigeant seront comptés, mais aussi ceux de la Fédération de Russie, qui pourrait bien subir un processus prolongé de désintégration. Compte tenu de l’arsenal d’armes dont elle dispose, de l’énorme militarisation de l’État et des intérêts politiques et territoriaux de l’Occident, du monde musulman et de la Chine, il pourrait en résulter une vacance du pouvoir entre les fleuves Bug et l’Amour pendant des années, voire des décennies, avec les conséquences désastreuses que cela suppose, voire une guerre civile.

Dans ce cas également, la Pologne serait coincée et supporterait les conséquences de cette déstabilisation de son voisinage, mais elle pourrait progresser pour devenir un acteur politique majeur en Europe et peut-être même réaliser le vieux rêve d’une coopération plus étroite entre les nations du Trimarium. Varsovie pourrait donc enfin rétablir les conditions géostratégiques d’avant les partitions polonaises, lorsque les régions situées entre la mer Baltique et la mer Noire n’étaient pas encore considérées comme des « terres de sang » contestées, mais comme une association multiculturelle et multiconfessionnelle indépendante d’États au même titre que l’Allemagne, la France et Moscou – certainement pas au détriment de la stabilité en Europe.

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. «  » »cette guerre a de nombreux antécédents dans lesquels l’Occident n’a pas toujours joué un rôle favorable, » » » » c’est un euphémisme quand on voit comment « l’occident  » a organisé la guerre contre la Serbie …
    «  » »en tant que patriote européen «  » »…mais d’où vous sortez , mr Engels ???
    et pour finir :
    «  » » »Mais si Poutine perd la guerre, » » » » non , franchement mr Engels , trop c’est trop .

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS