Législatives, présidentielle, élections…et si on supprimait les élus ? [L’Agora]

L’abstention s’annonce énorme, à nouveau, à l’occasion de l’élection présidentielle, et des législatives qui suivront. Abstention record déjà enregistrée lors des dernières échéances, régionales, européennes, municipales, où des politiciens ont été élus, la plupart du temps par une minorité d’électeurs au sein de la circonscription électorale visée.

Rendez-vous compte de la suite : vous vous retrouvez avec des personnes élues, qui ont le droit du fait de leur élection – y compris par une minorité d’électeurs – de voter des lois ou de prendre des décisions qui changeront le cours de vos vies. Et de distribuer l’argent public, votre argent, celui que l’Etat prend chaque jour dans vos poches du fait des taxes, charges, impôts, comme bon lui semble.

Et ces mêmes élus, qui se reproduisent entre eux, de manière totalement consanguine (les étiquettes changent éventuellement, les personnalités restent globalement les mêmes), font ensuite tout pour vous expliquer que les abstentionnistes ont toujours tord, qu’il fallait aller voter (y compris alors que l’offre politique est parfois lamentable et que les conditions pour pouvoir se présenter éliminent d’emblée une partie des citoyens potentiellement intéressés), ou qu’il « y’a des gens qui se sont battus pour le droit de vote ». Morale de vieux cons, mais morale qui impacte toujours, et qui leur permet de reproduire, décennie après décennie, le même schéma politique, les mêmes erreurs aussi, tout ça pour nous conduire au bord du gouffre, au sein d’une Vème République à bout de souffle.

Et si on changeait tout cela ?

Et si demain, on supprimait les élus, que l’on remplaçait par des fonctionnaires, territoriaux, nationaux, européens, chargés simplement, comme dans toute entreprise, d’exécuter les décisions prises, chaque semaine, par les citoyens-électeurs redevenus maîtres de la cité ?

Comment est-ce que l’on fait ? C’est très simple. Au même titre que vous vous connectez, chaque année, sur un espace que l’on vous garantit sécurisé (qu’en savez-vous ?) pour payez vos impôts, vos amendes…un pays qui se targue d’être une puissance mondiale comme la France devrait pouvoir, sans soucis, mettre en place un espace électeur, pour chaque citoyen.

Vous vous y connecteriez, chaque semaine par exemple, pour d’un côté, soumettre vos propositions de lois ou de décisions, locales, régionales, nationales, européennes, validées par un certain pourcentage de la population concernée au préalable (et certifiées de manière indépendante). Et dans le même temps, vous pourriez voter pour les propositions validées, et disponibles sur la plateforme électeur.

Ainsi, on peut imaginer qu’un dimanche, vous ayez à voter sur l’implantation ou non d’une éolienne dans votre commune. En ayant accès pour cela au dossier, aux avantages, aux inconvénients, au coût de revient, aux éventuelles baisses du prix de l’énergie en cas d’implantation, etc etc. Puis le même jour, on vous propose de voter pour ou contre le financement et l’implantation d’un nouveau lycée dans votre région. Cela vous intéresse ? Vous consultez. Vous n’y connaissez rien ? Vous ne votez pas. Puis le même jour, on vous propose de vous prononcer sur l’expulsion de centaines de clandestins arrêtés aux frontières et déboutés du droit d’asile dans les mois précédents le vote. Cela ne vous intéresse pas ? Passez votre chemin. Et foncez si la question de l’immigration et de votre souveraineté vous importe.

Ces exemples pourraient être déclinés, multipliés, chaque semaine. Une fois le vote effectué, validé, certifié, ne resterait plus alors qu’aux gestionnaires fonctionnaires, rémunérés avec vos impôts, pour appliquer, sans rechigner, vos décisions collectives. Ils rechignent ? Il y a un code du travail, et donc les mêmes possibilités que dans n’importe quelle entreprise. Mais une chose est certaine, le clientélisme qui rapporte tant aux élus, et qui permet à des pans entiers de  nos collectivités d’être placés sous des influences, sous des coups réglées, ça serait terminé.

Le citoyen électeur reprendrait alors le contrôle de la cité. Celui qui n’est pas intéressé par la vie de la cité, et qui s’accommoderait parfaitement sous n’importe quel régime et avec n’importe quelles lois du moment qu’on lui fiche la paix, celui là pourrait alors ne jamais prendre part au moindre vote si tel était son choix.

Imaginez alors les économies de fonctionnement. Plus d’élus grassement payés pour ne pas faire grand chose et pour le faire sans l’assentiment d’une majorité. Plus de collectivités dépensant en subventions clientélistes l’argent public comme si cet argent leur appartenait. Plus aucun tabou, plus aucun « avis constitutionnel » pour s’interroger sur la validité de telle ou telle loi, de telle ou telle mesure. Plus de minorités activistes qui tenteraient d’imposer leurs lubies à une majorité silencieuse. Ce que chaque citoyen souhaite mettre en place  localement, nationalement, continentalement, il en aurait le pouvoir, à lui de convaincre, puis de soumettre ensuite au vote de tous, le fruit de ses réflexions.

Notre société est profondément malade. Elle s’effondre. Il est temps de tout changer, et de reconstruire.

Le pouvoir au peuple !

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Drédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. c’est complètement utopique ; de tous temps les peuples ont été dirigés par des gens plus instruits , plus capables , les élites ; il y en a eu des bonnes et des moins bonnes ; mais on ne peut faire autrement ;on est obligé de déléguer certains pouvoirs aux plus capables ; mais aujourd’hui , ces élites sont devenues les marionnettes du monde de la finance et de l’économie , qui ne sont plus que les seuls paramètres pris en compte ; et les pressions de cette oligarchie sur les politiques a fait que tout doucement les institutions ont été trafiquées pour que le peuple ait de moins en moins de poids ; il faut revoir ces institutions pour que les élites puissent accomplir leurs tâches selon le mandat que le peuple leur a donné.

  2. depuis des lustres les candidats seraient pour la réduction du nombre de parlementaires (souvent absents sans être pénalisés financièrement) mais une fois élus pfffuit, ils oublient
    je suis pour le ric intégral avec possibilité de renvoi des élus inutiles et parjures

    quant à l’abstention, on a vu aux municipales ce qu’il est advenu, des gugusses élus un peu partout

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !