Santé. Allergies aux graminées : une partie de la Bretagne en alerte rouge

graminées

Fatigue, symptômes du rhume, éternuements : non, vous n’avez peut-être pas contracté le Covid-19 mais êtes tout simplement allergique aux pollens de graminées. Qui touchent une partie de la Bretagne ces jours-ci.

Pollens de graminées : « des semaines compliquées » pour les allergiques

Depuis plusieurs années, une recrudescence des cas d’allergies à travers le monde est observée. Le phénomène n’épargne pas la Bretagne, notamment favorisé, entre autres facteurs, par l’évolution des modes de vie et par la consommation de nourriture industrielle…

Ainsi, dans un communiqué publié le 6 mai, le RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologique) indiquait que la saison des allergies aux pollens de graminées démarrait, ajoutant que les modèles prévisionnels « annoncent des concentrations importantes ces prochains jours sur une grande partie du pays et surtout dans l’Ouest ».

De plus, la présence d’un temps ensoleillé et de températures estivales favorisent l’émission et la dispersion de fortes concentrations de pollens de graminées dans l’air. De quoi inciter les allergiques à « se préparer à des semaines compliquées », prévient le RNSA.

Dans notre région, deux départements sur cinq, à savoir le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine, sont actuellement placés en alerte rouge, signifiant un impact sanitaire prévisionnel élevé des pollens. Le risque demeure moyen pour les trois autres départements.

Carte du Risque d’Allergie aux Pollens au 17 mai 2022. Source : www.pollens.fr

Des allergies jusqu’à fin juillet ?

Les graminées désignent ces herbacées que l’on voit pousser le long des routes, dans les champs et même parfois sur les ronds-points ! Plusieurs sont très allergisantes comme la fléole, le pâturin, l’ivraie, le dactyle, la fétuque, la flouve, le seigle, l’avoine, le blé…. Les pollens de graminées ont un potentiel allergisant très élevé provoquant chez les allergiques de nombreux symptômes oculaires, nasaux, et même respiratoires. Les allergiques doivent suivre les traitements prescrits par leurs médecins et allergologues ou les consulter en cas de symptômes allergiques.

Généralement, la saison des allergies s’étend au début du mois de mai à la fin du mois de juillet dans l’Hexagone. À noter également que, durant cette période, les épisodes de pollution atmosphérique pourront exacerber les symptômes des allergiques. Seules les averses de pluie pourront apporter un peu de répit aux allergiques en plaquant les pollens au sol. Mais il y a un bémol :  l’apport de l’eau de pluie favorisera aussi la croissance des graminées, donnant à ces dernières la capacité de libérer davantage de pollens une fois le soleil revenu.

Allergiques aux graminées : quels symptômes et quels remèdes ?

Bien que bénins la plupart du temps, les symptômes vécus par les allergiques aux pollens de graminées sont souvent très désagréables. Rhinite, asthme, yeux qui démangent, pleurent et gonflent, gorge qui gratte : ces herbacées ont plus d’un tour dans leur sac !

Pour y faire face, il est alors possible de recourir à différents médicaments tels les antihistaminiques, corticoïdes, collyres et autres. Une situation d’autant plus pénible qu’elle peut durer de très longues semaines… Ce qui en incitera certains, méfiants vis-à-vis d’une consommation de médicaments s’étalant dans le temps, à affronter naturellement ces allergies munis d’un simple mouchoir et, éventuellement, de sérum physiologique ou de larmes artificielles pour les yeux.

Enfin, quelques astuces à suivre peuvent permettre aux allergiques de passer des journées un peu moins hostiles. Par exemple en évitant de rouler la vitre ouverte en voiture ou encore en maintenant les fenêtres de son domicile fermées en fin de journée, privilégiant une aération à l’aube.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. J’ai été victime de grosses crises d’allergie que j’attribue aux graminées, en plein été en période de canicule.
    A rester assis sur le lit la nuit pour respirer, durée 1 semaine se renouvelant mensuellement ou presque…
    Les traitements allopathiques n’avaient que des effets provisoires…
    Je me suis retrouvé un médecin homéo, le mien parti à la retraite peu avant…
    La base a été Poumon histamine 15 CH et d’autres pour les effets provisoires (Allium cepa 7 CH : écoulements, et Kalium Bichro 9 CH : expectorations).
    Les crises ont d’abord diminué en durée avant de disparaitre…
    Je prends souvent une granule de Poum. Hist. pour maintien de la situation…
    Actuellement, pas de problème et ce depuis 3 ans !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !