« Toute décision contraire à l’interêt des générations futures est inconstitutionnelle ». Jacques Attali invente la présomption de nuisance

Jacques a dit « Il faut mettre dans la Constitution un article disant : toute décision contraire à l’intérêt des générations futures est inconstitutionnelle ». Cette petite phrase de Jacques Attali passée inaperçue, il y a quelques jours sur France 5 dans l’émission C ce soir, a pourtant le potentiel d’une bombe nucléaire sur nos libertés individuelles.

« La présomption de nuisance est peut-être née sous nos yeux » indique Grégory Roose sur son site. « Elle permettrait de frapper d’interdiction toute initiative législative suspectée de nuire au pouvoir et à sa vision de l’avenir. Si le pouvoir estime que l’immigration extra-européenne est indispensable au renouvellement des générations futures, toute tentative d’opposition juridique à cette immigration sera frappée du sceau de l’inconstitutionnalité, équivalent en République progressiste à une excommunication dans la France conservatrice du XIXe siècle. Le même sort sera réservé aux mesures contraires à l’écologie dogmatique, la vaccination obligatoire et aveugle contre le Covid-19, au féminisme misanthrope, au communautarisme sexuel LGBT², aux accords de libre-échange et pourquoi pas au libre-arbitre menacé par l’intelligence artificielle et les GAFAM ?

On connait l’influence que Jacques Attali exerce auprès des puissants. Depuis qu’il a conseillé François Mitterrand, il infuse ses idées dans le débat public, assidu visiteur du soir de tous les présidents de la République depuis 1981. En 2008, il remet à la demande de Sarkozy un rapport de 316 mesures, espèce d’évangile des « bonnes » réformes », qu’il ne nomme pas propositions, mais décisions. Cynisme ou réalisme ? De très nombreuses décisions ont déjà été appliquées par le pouvoir, depuis Sarkozy jusqu’à Macron et continueront de l’être »

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 réponses

  1. C’est d’abord la dette qui nuit aux générations futures et cela fait 50 ans qu’elle s’accumule.

  2. Bah ! s’il fallait se pencher sur chaque bêtise proférée par Jacques Attali, on n’en aurait jamais fini ! D’autant plus que sa proposition, en l’occurrence, ne changerait rien : toute mesure contestée serait déférée à l’arbitraire du Conseil constitutionnel, comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Simplement, le Conseil pourrait se référer à un article spécifique de la Constitution au lieu de renvoyer aux grands principes du préambule. Il est inutile de mettre quelque chose dans la Constitution tant que, au-dessus de la Constitution, il y a le Conseil constitutionnel.

  3. Dans son dictionnaire du XXIe siècle page 118 :
    « Tout humain deviendra un être sans père ni mère sans antécédents, sans racines ni prospérité, nomade absolu.
    Chacun aura le droit de former simultanément plusieurs couples, polygamie et polyandrie deviendront la règle. Il deviendra licite d’avoir avec «clonimage», toutes les relations sexuelles interdites à un être humain. On autorisera même aux amateurs des relations avec des «clonimages» de mineurs si l’on peut s’assurer qu’elle ne requiert ni ne suppose la participation d’aucun enfant réel. »
    Cela banalisera ou légitimera néanmoins la pédophilie. Les générations futures y gagneront elles ?
    https://fr.scribd.com/document/520706082/Dictionnaire-du-XXIe-siecle-by-Jacques-Attali-Attali-Jacques

  4. « La présomption de nuisance est peut-être née sous nos yeux »
    en ce qui concerne nos zzzzéééélites, il ne s’agit plus de présomption

  5. « toute décision contraire à l’intérêt des générations futures est inconstitutionnelle »
    Oui, mais lesquelles !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !