Affaire Damien Abad. Et si on arrêtait de se torcher avec la présomption d’innocence et le droit ? [L’Agora]

L’Inquisition est de retour. Médiatiquement, politiquement, ils sont nombreux à passer sous son rouleau compresseur. Dernier en date, Damien Abad,  ministre des Solidarités, de l’Autonomie et du Handicap, nouvelle cible de Médiapart. Le  — lendemain de sa nomination dans le gouvernement Borne —, dans une enquête publiée par Mediapart, le ministre est mis en cause par deux femmes, sans lien entre elles, pour des faits de viol qui seraient survenus en 2010 et 2011.

Problème : Le parquet de Paris confirme l’existence de deux plaintes déposées par la même plaignante et classées sans suite en 2012 et 2017. Sans suite, cela signifie donc que Damien Abad n’est pas un violeur aux yeux de la loi. Mais cela, Médiapart comme le tribunal médiatique, comme la nouvelle Inquisition, s’en tamponne royalement.

Aujourd’hui, on juge sur Twitter ou dans des articles. On salit, on vomit sur quelqu’un au point, potentiellement, de ruiner sa famille, sa carrière, sa vie. Certains se sont suicidés pour moins que ces accusations infâmantes. Au nom de la « libération de la parole » on donne la parole à tout le monde, et surtout à n’importe qui. Tant qu’on couine, qu’on verse des larmes, on peut vomir, raconter parfois n’importe quoi, mentir,  vous aurez toujours une oreille médiatique attentive, et même trop souvent complice.

Je ne sais pas si Damien Abad est un violeur. Mais ce que je sais c’est que les plaintes ont été classées sans suite. Pour quelles raisons ? Parce qu’il est innocent, ou parce qu’il a de l’influence ? Qui doit en juger si ce n’est….un juge ?

A moins de définitivement enterrer l’Etat de droit en République française. A moins de déclarer demain qu’une dénonciation (parfois même pas suivie de plainte) par une femme sur les réseaux sociaux vaudra la mise en prison et au pilori de l’homme qui se trouve dans la lessiveuse.  A moins que l’on supprime la présomption d’innocence, vous savez, celle qui fait qu’avant d’être jugé, vous êtes présumé…innocent (ce qui n’empêche pas d’ailleurs l’Etat de vous envoyer en détention provisoire alors même que vous êtes techniquement présumé innocent, mais c’est encore une autre histoire…)

Nous plongeons dans une société dégueulasse. Je ne sais pas ce qu’a fait Damien Abad. Je sais qu’il y a des énormes porcs, dans l’élite. Comme il y a des menteuses, et des perverses, dans ces mêmes élites. Comme il y a des illuminées aussi. Comme il y a des personnes qui sucent une cible jusqu’à la moelle pendant des années, par arrivisme, avant de trahir par opportunisme des années après. On le sait tout ça.

Mais si on arrêtait de se torcher avec la présomption d’innocence et le droit français ? Si on redonnait ses lettres de noblesse à une institution judiciaire certes sacrément effondrée à l’heure actuelle ?

Une chose est certaine, l’Inquisition médiatique couplée à la chouinerie et à la société qui érige une victime présumée en personnalité quasi intouchable a des relents particulièrement nauséabonds.

Julien Dir

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Vous avez raison et tort à la fois. Bien sûr, le traitement infligé à Damien Abad par certains médias est indigne. Cependant, ce monsieur a largement démontré son appartenance au monde politiquement correct dont il est victime. Qu’il ne vienne donc pas se plaindre des conséquences dont il chérit les causes !

  2. Le fait qu’il soit handicapé ne solutionne pas le problème ! loin de là, car il est aussi apte que quelqu’un de normal ! son handicap n’est pas un critère valable. mais il faut reconnaître, que lorsque ces Messieurs deviennent connus, qu’on leur fait des courbettes, – en veux -tu, en voilà – qu’ils accèdent à un lot importants de privilèges, j’ai l’impression qu’ils s’octroient celui d’harceler – ceux qui sont proches d’eux – en l’occurence les femmes – il semblerait que ce soit un critère de POUVOIR ! ils ont la grosse tête, il suffit de constater le nombre impressionnant d’élus qui ont affaire à la justice – bien magnanime pour eux d’ailleurs !-
    C’est une honte pour la République, qui prône partout l’égalité, bien triste pour notre époque ! Pauvre France !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !