Santé. Tout ce que vous devez savoir sur la téléexpertise médicale, désormais ouverte à tous

téléexpertise
Face aux délais interminables pour consulter un spécialiste de santé, de surcroît dans les déserts médicaux, la téléexpertise est désormais ouverte à tous les patients en France.

Quelle différence entre téléconsultation et téléexpertise médicale ?

Avec l’arrivée de la crise sanitaire dans l’Hexagone au printemps 2020, la téléconsultation médicale a connu un véritable essor. Celle-ci consiste pour un professionnel médical à donner une consultation à distance à un patient. Dans certains cas, un professionnel de santé peut être présent auprès du patient et, le cas échéant, assister le professionnel médical au cours de la téléconsultation.

Mais il faut distinguer cette dernière de la téléexpertise, qui désigne quant à elle la possibilité pour un professionnel médical (dit « requérant ») de solliciter à distance, par messagerie ou autre outil numérique sécurisé, l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux (dits « requis ») en raison de leurs formations ou de leurs compétences particulières, sur la base des informations médicales liées à la prise en charge d’un patient.

Par la suite, un compte rendu est adressé par le médecin requis au médecin requérant en précisant notamment si le patient doit faire l’objet d’une prise en charge en urgence. À noter que lors d’une téléexpertise, la présence du patient n’est pas obligatoire.

Un dispositif face aux longs délais et aux déserts médicaux

Depuis le 1er avril 2022, le dispositif est désormais accessible à tous les patients. Cette extension intervient alors qu’avant cette date, seuls certains patients pouvaient bénéficier d’une téléexpertise. C’était notamment le cas des patients atteints d’une affection longue durée (ALD), de ceux atteints d’une maladie rare, des personnes vivant en Ehpad ou encore des détenus.

Dans le même temps, la téléexpertise a également été généralisée à l’ensemble des professionnels de santé. Aussi, le médecin généraliste ainsi que les pharmaciens et les auxiliaires médicaux (kinésithérapeutes, orthophonistes, infirmiers, pédicures, orthoptistes, etc.) peuvent dorénavant y recourir. Par ailleurs, les sages-femmes devraient rejoindre la liste à partir du mois de septembre prochain.

téléexpertise
Source : macsf.fr

Quelle prise en charge pour la téléexpertise ?

En cas de recours à une téléexpertise, pas d’inquiétude pour les patients : ils seront pris en charge par l’Assurance maladie puisque l’acte sera directement facturé en tiers payant à cette dernière par le médecin requérant et le médecin requis. Le dispositif ne peut donner lieu à aucun dépassement d’honoraire et n’est pas cumulable avec un autre acte ou majoration.

Si toutes les situations médicales sont susceptibles d’être concernées par la téléexpertise, la pertinence du recours à celle-ci est à l’appréciation du professionnel de santé requérant.

Autre détail à relever, bien que le patient n’ait pas à être connu par le médecin dont l’avis est sollicité, il doit néanmoins être informé des conditions de réalisation de la téléexpertise et avoir donné son consentement préalable à la réalisation de l’acte.

Quant à la facturation, elle apparaîtra sous le libellé « téléexpertise » dans le décompte de remboursements des patients sur leur compte Ameli.

Crédit photo : capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS