Sergio Velasco : « Le modèle de la Hongrie et de la Pologne fonctionne, c’est pourquoi elles sont si ciblées par l’UE »

Entretien avec Sergio Velasco, politologue et créateur du projet « Philosophie politique », sur la Hongrie et la Pologne, et le modèle alternatif qu’elles représentent dans l’Union européenne. Un entretien signé Álvaro Peñas (El Correo de España).

Pourquoi vous intéressez-vous à la Hongrie et à la Pologne ?

Sergio Velsaco : Tout remonte à mon premier voyage en Hongrie, lorsque j’étudiais les sciences politiques. J’ai fait un travail sur la politique hongroise et j’ai aimé ce que j’ai découvert. Par exemple, quand Orbán arrive et fait une réforme économique en baissant les impôts ou en diminuant les dépenses publiques. Cela a attiré mon attention à cause du côté économique plus « libéral » et puis j’ai surtout aimé le côté plus moral ou conservateur en ce qui concerne les politiques familiales, quelque chose qui n’a pratiquement pas été touché par l’Union européenne, qui ne semble pas se soucier de la crise démographique dont souffre l’Europe. La connaissance de la Hongrie m’a conduit à la Pologne, qui a des politiques similaires, et c’est ainsi qu’est née mon affection pour les deux pays. Je suis retourné en Hongrie plusieurs fois et je n’ai pas encore visité la Pologne et d’autres pays d’Europe de l’Est. Je pense qu’il est très important de présenter la vision de ces pays, et pas seulement celle de l’Ouest, qui sont très peu connus en Espagne et dans le monde hispanique. La meilleure façon de comparer des politiques ou un problème est de le faire à partir de différents points de vue.

Vous avez parlé des politiques libérales d’Orbán, qui se définit comme « illibéral », c’est-à-dire qu’il place la nation et la culture hongroises au-dessus de tout. Et puis il y a la Pologne, qui, partant d’une droite libérale conservatrice, a copié le modèle hongrois.

Sergio Velsaco : Oui, en fait, j’ai interviewé Zoltan Kovacs, qui est le porte-parole du gouvernement de Viktor Orbán, et je l’ai interrogé sur ce terme car il est souvent cité dans les médias occidentaux. Kovacs m’a répondu que lorsqu’ils parlaient d' »illibéral », ils ne faisaient pas référence au libéralisme classique, dont ils respectaient nombre de représentants, mais à cette perversion du libéralisme qu’est le progressisme ou le parti démocrate aux États-Unis. En ce qui concerne la Pologne, on peut constater que le passage au modèle conservateur a copié, et même fait des politiques communes avec, la Hongrie.

Je fais référence à la récupération des industries stratégiques pour l’État et aux mesures sociales pour soutenir la natalité et la famille, et en faveur des classes les plus pauvres, comme la limitation du prix du gaz ou de l’électricité. Des mesures qui, curieusement, ne sont pas appliquées par les gouvernements progressistes.

Sergio Velsaco : Oui, je suis tout à fait d’accord avec cela. En fait, en Pologne, ils se définissent selon un capitalisme social, un marché ouvert dans lequel les gens peuvent investir et faire fructifier le capital privé, mais en même temps avec certaines limitations pour les secteurs stratégiques et pour mener les politiques publiques qu’ils jugent appropriées. Orbán a déclaré lors d’une conférence à Rome en 2020 : « Tout ce que je fais au niveau de mon pays, je sais que c’est très critiqué et que cela continuera à l’être, mais si je n’étais pas économiquement rentable avec mes politiques, le lendemain on me couperait la tête ». En d’autres termes, nous avons un modèle, nous avons des idées, mais pour les concrétiser, nous devons être économiquement rentables. Orbán dit souvent que ce qui met le plus en colère les pays progressistes de l’Union européenne, c’est que la Hongrie est un modèle alternatif parce qu’elle est un modèle de réussite. Si ce n’était pas le cas, ils ne s’en préoccuperaient pas, mais le fait est que le modèle fonctionne et c’est pourquoi la Hongrie et la Pologne sont si visées.

Selon vous, quel parti pourrait mettre en œuvre une telle politique en Espagne ?

Sergio Velsaco : C’est une question compliquée. La première chose qui me vient à l’esprit est VOX et, en partie, certaines choses pourraient être similaires, mais la vérité est que la façon de penser d’un Hongrois est si différente de celle d’un Espagnol moyen que c’est très difficile. En Espagne, pour une personne ordinaire, parler des valeurs chrétiennes semble rance et démodé, et est directement lié au franquisme, ce qui rend très difficile de soulever certaines choses. En Hongrie et en Pologne, c’est différent. Donc, en réalité, le seul parti espagnol qui pourrait prendre certaines de ces mesures serait VOX. Parmi le peu de choses positives au sein du Parti Populaire, je soulignerais qu’Ayuso a apporté des aides à la famille. Cependant, je ne pense pas qu’à l’heure actuelle, un parti espagnol puisse réaliser ce qu’Orbán a fait en Hongrie ou Morawicki et Duda en Pologne.

En parlant de VOX et du PP, vous avez participé le 8 juin à Madrid à une conférence intitulée « Libéraux et conservateurs : amis ou ennemis ? », à laquelle participaient un député de VOX, Francisco José Contreras, et un autre du PP de Madrid, Sergio Brabezo.

Sergio Velsaco : Depuis que je m’intéresse à la politique, il y a toujours eu ce débat sur la question de savoir si les libéraux devaient ou non rejoindre les conservateurs. Lors de la conférence, j’ai fait une introduction historique et j’ai fait valoir qu’il existe un ennemi commun, le socialisme, et que la meilleure façon de le vaincre est de le faire ensemble. Et Francisco José Contreras a également souligné que les premiers libéraux étaient moralement conservateurs. Je crois que de telles unions devraient se produire et se produiront. Nous pouvons le voir dans le parti Droit et Justice en Pologne, dans le Fidesz hongrois, dans VOX et même dans certains cas dans le PP, bien qu’ils ne puissent être classés comme libéraux ou conservateurs. L’espace est si court que se séparer lorsque l’hégémonie est détenue par la gauche et le progressisme revient à se jeter des pierres dans le dos. Une fois que ceux qui nous privent de nos libertés et de nos droits auront été vaincus, nous pourrons entrer dans d’autres débats, plus transcendants. Toute autre approche est inutile et laisse le champ libre à la gauche.

Vous travaillez actuellement à la publication d’un livre.

Sergio Velsaco : J’ai décidé d’écrire ce livre au début de l’année dernière parce que je devais préparer mon projet de diplôme final et, comme je devais écrire beaucoup, c’était le bon moment pour y travailler. Je veux le terminer cet été et je suis déjà en pourparlers avec un éditeur. Le sujet du livre est ce dont nous avons parlé dans cette interview, la Hongrie et la Pologne, et comment ils ont transformé leur pays depuis l’arrivée au pouvoir du Fidesz en 2010 et de Droit et Justice en 2015. Et comment ils ont amélioré ces politiques, à l’aide d’indicateurs comme le taux de fécondité et autres, et s’ils sont vraiment une alternative aux systèmes occidentaux. Expliquer aussi s’ils sont un modèle de réussite et pourquoi tant de gens votent pour ces partis.

Même si l’on dit ici que ce sont des fascistes, il y a une vraie raison pour laquelle ils bénéficient d’un tel soutien populaire. La vérité, c’est que ces partis ont une vision à long terme et ne pensent pas à la prochaine élection, ils pensent à ce que sera leur pays dans 10 ou 20 ans. Ils sont des gestionnaires du long terme, ce qui fait cruellement défaut aux pays occidentaux. C’est pourquoi ils choisissent des politiques familiales et non la voie facile et chaotique de l’immigration de masse. Dans le livre, j’essaie d’expliquer tout cela et d’ajouter un contexte historique afin que le lecteur comprenne pourquoi les Hongrois et les Polonais pensent de cette façon, et pourquoi ces partis fonctionnent si bien là-bas. Et à la fin, je me demande également si cela peut être extrapolé à d’autres pays.

Illustrations  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. « d’Orbán, qui se définit comme « illibéral », c’est-à-dire qu’il place la nation et la culture hongroises au-dessus de tout »
    en effet c’est un crime contre les lgbt, les mondialistes, les islamistes, les immigrationnistes, les traditionalistes (du passé faisons table rase) finalement contre les « valeurs » de l’ue

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !